X

Moyen Orient et Monde

Le régime lance l’offensive contre la ville de Deraa

Syrie

Exode massif dans le Sud face à l’avancée des forces gouvernementales.

OLJ
27/06/2018

L’armée syrienne a lancé hier une offensive pour reprendre les quartiers rebelles de la ville de Deraa, dans le sud du pays, ont annoncé les médias d’État syriens. Le sud de la Syrie borde la frontière avec la Jordanie et le plateau du Golan, en partie occupé par Israël. Depuis une semaine, les forces gouvernementales sont engagées dans une opération militaire contre d’autres régions de la province de Deraa, les frappes aériennes et les tirs d’artillerie se concentrant dans l’est de la province. Mais les violences ont atteint ces deux derniers jours la ville même de Deraa, divisée entre un secteur gouvernemental et des quartiers tenus par les rebelles.
« L’armée syrienne mène des frappes ciblées contre les repères et fortifications des terroristes dans la ville de Deraa », a ainsi rapporté hier la télévision étatique. De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté des raids aériens du pouvoir et de son allié russe contre « les quartiers rebelles », qui sont également, selon l’OSDH, la cible de barils d’explosifs largués par des hélicoptères. Des combats au sol opposent également les forces gouvernementales aux rebelles dans le sud-est de la ville, toujours selon l’OSDH, qui précise qu’il s’agit là de la « première opération militaire terrestre du régime dans la ville de Deraa » depuis le début des hostilités, il y a une semaine. « Le régime cherche à prendre le contrôle d’une base militaire au sud de la ville, qui permet de couper la route entre Deraa et la frontière jordanienne, mais aussi de morceler davantage les territoires rebelles » dans la province, a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.
Ainsi, depuis une semaine donc, les forces du régime ont réalisé une percée stratégique contre les rebelles dans la province de Deraa, où les violences ont poussé des dizaines de milliers de civils à la fuite, un exode inédit dans cette région depuis le début de la guerre en Syrie, selon l’ONU. Le régime, qui enchaîne les reconquêtes et contrôle désormais 65 % du territoire syrien grâce au soutien indéfectible de son allié russe, est déterminé à reprendre l’ensemble du pays. Les groupes rebelles contrôlent 70 % de la province de Deraa et celle voisine de Quneitra, tandis que le régime domine la région de Soueida, la troisième de ce trio qui compose le Sud syrien.
Dans la nuit de lundi à mardi, les forces du régime ont conquis les deux localités stratégiques de Basr al-Harir et Mlihat al-Atach, coupant ainsi en deux les territoires rebelles dans l’est de Deraa, a encore rapporté l’OSDH. « C’est la progression la plus importante du régime en une semaine », a estimé M. Abdel Rahmane, précisant que « le nord-est de Deraa est désormais totalement encerclé ». Une source militaire, citée par la télévision d’État, a confirmé la reconquête par l’armée des deux localités. Le régime a souvent eu recours à cette stratégie contre des bastions rebelles, cherchant à morceler et à isoler les secteurs sous contrôle des insurgés pour les affaiblir.
Au total, depuis le 19 juin, 29 combattants rebelles, dont 15 à Basr al-Harir lundi, ont été tués, tandis que 24 membres des forces du régime ont péri, selon l’OSDH. En outre, au moins 32 civils ont été tués dans les violences.
« Au cours des derniers jours, un très grand nombre de civils ont fui à cause des hostilités, des bombardements et des combats dans cette région », a indiqué Linda Tom, porte-parole en Syrie du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU. « Nous n’avions pas vu jusque-là un déplacement massif de cette ampleur à Deraa », a-t-elle souligné, faisant état de la fuite de 45 000 habitants. Parallèlement, l’ONU a averti que 750 000 civils vivant dans les zones rebelles du Sud syrien étaient menacés par les opérations du régime et a annoncé que des aides seraient envoyées à Deraa, une fois que le feu vert des autorités syriennes aura été donné. Idem pour l’Organisation mondiale de la santé, qui a annoncé le prochain envoi de plus de 27 tonnes de produits médicaux en cas d’approbation par Damas.
Plus de cinq millions de Syriens, soit environ un quart de la population, sont devenus des réfugiés et des millions d’autres sont déplacés dans leur propre pays. Le pays comptait 22 millions d’habitants avant la guerre déclenchée en 2011.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué