X

Économie

La hausse des prix du pétrole pourrait affecter la production de courant, confirme EDL

Électricité
P. H. B. | OLJ
29/05/2018

Électricité du Liban n’aura pas les moyens de faire fonctionner à pleine capacité sa production si la hausse des cours du pétrole se poursuit, a indiqué à L’Orient-Le Jour le service de presse de la direction de l’établissement public, confirmant des propos rapportés vendredi par le Daily Star. EDL affirme également que le niveau de production sera affecté par les opérations de maintenance, notamment à Zouk et Deir Ammar.

EDL, qui affirme être capable de produire un maximum de 2 200 mégawatts (MW), alors que la demande dépasse la barre des 3 000 MW en été, a précisé que le niveau de rationnement dépendra de l’évolution des cours, qui ont presque doublé en un an. Le baril de pétrole oscillait autour de 74,47 dollars à 19h30 hier, heure de Beyrouth.

Le gouvernement libanais subventionne les prix du carburant livré à EDL depuis des années, à travers la subvention des tarifs de l’électricité établis en 1994, à 15 dollars le baril. Un mécanisme qui représente un poids important pour les finances publiques et qui a été pointé du doigt par les créanciers du pays ainsi que ses soutiens à la Conférence de Paris (CEDRE). Ces derniers se sont engagés le 6 avril à Paris à débloquer plus de 11 milliards de dollars pour réhabiliter les infrastructures du pays si le gouvernement libanais lance de son côté d’importantes réformes structurelles. Les transferts à EDL provoquent en outre un déficit structurel dans la balance des paiements, les livraisons de carburants étant payées en dollars à la Kuwait Petroleum Company (KPC) et l’algérien Sonatrach. La balance des paiements a affiché un déficit cumulé de 155,7 millions de dollars en 2017.

Selon le ministère des Finances, les subventions à EDL ont augmenté de 43,3 % en 2017 par rapport à l’année précédente pour atteindre 1,33 milliard de dollars, pour des cours moyens du baril en 2017 à environ 52 dollars, contre près de 41 dollars en 2016.


(Lire aussi : Karadeniz : le troisième navire-centrale au Liban d’ici à un mois)


Troisième barge
La perspective d’une hausse du rationnement provoquée par la hausse des cours est évoquée, alors que le gouvernement a prévu de louer une troisième barge déployant 200 MW de plus à la société Karadeniz, qui en opère déjà deux depuis 2013 : le Fatmagül Sultan à Zouk et Orhan Bey à Jiyeh, pour un total de 370 MW. Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, a affirmé que cette location sera gratuite et que le prix du kilowattheure passera de 5,85 à 4,95 centimes de dollar, précisant toutefois que ce barème ne tenait pas compte de la facture du carburant, qui sera elle aussi tributaire des cours du brut.

La hausse des prix du pétrole aura indéniablement un impact sur les finances des Libanais, indépendamment du niveau de production d’EDL, en augmentant les prix des abonnements aux générateurs privés, qui sont indexés par le ministère de l’Énergie sur le prix du pétrole et calculés en fonction de la moyenne du rationnement. Les tarifs des abonnements aux générateurs privés pour avril étaient de 380 livres (0,25 dollar) le prix d’une heure pour 5 ampères – et du kilowatt/heure – contre 0,12 dollar à la même période un an plus tôt.



Lire aussi

Abi Khalil promet plus d’électricité moins cher

Électricité : le Conseil des ministres acte un retour à la case départ


Pour mémoire

Pétrole : le Brent dépasse 80 dollars, les 100 en ligne de mire

Une séance « fourre-tout » pour enterrer le gouvernement 

Électricité : le Liban réamorce sa transition vers le gaz

La location du Fatmagül Sultan et du Orhan Bey prolongée d’un an

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS AUTANT QUE LES LATTAS... FAUT LE DIRE !

Sarkis Serge Tateossian

Un prétexte qui tombe à pique !
Et 220MW pour Karadeniz!
Le "sauveur" du pays des cèdres.... (Enfin ce qu'il en reste avec toutes ces cacophonies, même pas capable de se construire une centrale digne d'un pays!)

Ça ne tient plus debout tous ces prétextes Messieurs.
Il faut une centrale capable de produire pour notre pays sans passer par des sous-traitants et des marchands de tapis ambulants!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué