X

À La Une

Nadine Labaki monte les marches à Cannes : la Palme d'or en ligne de mire

Festival

Avec son dernier film, Capharnaüm, la réalisatrice libanaise revient sur la Croisette dans le cadre, cette fois-ci, de la sélection officielle.

OLJ
17/05/2018

La réalisatrice libanaise Nadine Labaki a monté les marches du festival de Cannes, jeudi soir, pour y présenter son dernier film, Capharnaüm, en lice pour la palme d'or. Elle était notamment accompagnée de son époux, Khaled Mouzannar, qui, outre la production, a signé la musique du film, ainsi que du jeune acteur Zain Alrafeea et l’actrice Yordanos Shifera.

Après Caramel, sélectionné en 2007 dans la section Quinzaine des réalisateurs, et son second long-métrage Et maintenant on va où ?, sélectionné dans la catégorie Un certain regard en 2011 et récipiendaire du prix François Chalais, Nadine Labaki revient cette fois-ci sur la Croisette dans le cadre de la sélection officielle. Depuis 1991, date à laquelle Maroun Bagdadi avait décroché le prix du jury pour son film Hors la vie, le pays du Cèdre n'avait pas été représenté dans la compétition officielle.

Coécrit par Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michèle Keserwani, avec la collaboration de Georges Khabbaz et la participation de Khaled Mouzannar, Capharnaüm est l'histoire de Zaïn, un enfant de 12 ans, qui attaque ses parents en justice pour lui avoir "donné la vie"  dans un monde injuste. Al'issue de la projection, jeudi soir, la réalisatrice et son équipe ont eu droit à une longue "standing ovation".



Dans le cadre de cette 71e édition du Festival, Nadine Labaki est face à de grands noms du cinéma, comme Stéphane Brizé (En guerre), Spike Lee (Blackkklansman), Ashgar Farhadi (Everybody Knows), Jaafar Panahi (Three Faces) ou encore Jean Luc-Godard (Le livre d’images), pour ne citer que ceux-là.

Il y a quelques mois, c'est un autre réalisateur libanais, Ziad Doueiri, qui était en lice pour décrocher un autre prix prestigieux, à savoir un Oscar. Qu'il n'a finalement pas eu.

"C’est une grande récompense pour moi et pour mon époux qui produit, pour la première fois avec Mooz Films, l’un de mes films. Mais aussi une récompense pour Pierre Sarraf, producteur exécutif, ainsi que toute cette équipe de petits soldats qui ont conjugué leurs efforts depuis deux ans et ont travaillé avec acharnement afin de faire aboutir ce projet", confiait récemment Nadine Labaki à notre collègue Colette Khalaf.

Mardi, c'est une autre Libanaise qui avait fait parler d'elle à Cannes. La photo de Manal Issa brandissant une affiche de soutien aux Palestiniens sur le tapis rouge cannois n'est, en effet, pas passée inaperçue.  Au pied des marches du Palais des festivals, cette actrice de 26 ans a déplié une grande feuille de papier blanche portant, en rouge, le message suivant : "Stop the attack on Gaza!!" ("Arrêtez l'attaque contre Gaza"). Une référence à la soixantaine de Palestiniens tués, lundi, par l'armée israélienne, alors qu'ils manifestaient dans la bande de Gaza, non loin de la frontière israélienne, contre l'inauguration, le même jour, de la nouvelle ambassade américaine, transférée de Tel Aviv à Jérusalem.

Manal Issa a entamé sa carrière devant la caméra avec la réalisatrice Danielle Arbid, pour "Peur de rien". Elle a également joué dans "Nocturama", de Bertrand Bonello, un film sur une bande de jeunes qui décide de commettre des attentats à Paris. L'actrice libanaise est à Cannes pour "Mon tissu préféré", de la réalisatrice syrienne Gaya Jiji, dans la section Un Certain Regard. Le film se déroule au printemps 2011, à Damas, aux prémices du conflit syrien qui dure désormais depuis sept ans.


Pour mémoire

27 ans après Maroun Bagdadi, Nadine Labaki représentera le Liban à Cannes en sélection officielle

L'émotion et les larmes de Nadine Labaki pour Beyrouth

Nadine Labaki, Joana Hadjithomas, 7 questions, 7 réponses et une même boulimie de cinéma

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS LES BONS SOUHAITS A NADINE LABAKI !

Wlek Sanferlou

Chapeau et bonnes chance!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de « L’Orient-Le Jour »

Alerte au plastique

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le déblocage serait imminent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué