Justice

Procès FL-Pierre Daher : La prochaine audience est fixée au 22 juin

Le juge unique pénal, Fatmé Jouni, a fixé hier au 22 juin la tenue de la prochaine audience du procès qui oppose les Forces libanaises au président du conseil d’administration de la LBCI, Pierre Daher, sur base d’un conflit lié à la propriété de la chaîne télévisée.
La séance d’hier a été reportée en raison de la non-comparution du leader des Forces libanaises, Samir Geagea, qui s’était fait représenter par son avocat, Georges Adwan. Celui-ci a demandé au tribunal que la prochaine audience se déroule le 22 juin à Meerab, au siège des FL. À l’issue de l’audience, l’avocat a affirmé qu’il a présenté sa requête pour des motifs liés à la sécurité de M. Geagea. « Tout le monde est au fait de la situation sécuritaire particulière dans laquelle se trouve depuis de nombreuses années le chef des Forces libanaises », a-t-il souligné, rappelant qu’ « il n’y a pas si longtemps, celui-ci a fait l’objet d’une tentative d’assassinat ». « Nous ne donnerons pas aux ennemis du Liban l’occasion de commettre un acte qui porterait atteinte à la stabilité », a martelé dans ce cadre M. Adwan, qui a estimé par ailleurs que le jugement serait rendu avant ou peu après les vacances judiciaires, prévues le 15 juillet.
Reste à savoir quelle sera la décision que rendra la magistrate, dans un délai prévu d’une semaine, au sujet de l’emplacement de la séance du 22 juin, sachant que Naoum Farah, avocat du président de la LBCI, a formé une opposition à la requête de M. Adwan. « Nous prenons fortement en considération la question de la sécurité de M. Geagea mais nous estimons que le transfert du tribunal à Meerab aurait un impact sur la marche du procès », a déclaré M. Farah.
De son côté, Pierre Daher a dit « comprendre » la situation sécuritaire vécue par M. Geagea, tout en se demandant, au terme de la séance, « comment il lui est difficile de se rendre au Palais de justice, alors que sa présence dans les événements populaires et dans les restaurants ne lui cause pas de problèmes ». M. Daher a laissé entendre que si en tout état de cause, le leader des FL persiste à réclamer que la suite du procès se tienne à Meerab plutôt qu’au Palais de justice, il insisterait pour sa part que « la confrontation se déroule dans les studios de la LBCI ». À noter que l’ancien ministre Karim Pakradouni, ancien responsable FL, s’est présenté à l’audience d’hier en tant que témoin au procès.

« Effronté »
Quant à Samir Geagea, il n’a pas manqué de commenter sur son compte Twitter : « Tout au long de ma vie, j’ai fait la connaissance d’un nombre non négligeable de voleurs, mais je n’ai pas connu un voleur aussi effronté et insolent », en allusion à M. Daher.
La chaîne télévisée avait été fondée pendant la guerre civile (1985) par les FL qui l’ont financée jusqu’en 1992, date à laquelle ses actifs et dettes ont été transférés à une nouvelle société appartenant en majorité à M. Daher sans que le contrat de cession ne soit enregistré. Pour M. Daher, cette cession découle de la vente à son profit des parts de Samir Geagea, alors que celui-ci conteste ladite vente, affirmant que M. Daher a abusé de sa confiance pour faire main basse sur les actifs de la LBC. Ce conflit sur la propriété des actions a conduit le leader des FL à présenter il y a une dizaine d’années une action en justice pour « mainmise, fraude et fuite de capitaux ».


Le juge unique pénal, Fatmé Jouni, a fixé hier au 22 juin la tenue de la prochaine audience du procès qui oppose les Forces libanaises au président du conseil d’administration de la LBCI, Pierre Daher, sur base d’un conflit lié à la propriété de la chaîne télévisée.
La séance d’hier a été reportée en raison de la non-comparution du leader des Forces libanaises, Samir...

commentaires (0)

Commentaires (0)