X

Moyen Orient et Monde

Moscou, arbitre de facto entre l’Iran et Israël

Eclairage

La domination russe en Syrie devrait permettre de limiter l’escalade, selon les experts.

OLJ/Anaïs LLOBET/AFP
11/05/2018

En plein accès de fièvre entre l’Iran et Israël, la Russie appelle au dialogue et multiplie les contacts entre les deux pays avec qui elle entretient des relations privilégiées, se posant de fait en intermédiaire.

« Pour résumer, le Kremlin est assis entre deux chaises, constate l’analyste russe Alexeï Malachenko. C’est une situation compliquée et difficile pour la Russie, qui a des liens avec les deux ennemis jurés. » Les tensions entre l’Iran et Israël ont connu une dangereuse escalade dans la nuit de mercredi à jeudi, lorsque l’armée israélienne a mené des dizaines de raids aériens meurtriers contre des cibles iraniennes en Syrie. L’État hébreu a affirmé qu’il s’agissait d’une riposte à des tirs iraniens sur la partie du Golan occupée par Israël.

Le Kremlin a aussitôt fait part de sa « préoccupation » et dit espérer de la « retenue de toutes les parties », appelant les deux pays à résoudre leurs désaccords « exclusivement par les voies diplomatiques ». Présente militairement depuis septembre 2015 en Syrie, la Russie s’est imposée comme un acteur-clé au Proche-Orient. « Le rôle de la Russie comme médiatrice est fortement apprécié dans la région. Ce rôle va se renforcer » si la crise entre Israël et l’Iran s’aggrave, estime Alexandre Krylov, spécialiste des Affaires étrangères à l’université russe Mgimo. « La valeur ajoutée de la Russie au Proche-Orient, c’est qu’elle garde de bons contacts avec des forces à qui d’autres acteurs de conflits régionaux refusent de parler : avec le Hamas, le Hezbollah, l’Iran, les Kurdes... » Moscou constitue ainsi un pont entre l’État hébreu et Téhéran, à couteaux tirés depuis des décennies. Avant même que les frappes aient lieu, Vladimir Poutine, investi lundi pour un quatrième mandat, avait reçu mercredi au Kremlin le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Moscou pour la seconde fois depuis le début de l’année. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov était hier à Téhéran pour discuter des conséquences de la sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et assurer, selon Moscou, que les deux pays allaient maintenir une « étroite coopération » sur ce dossier.


(Lire aussi : Dans une déclaration historique, Bahreïn soutient « le droit d’Israël à se défendre »)


« Relations de confiance »
Lors d’une conférence de presse, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé que Moscou avait mis en garde toutes les parties contre « toute action qui pourrait se révéler provocatrice de part et d’autre », y compris lors de la visite de M. Netanyahu mercredi. Cette rencontre, la veille des frappes, « montre que la Russie pourrait jouer un rôle » de premier plan, estime Fiodor Loukianov, expert en géopolitique. « Moscou pourrait ainsi utiliser ses relations de confiance avec les deux pays pour les aider à communiquer et faire en sorte que la confrontation ne dépasse pas certaines limites. »
Mais si la Russie juge « légitimes » les préoccupations sécuritaires d’Israël, elle considère surtout l’Iran comme « un partenaire indispensable sur plusieurs points, notamment sur le dossier syrien », rappelle M. Loukianov. Longtemps antagonistes, la Russie et l’Iran ont vu leurs relations s’améliorer avec la fin de la guerre froide. Alors que Téhéran était au ban des nations, Moscou a accepté au milieu de la décennie 1990 de reprendre le contrat de construction de la centrale nucléaire de Bouchehr, abandonné par l’Allemagne. En Syrie, l’Iran est comme Moscou un allié indéfectible du régime de Bachar el-Assad. Avec la Turquie, les deux pays sont les parrains du processus d’Astana, qui a permis une baisse de tensions sur le terrain syrien l’année dernière, sans aboutir à de réelles percées dans le règlement politique de ce conflit. Pour l’expert Alexeï Malachenko, la Russie mettra tout en œuvre pour garder de bonnes relations avec Israël et l’Iran, d’autant plus que les frappes israéliennes « ne menacent aucunement » la position de la Russie en Syrie. Une stratégie qui a ses limites, explique l’expert : « Même avec la meilleure volonté du monde, personne ne peut amener l’Iran et Israël à la même table. » « Si Israël venait à défier ce rôle dominant de la Russie, la Russie réagirait et prendrait position », souligne de son côté M. Loukianov. « Mais il y a peu de chances que cela arrive, car Israël sait que la Russie est le pouvoir qui définit les règles en Syrie. »



Lire aussi

L’affrontement israélo-iranien est-il inévitable ?

Accord nucléaire iranien : le Golfe s'attend à des contrecoups du retrait américain

L’Iran pourrait riposter à la décision de Trump en employant ses cartes au Moyen-Orient

Le plateau du Golan, principal contentieux israélo-syrien

Escalade des violences entre l'Iran et Israël sur le théâtre syrien : ce qu'il faut savoir

Derrière la ligne dure de Trump, la tentation d'un changement de régime en Iran ?

Face à la présence iranienne en Syrie, Israël accentue la menace sur Assad

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rocchesani Marcel

Poutine a su éviter l'embrasement du moyen orient et s'est installé durablement dans la région à contrario de la diplomatie Fabius-Hollande qui a été catastrophique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE SECOND TOUR DU MATCH SYRIEN APPROCHE OU A DEJA COMMENCE... POUTINE VA ETRE ARBITRE OU PRIS DANS LES ENGRENAGES DE LA CONFRONTATION ? TROP INTELLIGENT POUR NE CHOISIR QUE L,ARBITRAGE ET/OU LE LAISSER FAIRE AUX ISRAELIENS !

AIGLEPERçANT

Poutine le grand vainqueur de cette situation . On le débat embourbé, Afghanistan etc..... Le voilà roi de la situation avec ses alliés régionaux .

Faut pas se leurrer , son rôle fera la part belle à ceux qui seront avec lui .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARBITRE QUI A LUI MEME BESOIN DE L,ARBITRAGE DES AUTRES !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants