Rechercher
Rechercher

Liban - Vie parlementaire

« Unité dans la diversité » et respect des libertés vont de pair, pour le congrès orthodoxe

Le métropolite Élias Audi à l’inauguration des gravures venues du mont Athos, à Beit Beyrouth (Sodeco). Photo ANI

Initialement prévu à l’occasion de la fête de l’Annonciation (25 mars), fête nationale commune islamo-chrétienne, un congrès de l’Association parlementaire orthodoxe sur « L’unité dans la diversité et les libertés fondamentales au Moyen-Orient » s’est ouvert hier au Parlement, sous l’égide du président de la Chambre, Nabih Berry, en présence de 75 députés représentant 16 Parlements d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient. Il se conclura aujourd’hui par un communiqué final.

Le sujet de « L’unité dans la diversité », thème de prédilection du dialogue interreligieux, « est tout aussi fécond dans le domaine politique et doit être encouragé à travers la multiplication des rencontres et des échanges », a déclaré hier à L’Orient-Le Jour le député Ghassan Moukheiber, représentant le Liban au sein de l’association. « Il souligne aussi qu’une telle approche est de nature à mieux garantir l’exercice des libertés fondamentales », a-t-il ajouté. Par ailleurs, ajoute le député du Metn, le congrès cherche à faire prendre conscience que « toutes les communautés ont été victimes de la violence, bien que les chrétiens se soient sentis plus visés que les autres ».

Enfin, le congrès se donne pour but de braquer l’attention de l’opinion sur les libertés fondamentales comme références de base utiles à toutes les communautés, quelles qu’elles soient, et aussi petites qu’elles soient. Dans ces libertés fondamentales s’inscrivent celles de l’égalité de tous devant la loi, de la liberté de conscience et de religion, y compris la liberté de la pratique religieuse et de l’enseignement, ainsi que la liberté de participation politique.


Entre le politique et le religieux
Dans les milieux du dialogue interreligieux, on a salué hier la tenue du congrès au Liban, pays qui s’avère une fois de plus être « un pont ou encore le lieu par excellence d’un rapport sain entre le politique et le religieux », et la preuve vivante que « le politique peut s’inspirer de la foi, sans verser dans le discours identitaire ».

Dans le cadre de cette manifestation, une exposition de gravures et d’icônes provenant du mont Athos (Grèce) est organisée au centre « Beit Beyrouth », à Sodeco, lieu de mémoire de la guerre civile qui a déchiré le pays. L’exposition a été inaugurée hier par le métropolite de Beyrouth, Élias Audi, en présence des députés Ghassan Moukheiber, Riad Rahal et Nidal Tohmé, et du mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib.

Cette manifestation culturelle a été marquée par des chants à Marie exécutés par des chorales chrétiennes et musulmanes. Dans un mot de circonstance, le métropolite a rappelé que tout est au service de l’homme, sommet de la création et icône de Dieu qui l’a fait à Sa ressemblance.


Initialement prévu à l’occasion de la fête de l’Annonciation (25 mars), fête nationale commune islamo-chrétienne, un congrès de l’Association parlementaire orthodoxe sur « L’unité dans la diversité et les libertés fondamentales au Moyen-Orient » s’est ouvert hier au Parlement, sous l’égide du président de la Chambre, Nabih Berry, en présence de 75 députés...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut