Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

Ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables

27/03/2018

La grande problématique mondiale qu’est devenu le changement climatique repose en grande partie sur les améliorations qui peuvent être apportées au secteur de l’énergie. Cette tâche repose principalement sur des métiers spécifiques, notamment celui d’ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables, les deux dimensions allant souvent de pair. Pour les futurs diplômés, il faut savoir qu’il existe des spécialisations dans ce domaine au Liban et à l’étranger. En voici un aperçu.

Nature du travail
Un ingénieur en efficacité énergétique est l’expert qui étudie comment, dans un projet donné, il est possible d’atteindre ses objectifs au mieux tout en réduisant la consommation d’énergie. Il peut donc intervenir au niveau des études de conception comme de l’exécution, proposant des solutions techniques, préconisant les équipements les plus adaptés aux bâtiments ou aux industries, vérifiant les moyens de réduire les pertes d’énergie… Le domaine est donc varié puisqu’il touche à plusieurs spécialisations et peut être exercé auprès de plus d’un acteur, public comme privé. L’ingénieur en efficacité énergétique est de toute évidence très bien placé pour effectuer la transition énergétique vers les sources renouvelables et propres.

Études
Pour devenir ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables, mieux vaut commencer par des études de génie électrique ou mécanique, bien que certains ingénieurs civils aient également réussi la conversion. Il est possible aux candidats de s’orienter plus tard vers un master en énergies renouvelables et efficacité énergétique, et il en existe deux au Liban pour les étudiants, sans compter les formations pour professionnels :
- L’École supérieure des ingénieurs de Beyrouth (ESIB, Université Saint-Joseph) propose un master en énergies renouvelables.
- L’AUB propose, au sein de sa faculté de génie, option génie mécanique, un master en études d’énergies.
- Également à la faculté de génie de l’AUB, il existe un diplôme pour professionnels (ingénieurs en exercice, industriels…) sur les technologies vertes.
- Un diplôme très technique destiné à des professionnels, pour un titre de directeur certifié dans le domaine de l’énergie (Certified Energy Manager, CEM), est délivré par l’«Association of Energy Engineers» (AEE, branche libanaise).
Il existe évidemment à l’étranger de nombreuses options pour les spécialisations en efficacité énergétique et énergies renouvelables. Citons à titre d’exemple l’École des mines à Paris, très axée sur la consommation d’énergie dans les bâtiments.

Débouchés
Le métier d’ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables est loin d’être saturé. Voici quelques débouchés sur le marché du travail actuel au Liban :
- Consultant auprès des entreprises privées ou des acteurs publics, comme les ministères.
- Consultant qui livre des projets clé en main, dans le cadre d’entreprises, les « Energy Service Company » (ESCO), qui assurent autant les études que l’exécution, proposant des solutions adaptées aux problèmes.
- Responsable de l’efficacité énergétique au sein d’une compagnie ou d’une institution quelconque, afin de s’assurer que la performance est au niveau requis, surtout s’il est nécessaire de suivre les consignes d’un donateur par exemple.
- Consultant dans le domaine des bâtiments verts, notamment dans l’objectif d’obtenir un des labels mondiaux : LEED (Leadership in Energy and Environmental Design, États-Unis), BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method, Royaume-Uni), HQE (Haute qualité environnementale, France)… À noter qu’il est possible d’être consultant auprès de ces labels.

Aptitudes et compétences requises
Le candidat à ce métier d’ingénieur en efficacité énergétique doit, à l’évidence, être très compétent au niveau des aspects techniques de l’énergie, mais être aussi quelque peu connaisseur dans le domaine des finances, du fait que les solutions énergétiques doivent être liées à la faisabilité.
Sur un plan personnel, l’ingénieur en efficacité énergétique doit être toujours prêt à se renseigner et à rafraîchir ses connaissances parce que le progrès dans ce domaine est continu. Il doit être attiré par la modernité et motivé par l’avancement des technologies, qui est rapide et relativement récent.

Difficultés et contraintes
Ce métier est certainement nouveau au Liban et n’a pas encore atteint tout son potentiel étant donné que l’efficacité énergétique n’est pas encore une priorité pour tous les industriels et toutes les compagnies. La crise économique y est pour quelque chose : même si l’efficacité énergétique permet de faire des économies, surtout à long terme, elle nécessite aussi des investissements, et elle est parfois sacrifiée sur l’autel d’une marge de profit bien nécessaire pour la survie de l’entreprise. La bonne nouvelle, c’est que cette mentalité a tendance à changer.
Cependant, tout cela devrait rapidement progresser avec des réglementations et des mesures de motivation destinées aux entreprises et, surtout, avec une application plus rigoureuse des lois à l’avenir.

Avantages
Le métier d’ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables est un métier d’avenir, et les étudiants et professionnels ne s’y trompent pas : preuve en est, le nombre de diplômes proposés et le nombre croissant de diplômés. Mais, surtout, c’est un métier attirant pour tous ceux qui croient que la réduction de la consommation de l’énergie et la promotion des énergies renouvelables est une cause noble, puisqu’elle sert la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique.
Un autre facteur d’attractivité réside dans le fait que ce métier est nouveau, qu’il traite avec des technologies modernes et innovantes et qu’il touche à plusieurs branches du génie : civil, électricité, qualité de l’air, paysagisme… Bref, aucune monotonie possible à l’horizon ! Cette carrière est faite pour ceux qui aiment approfondir leurs connaissances, se diversifier, suivre de près le progrès.
Avec près d’un millier d’ingénieurs spécialisés déjà sur le marché du travail, ce métier est l’un des plus prometteurs actuellement au Liban et, évidemment, à l’étranger.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué