Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

Technicien thermicien

Les métiers de l’énergie


27/03/2018

Concevoir, installer et entretenir les équipements de climatisation, de chauffage, de production d’énergie… est désormais l’affaire de techniciens bien formés, qui doivent connaître les normes environnementales et faire en sorte qu’elles soient respectées. En cela, le métier de technicien thermicien est complémentaire de celui d’ingénieur en termes d’efficacité énergétique et énergies renouvelables, puisque ces deux professionnels collaborent souvent ensemble. 


Nature du travail
Le technicien thermicien est un spécialiste des installations de chauffage, de climatisation, du froid et de la production d’énergie. Il est responsable de leur installation effective, ainsi que de leur maintenance et du respect des normes environnementales. Les chaudières, les chauffe-eau solaires, les installations photovoltaïques… n’ont pas de secret pour lui. De l’efficacité énergétique, il assume le côté manuel et l’essentiel de l’entretien des installations de climatisation ou de chauffage, dont celles relevant des énergies renouvelables comme les chauffe-eau solaires. Un travail de terrain par excellence.


Études
Les diplômes requis pour exercer le métier de technicien thermicien sont des diplômes techniques, comme l’indique le nom de cette spécialisation : brevet professionnel, baccalauréat technique, et jusqu’à la licence technique. Plusieurs écoles techniques et professionnelles dispensent de tels diplômes, dont :
- Le lycée officiel technique de Dékouané, relevant du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, et plusieurs autres écoles techniques privées proposent des filières plus ou moins poussées de technicien en climatisation.
- Le CNAM dans sa branche libanaise, dans le cadre de son Institut des sciences appliquées et économiques, propose des « formations du sous-domaine de climatisation ».

Débouchés
Les débouchés pour le technicien thermicien sont sensiblement similaires à ceux de l’ingénieur en efficacité énergétique et énergies renouvelables, avec lequel il est souvent appelé à travailler. Il est donc sollicité dans les bureaux de consultants et les bureaux de contrôle, où ses services sont nécessaires et où il participe même à la conception des systèmes. Il peut être embauché dans différentes entreprises du public et du privé pour les aider à garder le niveau d’approvisionnement en énergie (en réparant les pannes et en proposant des solutions en cas de problèmes, par exemple) et/ou à rester conformes aux normes environnementales. Il pourrait en outre trouver des débouchés dans le secteur du bâtiment. Le technicien thermicien est indispensable dans l’industrie et dans le secteur de l’énergie en général, notamment dans les centrales. Enfin, rien n’empêche qu’il travaille à son propre compte.

Aptitudes et compétences requises
Le technicien thermicien travaille principalement sur le terrain et doit donc jouir d’une bonne condition physique. Comme il est souvent appelé à trouver dans les plus brefs délais des solutions à des problèmes qui surgissent au sein de l’entreprise, la rapidité d’esprit est également très appréciée dans son travail. Il doit évidemment avoir des compétences en électronique, en informatique, en énergie… Comme c’est un métier de contacts par excellence, le candidat à cette formation doit avoir une bonne faculté de communication et de négociation (pour proposer des solutions adaptées et nouvelles à des clients potentiellement récalcitrants, notamment).

Difficultés et contraintes
Un technicien thermicien peut être confronté à toutes les difficultés liées à un travail de terrain, notamment les horaires qui ne sont pas bien déterminés, les déplacements incessants (un facteur dont il faut tenir compte vu l’état des routes au Liban) et la possibilité d’être appelé en urgence, comme pour réparer des pannes à des heures tardives par exemple. Dans un bureau, s’il est détenteur d’une licence technique, le technicien thermicien peut participer à l’élaboration d’études. Mais dans ce domaine, il peut être éclipsé par l’ingénieur, d’où le conseil formulé par les spécialistes qui incitent à pousser davantage les études afin de trouver sa place.

Avantages
Il existe un réel besoin de techniciens thermiciens sur le marché, ce qui signifie que ce métier est loin d’être saturé. De plus, on y trouve la satisfaction de réfléchir et de mettre en œuvre des solutions aux problèmes environnementaux en aidant les individus et les entreprises à économiser leur consommation d’énergie. Ce métier n’a rien de monotone puisque le technicien peut souvent être confronté à toute sorte de situations auxquelles il doit remédier.



Les métiers de l’énergie
Un secteur dynamique et en perpétuel renouveau

Il y aurait, selon la Banque du Liban, dix mille emplois à pourvoir, à terme, dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Autant dire que ce secteur est une vraie option d’avenir – et même d’actualité – et qu’il donne naissance à des métiers passionnants, parfaits pour ceux qui ne craignent pas le progrès continu et cherchent à éviter la monotonie.

Voici deux des métiers principaux dans le secteur de l’énergie, détaillés avec le concours de Pierre Khoury, directeur du Centre libanais pour la conservation de l’énergie (LCEC) au ministère de l’Énergie.


Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué