Rechercher
Rechercher

À La Une

CEDRE : le gouvernement approuve la feuille de route du Liban

Saad Hariri a indiqué que le Congrès US a levé son veto sur des armes que demande le Liban et que des équipements d'une valeur de 110 millions de dollars seront fournis.

Le chef de l'Etat, Michel Aoun (centre), préside le Conseil des ministres du 21 mars 2018 au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement a approuvé mercredi la feuille de route du Liban en vue de la conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE), qui doit se tenir le 6 avril à Paris, après avoir introduit des amendements au texte initial, lors de la réunion du Conseil des ministres à Baabda sous la présidence du chef de l'Etat, Michel Aoun.

"La feuille de route n'est pas un plan, mais un ensemble de projets d’infrastructure qui doivent s'accompagner d'une vision globale et d'objectifs claires pour que l'on puisse parler de plan", a déclaré le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani.

En début de séance, le Premier ministre Saad Hariri a déclaré que le plan décennal d'investissement et de financement de projets en faveur de la croissance du pays, d'une valeur de 16 milliards de dollars, sera supervisé par la Banque mondiale, insistant sur l'importance des réformes à conduire. De son côte, Michel Aoun a déclaré que la conférence CEDRE constituera une occasion pour consacrer le soutien international au Liban.

Au cours de la réunion, Ghassan Hasbani, et le ministre de l'Education, Marwan Hamadé, ont demandé que les secteurs de la santé et de l'éducation ne soient pas oubliés.

La conférence doit rassembler institutions financières et pays donateurs pour organiser une levée de fonds afin de financer un large programme de modernisation des infrastructures libanaises. Début mars, l'ambassadeur de France Bruno Foucher avait affirmé que le Liban devait s’attendre à une aide allant de "4 à 6 milliards" de dollars pour des projets gérés "sur quatre à cinq ans".

Outre CEDRE, les partenaires internationaux du Liban ont prévu de se réunir à Bruxelles le 25 avril, pour une conférence dédiée à la prise en charge des réfugiés sur le territoire libanais. Sur ce sujet, le président Aoun a insisté sur les répercussions financières, économiques, sociales, sanitaires et sécuritaires de la présence de plus d'un million de réfugiés syriens sur le territoire libanais, ainsi que sur la nécessité d’œuvrer à leur retour vers les zones sûres en Syrie sans attendre une solution politique au conflit.


(Lire aussi : CEDRE : Hariri souhaite lever 6 milliards de dollars pour des projets publics )


Levée du veto américain
Lors du Conseil, Saad Hariri est revenu sur la Conférence "réussie" de Rome 2 sur le soutien à l'armée et aux forces de sécurité libanaises, à laquelle 40 pays ont participé, indiquant notamment que le Congrès US avait levé son veto sur des armes que demandait le Liban et que des équipements d'une valeur de 110 millions de dollars seraient livrés au pays. Il a également indiqué que des contacts avaient été entrepris avec la Russie, ainsi qu'avec d'autres pays, pour un soutien matériel à l'armée et aux forces de sécurité. De son côté, le président libanais a remercié l'Italie ainsi que les pays et les organismes internationaux qui vont contribuer au soutien de la troupe et des forces sécuritaires.


Budget
Sur le budget pour l'exercice 2018, M. Aoun a exprimé l'espoir que le projet de loi sera rapidement voté au Parlement. M. Hariri a déclaré que le projet de loi porte des réformes qui vont aider en vue des négociations lors de la conférence CEDRE.

Dans la journée, Ibrahim Kanaan, président de la commission parlementaire des Finances, a déclaré que l'examen du texte du budget 2018 pourrait s'achever jeudi et pourrait être soumis au Parlement la semaine prochaine pour approbation finale.

Le gouvernement libanais avait approuvé le 12 mars le projet de budget pour l'exercice 2018. Le lendemain, le président Michel Aoun a signé un décret prévoyant l’ouverture d’une session extraordinaire du Parlement afin de permettre le vote du projet de budget prévisionnel 2018 en session plénière.

L’adoption du budget pour 2018 et la réduction du déficit budgétaire par rapport à celui enregistré en 2017 font partie des exigences imposées par les participants aux conférences internationales prévues dans les prochaines semaines.

Selon les délais constitutionnels, le budget 2018 aurait dû être voté au plus tard le 30 janvier dernier au Parlement. Le Liban avait adopté en octobre 2017 et avec dix mois de retard sur le calendrier prévu par la Constitution sa première loi des finances après douze années passées sans budget d’État en raison des tensions politiques.

Sur un autre plan, le président Aoun a annoncé qu'il participera, aux côtés du Premier ministre, au sommet arabe qui aura lieu le 15 avril à Riyad, en Arabie saoudite. Par ailleurs, il a également insisté sur la nécessité que le Liban devienne un centre international pour le dialogue des religions, des civilisations et des cultures.


Lire aussi
Foucher : La France a montré l’exemple à ses alliés

Rome II, antichambre de la stratégie de défense ?


Le gouvernement a approuvé mercredi la feuille de route du Liban en vue de la conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE), qui doit se tenir le 6 avril à Paris, après avoir introduit des amendements au texte initial, lors de la réunion du Conseil des ministres à Baabda sous la présidence du chef de l'Etat, Michel Aoun. "La feuille de...
commentaires (3)

LA BM ET LE FMI VONT IMPOSER DES REFORMES, C.A.D. DES TAXES ET AUTRES REDUCTIONS DE CHARGES FINANCIERES ET DE REMUNERATIONS POUR LEURS SUPPOSEES LARGESSES... DES CREDITS OU DETTES A INTERETS BAS ET DE MOYENNES A LONGUES ECHEANCES !

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

19 h 34, le 21 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • LA BM ET LE FMI VONT IMPOSER DES REFORMES, C.A.D. DES TAXES ET AUTRES REDUCTIONS DE CHARGES FINANCIERES ET DE REMUNERATIONS POUR LEURS SUPPOSEES LARGESSES... DES CREDITS OU DETTES A INTERETS BAS ET DE MOYENNES A LONGUES ECHEANCES !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    19 h 34, le 21 mars 2018

  • Réjouissant, encourageant pour la suite.

    Sarkis Serge Tateossian

    19 h 21, le 21 mars 2018

  • Bonne nouvelle pour un Liban qui veut plus des armes pour maintenir la stabilité du pays .

    Antoine Sabbagha

    18 h 41, le 21 mars 2018

Retour en haut