X

À La Une

Al-Walid ben Talal "pardonne" l'épreuve du Ritz

arabie saoudite

Dans une interview à Bloomberg TV, le prince milliardaire saoudien balaie les spéculations selon lesquelles il aurait perdu le contrôle de ses biens en échange de sa liberté.


OLJ/AFP
20/03/2018

Le prince milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal a affirmé avoir tout "pardonné" à ceux qui l'ont détenu, au nom de la lutte contre la corruption, pendant près de trois mois dans l'hôtel de luxe Ritz-Carlton à Riyad. 

Dans une interview à Bloomberg TV diffusée mardi, il a aussi balayé les spéculations selon lesquelles il aurait perdu le contrôle de ses biens en échange de sa liberté.

Al-Walid ben Talal figurait sur une liste de quelque 350 personnalités -dont des princes, des hommes d'affaires et des ministres- détenues dans le cadre d'une campagne de lutte contre la corruption initiée par son cousin, le jeune et puissant prince héritier Mohammed Ben Salmane. Arrêté début novembre, le prince Al-Walid a été libéré de sa prison dorée fin janvier à la suite d'un accord financier secret avec les autorités.

"Je ne suis pas une personne qui dira: +je pardonne mais je n'oublie pas+. Je dis: +je pardonne et j'oublie en même temps+", a déclaré Al-Walid ben Talal.

Il a refusé de divulguer les termes de l'arrangement ayant conduit conduit à sa libération, le qualifiant d'"accord confidentiel et secret". Mais il a assuré que l'accord le laisse libre de faire des affaires avec une "culpabilité zéro" et des "conditions zéro".  Il a ainsi affirmé qu'il contrôlait toujours son groupe Kingdom Holding et qu'il s'employait avec des conseillers, dont la banque Goldman Sachs, à mobiliser des investissements allant jusqu'à 3 milliards de dollars.

La détention du prince Al-Walid, l'un des hommes les plus riches du monde, avait suscité une vive émotion dans les entreprises qui le considèrent comme un investisseur majeur. "Certains dans le monde des affaires se demandent: +Qu'est-ce qui se passe?+. Je leur dis que tout est normal et que nous fonctionnons comme avant", a-t-il assuré. "Nous les invitons à venir ici pour (...) constater que la vie est revenue à la normale". "Nous allons continuer à investir en Arabie saoudite. Je suis né en Arabie saoudite et je mourrai en Arabie saoudite", a-t-il dit. 

Le prince Al-Walid a par ailleurs nié avoir été soumis à des mauvais traitements lors de sa détention. "Je n'ai jamais été torturé", a-t-il assuré. "En fait, j'ai eu le meilleur traitement. Les médecins venaient deux fois par jour. Nous avions le meilleur service, la meilleure nourriture, le meilleur de tout".

La grande majorité des suspects arrêtés en novembre ont été libérés à la suite d'arrangements financiers avec les autorités.

Selon le procureur général saoudien Saoud Al Mojeb, les accords conclus avec certains suspects vont permettre aux autorités de récupérer plus de 400 milliards de riyals (86 milliards d'euros), remboursés sous forme d'avoirs immobiliers, commerciaux, en titres et en espèces.


Lire aussi

La campagne anticorruption en Arabie saoudite marquée par des abus physiques, selon le New York Times

L'Arabie saoudite va mettre aux enchères les biens d'un milliardaire endetté

Une nuit au Ritz-Carlton de Riyad, ancienne "prison 5 étoiles"

Al-Walid ben Talal, prince de conte défait

Purge anticorruption : Riyad va récupérer 107 milliards de dollars


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

MERCI à Macron oui lol

LA TABLE RONDE

Peut il dire autre chose . Il va certainement contracter un ulcère de l'estomac.

Dieu merci notre P.M en a échappé grâce à une solidarité libanaise de TOUT BORD , SURTOUT DE CELUI DES RIVAUX .
DEMANDEZ À SA TANTE .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI... ETAIT-IL -CLEAN- ?

Sarkis Serge Tateossian

Des mots bien soignés. C'est compréhensible

Antoine Sabbagha

De son visage on sent que Al-Walid ben Talal n 'est plus assez riche dans un pays ou la liberté d 'expression est nulle .

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Je te/nous hais !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué