X

À La Une

Une nuit au Ritz-Carlton de Riyad, ancienne "prison 5 étoiles"

Arabie saoudite

Chaque détenu s'était vu attribuer une chambre avec télévision, mais sans accès à internet ou au téléphone pour empêcher tout contact avec le monde extérieur. Des objets tranchants et des cordons de rideaux ont également été retirés pour empêcher les tentatives de suicide.

OLJ/AFP/Anuj CHOPRA
12/02/2018

Les statues en bronze de chevaux cabrés ornent le hall d'entrée, des clients occidentaux se pressent autour d'un buffet somptueux : le Ritz-Carlton de Riyad apparaît exactement comme il était avant de servir de "prison 5 étoiles" pour une partie de l'élite saoudienne.

Ce palace de 500 chambres a rouvert dimanche, trois mois après sa fermeture au public. Ses premiers clients étaient curieux de retrouver des signes de l'incarcération entre ses murs de dizaines de princes, ministres et hommes d'affaires, dans le cadre d'une purge anticorruption sans précédent.

"La seule différence, c'est que les portes d'entrée sont ouvertes", assure un employé aux clients. "J'imagine que la liste des invités est aussi très différente", répond un diplomate occidental assis dans le hall d'entrée.

Nombre des 381 suspects passés par l'hôtel, dont le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, ont été libérés après des "arrangements" financiers avec les autorités. Parmi les autres détenus de haut rang figuraient l'ancien chef de la Garde nationale, le prince Miteb ben Abdallah, le magnat du BTP, Bakr ben Laden, et celui des médias, Walid al-Ibrahim.

Selon de nombreux partenaires commerciaux des suspects, chaque détenu s'est vu attribuer une chambre avec télévision, mais sans accès à internet ou au téléphone pour empêcher tout contact avec le monde extérieur. Des objets tranchants et des cordons de rideaux ont également été retirés pour empêcher les tentatives de suicide.

Dimanche, tous les services étaient disponibles dans une chambre de luxe du huitième étage où un journaliste de l'AFP a séjourné. Il était impossible de savoir si l'un des détenus y était passé, ou si la chambre avait été rénovée.

Selon le site internet de l'hôtel, bon nombre des détenus les plus en vue auraient résidé dans des suites royales, qui comprennent une chambre à coucher, une cuisine, une salle à manger et un salon.


(Lire aussi : Le Ritz-Carlton, « prison dorée » de Riyad, rouvre ses portes)


"Trop sensible"
Le personnel semble avoir reçu pour instruction de ne pas parler aux journalistes de l'ambiance pendant la purge lancée par le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane. Pour éviter de répondre aux questions, un membre du personnel affirme qu'il était en vacances durant les trois mois. Un autre confie qu'il était présent mais refuse d'en dire plus, sous le regard attentif de ses supérieurs. Lorsqu'on lui demande comment la répression a affecté l'image de marque de l'hôtel -largement qualifié de "prison dorée"- un responsable élude, qualifiant la question de "trop sensible".

L'AFP n'a pas été autorisée à filmer à l'intérieur de l'établissement. Mais le responsable des relations publiques lui a fait visiter le bowling et la piscine intérieure extravagante avec un plafond bleu ciel peint de nuages de neige. L'hôtel était en grande partie vide mais le café du hall d'entrée a vu défiler quelques familles saoudiennes qui prenaient des selfies.

Parmi les rares clients figurent des hommes d'affaires étrangers qui avaient été forcés de se rendre dans d'autres hôtels dans la nuit du 4 novembre, lorsque le Ritz-Carlton avait été réquisitionné. "C'est bon d'être de retour", se félicite un consultant occidental qui se souvient avoir été contraint de quitter l'hôtel. "On nous a soudainement dit: +nous avons un événement, vous devez déménager+".


(Lire aussi : Al-Walid ben Talal, prince de conte défait)


"Changement de comportement"
Le gouvernement n'a pas révélé les noms de tous les 381 suspects, ni les charges ou la nature des règlements, ce qui n'a pas manqué d'alarmer les investisseurs internationaux.

"Alors que le Ritz rouvre ses portes avec un buffet gastronomique somptueux et une mise à niveau des services, il faudra plus qu'une nouvelle couche de peinture pour convaincre les investisseurs que le royaume du prince Mohammed est tout à fait en sécurité", affirme à l'AFP Andrew Bowen, un universitaire de l'American Enterprise Institute. Mais les partisans de la purge estiment qu'elle a atteint son objectif, à savoir provoquer un "changement de comportement" au sein de l'élite, considérée comme une incarnation vivante de la corruption.

La "répression" a également incité les Saoudiens à se ranger derrière le programme de réformes du prince Mohammed, "Vision 2030", destiné à atténuer la dépendance du pays au pétrole, estime un diplomate occidental, selon lequel "la peur est plus forte que le ressentiment".



Lire aussi

Purge anticorruption : Riyad va récupérer 107 milliards de dollars


Pour mémoire

Qui sont les hommes visés par la purge en Arabie ?    

Purge anti-corruption : un ministre saoudien libéré "reprend le travail"

Deux fils de Abdallah libérés

Le Four Seasons de Beyrouth, propriété d'al-Walid ben Talal, mis en vente

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

C'est un paradoxe. Ce qui s'est passe défie totalement toute notion juridique internationale et légale même la plus élémentaire.... Et pourtant c'était presque une nécessité pour "légitimer" le nouvel homme fort du royaume le prince MBS et inspirer une nouvelle façon de traiter les affaires....

Cependant, le royaume va-t-il encore pouvoir attirer les investisseurs qui font forcément se méfier?!

AIGLEPERçANT

Foutaises de contre de fée.

Tortures et extorsions de fonds étaient la règle dans cet hôtel dracula.

Ce qu'on lit c'est juste pour corriger l'image altérée de cet établissement.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.