X

À La Une

Le drapeau turc flotte sur la ville kurde d'Afrine

Syrie

Plus de 1500 combattants kurdes ont été tués, ainsi que 400 rebelles alliés à Ankara, selon l'OSDH

OLJ/AFP
18/03/2018

Le drapeau turc flotte désormais sur Afrine: après quasiment deux mois d'offensive, la Turquie et ses alliés syriens ont rempli un objectif majeur en chassant de cette ville du nord-ouest de la Syrie la milice kurde qu'Ankara considère comme "terroriste".

Les Kurdes de Syrie ont réagi en promettant de se battre pour la "libération" de toute la région d'Afrine, cible depuis le 20 janvier d'une offensive de la Turquie qui avait pour but d'en déloger les Unités de protection du peuple (YPG). Cette milice, considérée par Ankara comme une menace à sa frontière, a été l'allié de Washington dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Ces derniers jours, l'avancée des forces turques et de leurs alliés rebelles syriens vers la ville d'Afrine a entraîné un exode massif de civils, à l'image de celui également en cours sur un autre front syrien, dans la Ghouta orientale, près de Damas, où le régime combat des groupes rebelles.

Dimanche, quelques heures après leur entrée dans Afrine quasiment sans le moindre combat, combattants syriens et soldats turcs se sont déployés dans l'ensemble des quartiers, tirant en l'air et paradant pour célébrer leur victoire, ont rapporté des correspondants de l'AFP.
Perchés sur le balcon d'un bâtiment public, des soldats ont fièrement brandi le drapeau turc. Plus loin, des rebelles syriens se sont rassemblés au pied d'une statue d'une figure historique de la résistance kurde, déboulonnée.

"Des unités des Forces syriennes libres, qui sont soutenues par les forces armées turques, ont pris le contrôle total du centre-ville d'Afrine ce matin à 08H30" (05H30 GMT), avait auparavant annoncé triomphalement le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Un "grand nombre" des combattants kurdes ont "fui la queue entre les jambes", avait-il ajouté.

'Pas fini'

"Notre travail n'est pas fini (...). Mais les terroristes sont finis à Afrine", a renchéri le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag.
A la mi-journée, aucun combattant des YPG n'était visible dans la ville d'Afrine, où se trouvaient seulement quelques civils, a constaté un correspondant de l'AFP.

Dimanche matin, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que plus de 1.500 combattants kurdes ont été tués, ainsi que 400 rebelles alliés à la Turquie, depuis le début de l'offensive sur l'enclave d'Afrine, où les YPG contrôlent encore quelques poches de territoires. L'armée turque a de son côté fait état de 46 soldats tués et 225 blessés dans ses rangs.

(Pour mémoire : Les civils quittent en masse Afrine assiégée par les forces turques)

Avec le quasi-encerclement de la ville, les bombardements aériens et les tirs d'artillerie se sont intensifiés ces derniers jours. Ils ont provoqué la mort de dizaines de civils vendredi et samedi, dont 16 dans une frappe contre le principal hôpital d'Afrine, selon l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays.
La Turquie nie viser la population, et a démenti la frappe sur l'hôpital. Mais l'OSDH évalue à plus de 280 le nombre de civils tués depuis le début de l'offensive d'Ankara.

Echappant à l'avancée des forces turques, près de 250.000 personnes ont quitté depuis mercredi soir la ville d'Afrine, empruntant un couloir dans le sud de la cité menant vers des territoires tenus par les Kurdes ou le régime syrien, a indiqué l'OSDH.
D'après cette ONG, il ne resterait que quelques milliers d'habitants dans la ville même.

Entré dans sa huitième année, le conflit syrien implique aujourd'hui plusieurs acteurs régionaux et puissances internationales sur un territoire morcelé. Cette guerre complexe a tué plus de 350.000 personnes depuis 2011 et jeté des millions sur la route de l'exil.



Lire aussi

L’impossible retour, pour l’instant, des réfugiés syriens

Pour la première fois depuis des années, Assad auprès de ses troupes dans la Ghouta

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué