X

Économie

Le secteur bancaire libanais est toujours « solide », selon Fitch Ratings

Finance
OLJ
13/03/2018

L’agence de notation financière Fitch Ratings a classé le secteur bancaire libanais parmi ceux qui possèdent un « faible niveau de vulnérabilité », dans son évaluation semestrielle des systèmes bancaires de 115 économies développées et émergentes, a rapporté hier le Lebanon this Week de la Byblos Bank.
Le Liban a en effet une fois de plus obtenu la note maximale (1 sur une échelle de 3) à l’indicateur de risque macroprudentiel (MPI en anglais) de Fitch, qui évalue la résistance des banques du pays à certaines circonstances spécifiques sur les trois années suivant leur manifestation – croissance rapide du crédit, hausse des prix de l’immobilier, des taux de change réels, etc. Le secteur bancaire libanais avait obtenu cette note en 2013 et n’a pas été déclassé depuis. Quelque 92 pays ont obtenu un MPI de 1, dont les États-Unis, le Japon, la France ou encore Bahreïn.

Groupe de douze pays
Fitch a également maintenu le Liban dans le groupe de 15 pays ayant un secteur bancaire « solide » selon l’indice Banking System Indicator (BSI) que l’agence a développé. Cet indice évalue plus précisément la force intrinsèque d’un système bancaire, en excluant le soutien potentiel pouvant être apporté par des actionnaires ou des gouvernements. L’indice se base sur une échelle comprenant les catégories « a » (très haute qualité/très solide), « b » (haute qualité/solide), « c » (adéquat), « d » (vulnérable) et « e » (très vulnérable). Le Liban a été classé dans la catégorie « b », comme l’Égypte ou l’Arménie. L’agence précise en outre que 62 % des banques des pays développés ont obtenu la note de a ou plus (aa ou aaa). Le Liban fait enfin partie des 12 pays qui ont obtenu la note de 1 au MPI et de b au BSI.
Fitch a récemment maintenu la notation souveraine du Liban à B- avec une perspective « stable », suivie à quelques semaines d’intervalle par une autre des principales agences de notation américaines, Standard & Poor’s (S&P). Courant janvier Moody’s et S&P avaient enfin décidé de maintenir leurs évaluations respectives du secteur bancaire du pays du Cèdre. Très exposées à l’endettement de l’État, les banques libanaises ont en outre connu un passage délicat en novembre 2017 suite à la démission – avortée un mois plus tard – du Premier ministre Saad Hariri depuis Riyad, dans un contexte de tensions régionales entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Dans un rapport publié début février, Bank Audi avait indiqué qu’un total de dépôts en livres libanaises équivalent à 2,9 milliards de dollars – soit 5 % de la masse monétaire nationale – avaient été convertis par des clients de banques libanaises dans le sillage de cette crise.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

La plus importante réussite du Liban est le secteur bancaire. Le pilier de la république.
À maintenir et développer encore et encore.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE SYSTEME BANCAIRE EST LE TALON D,ACHILLE DU LIBAN QU,IL FAUT JALOUSEMENT ET ACTIVEMENT PRESERVER !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué