X

À La Une

La ville de Tripoli aux couleurs du carnaval du "Zambo"

Liban
AFP
18/02/2018

Les habitants de Tripoli, deuxième ville du Liban, ont célébré dimanche le "carnaval du Zambo", à la veille du début du carême chez les chrétiens de rite oriental, une tradition importée selon certains du Brésil il y a plus d'un siècle.

Plusieurs dizaines d'hommes et de femmes déguisés ont défilé dans les rues d'Al-Mina, un quartier de la ville situé en bordure de mer.

"Ce carnaval est célébré depuis plus de 100 ans et se transmet de génération en génération. Les gens viennent chaque année de plusieurs régions", se réjouit Béchara Hassan, 48 ans, qui contribue à l'organisation de cette manifestation depuis plus de trois décennies.

Corps et visages peints en différentes couleurs, perruques, masques ou encore motifs et vêtements évoquant les peuples indigènes d'Amérique latine, les participants "appartiennent aux différentes communautés religieuses" de cette ville, assure Béchara Hassan.

Ce festival, qui se perpétue depuis plusieurs décennies dans une ville directement affectée par le conflit qui ravage la Syrie voisine depuis 2011, s'inspire du festival de Rio, et aurait été ramené du Brésil dans les valises d'un émigré libanais au début du siècle dernier.

Mais selon Ahmad Sawalhi, 25 ans, l'origine de cette manifestation vient d'ailleurs. "Le carnaval du Zambo est une tradition grecque célébrée uniquement ici avant le début du jeûne chez nos frères chrétiens", affirme-t-il.

Les participants ne sont pas d'accord non plus sur la date exacte de son introduction au Liban. Selon Ibrahim Touma, la célébration du carnaval "remonte à 1932 mais certains affirment que c'est plus vieux".


Pour mémoire

Tripoli la belle

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,HISTOIRE DOIT ETRE CORRIGEE !
CE CARNAVAL D,EL MINA AUQUEL J,AI PARTICIPE POUR DEUX DECENNIES NOUS FUT TRANSMIS PAR LES BYZANTINS QUI LE PRATIQUAIENT BIEN AVANT LA DECOUVERTE DU BRESIL ET ETAIT CHEZ NOUS CALQUE SUR CELUI DE PATRA DE LA GRECE. S,IL A CHANGE AUJOURD,HUI DE FACON ET CALQUE CELUI DU CRESIL EN TRES TRES MINI... ET J,EN DOUTE FORT... EXCEPTION FAITE DES PEINTURES CA NE VEUT DU TOUT PAS DIRE QU,IL NOUS SOIT VENU DU BRESIL. C,EST LA COMMUNAUTE GRECQUE ORTHODOXE D,EL MINA ET DE TRIPOLI QUI FUT A SON ORIGINE DANS CETTE VILLE ET IL Y AVAIT AUSSI A TRIPOLI OU L,ELEMENT CHRTIEN DANS LE DEBUT DU XXE SIECLE ETAIT PROEMINENT AVANT L,EMIGRATION EN MASSE DES CHRETIENS DE CETTE VILLE QUI REPRESENTAIENT PRESQUE LA MOITIE DE SES HABITANTS A LE FIN DU XIX ET DEBUT DU XXE SIECLE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué