X

À La Une

Israël frappe le Hamas à Gaza après une explosion visant ses soldats

Proche-Orient

Raids de l'aviation israélienne sur plusieurs cibles du mouvement palestinien, dont un "tunnel d'infiltration" et deux bases militaires. 

AFP
17/02/2018

Israël a mené samedi des raids aériens contre le Hamas à Gaza après une explosion qui a blessé quatre de ses soldats à la frontière avec l'enclave palestinienne, un des accès de violences les plus sérieux depuis la guerre de 2014.

L'armée israélienne a annoncé avoir frappé six "cibles militaires appartenant à l'organisation terroriste Hamas" au pouvoir dans la bande de Gaza.

Elle ripostait à une explosion ayant blessé plus tôt dans la journée quatre soldats israéliens, dont deux "grièvement", alors qu'ils patrouillaient dans la zone proche de la barrière entre Israël et l'enclave palestinienne, selon un communiqué de l'armée. La vie des deux soldats grièvement blessés n'est pas menacée, a précisé le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus,

L'armée israélienne a immédiatement répliqué à l'explosion en tirant sur un poste d'observation situé non loin de l'explosion, à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Le tir a été confirmé par des sources de sécurité palestiniennes qui ont précisé qu'il n'avait pas fait de blessés.

Il a été suivi par des raids de l'aviation israélienne sur plusieurs cibles du mouvement islamiste Hamas, dont un "tunnel d'infiltration" en direction du territoire israélien et deux bases militaires.  L'une des ces bases comprenait des sites de fabrication d'armes, selon l'armée. Ces raids aériens ont fait deux blessés côté palestinien, selon des sources médicales palestiniennes. Peu après, l'armée israélienne a fait état d'un tir, probablement de roquette, sur le sud d'Israël, en provenance de la bande de Gaza.


(Lire aussi : Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh sur la liste noire américaine des « terroristes »)


'Grave'
Il s'agit d'un des incidents les plus sérieux à la frontière entre Israël et la bande de Gaza depuis la fin de la dernière guerre qui a opposé l'Etat hébreu au Hamas.

Le 8 juillet 2014, Israël a lancé l'opération "Bordure protectrice" contre la bande de Gaza, dans le but de faire cesser les tirs de roquette et détruire les tunnels creusés depuis l'enclave palestinienne. La guerre fait 2.251 morts côté palestinien, en très grande majorité des civils, et 74 morts côté israélien, quasiment tous des soldats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en déplacement en Allemagne pour la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, a qualifié l'incident de samedi de "grave". "Nous répondrons de manière appropriée", a-t-il mis en garde dans un communiqué.

M. Conricus a déclaré à l'AFP qu'un "groupe voyou" avait revendiqué l'attaque, faisant allusion aux groupes salafistes présents à Gaza. Mais "de notre point de vue, le Hamas est responsable" car il autorise les manifestations de Gazaouis à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, a-t-il ajouté.
Selon lui, l'engin à l'origine de l'explosion contre les soldats israéliens a été placé la veille, lors d'une de ces manifestations.

Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile depuis la fin de la guerre de 2014, la troisième dans la bande de Gaza depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir en 2007.

Au début du mois, l'armée de l'air israélienne avait mené des raids sur le sud de la bande de Gaza après des tirs de roquettes depuis l'enclave contre le territoire israélien.

Les tirs de roquettes sont généralement attribués à des groupes salafistes, dissidents du Hamas. L'armée israélienne réplique systématiquement en ciblant en général des positions du Hamas, qu'elle dit tenir pour responsable de ce qui se passe dans l'enclave sous son contrôle.

Israël soumet l'enclave palestinienne à un rigoureux blocus depuis une décennie pour étrangler le mouvement islamiste Hamas, l'un de ses grands ennemis, qui dirige la bande de Gaza.



Lire aussi

Israël lève un coin de voile sur sa barrière souterraine autour de Gaza

Un responsable du Hamas blessé dans un attentat à la voiture piégée à Saïda

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MIROIR ET ALOUETTE

C'est quand même pas plus grave que l'avion abattu , et pourtant depuis lors , plus aucune attaque sur les résistants.

Les palestiniens devraient arriver à leur FOUTRE la trouille à ces poltrons

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants