X

À La Une

Purge anti-corruption : un ministre saoudien libéré "reprend le travail"

arabie saoudite

L'"innocence" d'Ibrahim al-Assaf "a été établie" et "il a quitté le Ritz-Carlton", rapporte le quotidien Sabq, proche du gouvernement.

OLJ/AFP
02/01/2018

Un ministre saoudien détenu dans le cadre d'une vaste purge anti-corruption est apparu en personne à une réunion du gouvernement mardi à Riyad, selon les médias locaux.

L'agence de presse officielle SPA a publié sur Twitter un photomontage montrant le roi Salmane, le prince héritier Mohammad ben Salmane et le ministre d'Etat Ibrahim al-Assaf, qui figurait parmi des dizaines de personnalités influentes accusées de corruption et détenues dans un palace de la capitale saoudienne. Selon le quotidien Sabq, proche du gouvernement, M. Assaf "a repris le travail" mardi. "Son innocence a été établie et il a quitté le Ritz-Carlton", précise le journal.

Selon le procureur général, la plupart des détenus sont parvenus à un accord financier avec les autorités pour retrouver la liberté.

La semaine dernière, deux fils de l'ancien roi Abdallah avaient été libérés après un accord financier avec le gouvernement. Il s'agit du prince Mechaal ben Abdallah et du prince Fayçal ben Abdallah, a-t-on précisé. Aucun détail n'a pu être obtenu sur les modalités de l'arrangement. Le plus puissant des fils du défunt roi Abdallah, l'ancien chef de la Garde nationale Metab ben Abdallah, avait lui aussi été relâché le mois dernier après avoir accepté de verser au gouvernement plus d'un milliard de dollars.

Au total, plus de 200 personnalités influentes, dont des ministres, ex-ministres ou le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, avaient été arrêtées en novembre dans le cadre de la purge anti-corruption. Selon le le Wall Street Journal, (WSJ), Riyad réclame au prince milliardaire saoudien qui a aussi des origines libanaises la somme de six milliards de dollars contre sa libération.

Les autorités saoudiennes affirment que la purge visait uniquement à s'attaquer à la corruption endémique, alors que le royaume cherche à diversifier son économie trop dépendante du pétrole. Elle a également été lancée alors que le prince héritier cherche à renforcer son emprise sur le pays.

 

Pour mémoire
Purge en Arabie saoudite : la plupart des détenus ont accepté un accord financier

Le flou autour de la libération de dignitaires saoudiens reste total

Qui sont les hommes visés par la purge en Arabie ?

 

Lire aussi
Le Four Seasons de Beyrouth, propriété d'al-Walid ben Talal, mis en vente

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CAVERNE D,ALI BABA EN ARABIE A ETE PUNIE... JUSQU,A QUAND CHEZ NOUS LES SIMSIMIOTES SE VERRONT ÉPARGNÉS ?

ACE-AN-NAS

On veut nous faire croire à une justice bensaoud ???????????

C'est vrai qu'on est con mais pas à ce point tout de même.

Jean Michael

A quand le tour de notre "Ali Baba et ses 128 voleurs??"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué