Arabie saoudite

Al-Walid Ben Talal libéré après un "arrangement" financier

 Il était le plus haut placé des quelque 350 personnalités détenues notamment à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad. 

Le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, dans sa suite de l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad, le 27 janvier 2018. REUTERS/Katie Paul

Le milliardaire saoudien Al-Walid Ben Talal a été libéré samedi à la suite d'un "arrangement" financier avec les autorités, près de trois mois après son arrestation dans le cadre d'une purge anticorruption sans précédent dans le royaume.

Agé de 62 ans, le prince milliardaire était le plus haut placé des quelque 350 personnalités dont des princes, des ministres, des ex-ministres et puissants hommes, détenues notamment à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad, dans le cadre d'une campagne lancée le 4 novembre par le prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi et homme fort du pays.

"Le procureur général a approuvé un arrangement avec le prince Al-Walid Ben Talal", et ce dernier a ensuite pu rentrer chez lui en cours de matinée, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale, sous couvert de l'anonymat, sans fournir de précision sur cet arrangement. Interrogé si le prince allait rester à la tête de la Kingdom Holding Company, la même source a répondu par l'affirmative. 

Un peu plus tôt, un associé proche du milliardaire avait indiqué à l'AFP que le prince était "libre". Contacté, le ministère saoudien de l'Information n'a pas souhaité faire de commentaire. Ces dernières semaines, plusieurs des personnalités arrêtées ont été libérées et le procureur général d'Arabie saoudite, Cheikh Saoud al-Mojeb, a annoncé en décembre que la plupart des détenus avaient accepté un arrangement financier en échange de leur libération.



(Lire aussi : Arabie : 95 personnes encore détenues dans le cadre de la purge anti-corruption)


100 milliards de dollars

Cet arrangement consiste à rembourser au Trésor saoudien des sommes dont les autorités estiment qu'elles ont été mal acquises, avait dit le procureur. 

Vendredi, les autorités ont relâché Walid al-Ibrahim, propriétaire du réseau satellite arabe MBC, Khaled Tuwaijri, ex-chef de la cour royale, et Turki ben Nasser, ancien dirigeant de l'agence de météorologie du pays, selon une source proche du gouvernement. Selon le Financial Times, Walid al-Ibrahim a accepté d'abandonner le contrôle de MBC (Middle East Broadcasting Company), l'un des réseaux satellites les plus influents dans le monde arabe.

Parmi les autres personnalités libérées figure le prince Metab ben Abdallah, fils du défunt roi Abdallah, ancien chef de la puissante Garde nationale saoudienne, limogé avant son arrestation. Le prince Metab a dû payer plus d'un milliard de dollars, selon l'agence Bloomberg News.

La purge de novembre est intervenue après la mise en place d'une commission anticorruption présidée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi et surnommé "MBS". Certains y ont vu une tentative du prince Mohammed de consolider son pouvoir. Mais les autorités insistent sur le fait que la purge visait uniquement à s'attaquer à la corruption endémique.

Le procureur général a estimé à au moins 100 milliards de dollars le montant des fonds détournés ou utilisés à des fins de corruption dans le royaume depuis plusieurs décennies.


45e fortune mondiale

Classé parmi les plus importantes fortunes du monde, le prince al-Walid est le petit-fils de deux figures historiques du monde arabe: le roi Abdelaziz al-Saoud, fondateur de l'Arabie saoudite, et Riad al-Solh, premier chef de gouvernement de l'histoire du Liban.

L'annonce de l'arrestation du prince milliardaire avait fait des remous sur les marchés financiers, faisant notamment baisser le cours des actions de Kingdom Holding Company, la société internationale d'investissements que le prince Al-Walid détient à 95%.

La Kingdom Holding Company possède notamment le célèbre hôtel de luxe George-V sur les Champs-Élysées à Paris.

Le magazine Forbes estimait en 2017 que le prince pesait 18,7 milliards de dollars, ce qui le mettait à la 45e place de son dernier classement des fortunes mondiales.

Le prince al-Walid était également connu pour son franc-parler et ses appels pour une société saoudienne plus ouverte. 

Défenseur des droits des femmes, il avait lancé fin 2016 un vibrant appel pour que les femmes en Arabie saoudite obtiennent le droit de conduire et déploré "le coût économique" de l'interdiction de volant pour elles. Près d'un an plus tard, son appel a été entendu et les femmes seront autorisées à conduire à partir de juin 2018.

Le Ritz-Carlton, fermé au public depuis la purge de novembre, devrait rouvrir ses portes prochainement. Sur son site internet, il affiche des chambres disponibles à partir du 14 février.



Lire aussi

Au centre d’une purge royale, le Ritz-Carlton va rouvrir ses portes

Le prince Al-Walid Ben Talal négocie sa remise en liberté

Purge anti-corruption : un ministre saoudien libéré "reprend le travail"

Deux fils de Abdallah libérés

Le Four Seasons de Beyrouth, propriété d'al-Walid ben Talal, mis en vente

 

Pour mémoire

Purge en Arabie saoudite : la plupart des détenus ont accepté un accord financier

Le flou autour de la libération de dignitaires saoudiens reste total

Qui sont les hommes visés par la purge en Arabie ?




Le milliardaire saoudien Al-Walid Ben Talal a été libéré samedi à la suite d'un "arrangement" financier avec les autorités, près de trois mois après son arrestation dans le cadre d'une purge anticorruption sans précédent dans le royaume.

Agé de 62 ans, le prince milliardaire était le plus haut placé des quelque 350 personnalités dont des princes, des ministres, des...

commentaires (6)

Al hamdou lilLâh 'ala salâmat du Prince Walid Ben Talal, le grand et constant bienfaiteur de dizaines de milliers de Saoudiens et de libanais. Contraint ou pas, il n'aurait jamais refusé de participer à un effort national pour combler un déficit majeur de son pays. Ten zâkar wa mâ ten 'ad.

Khalil

16 h 35, le 28 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Al hamdou lilLâh 'ala salâmat du Prince Walid Ben Talal, le grand et constant bienfaiteur de dizaines de milliers de Saoudiens et de libanais. Contraint ou pas, il n'aurait jamais refusé de participer à un effort national pour combler un déficit majeur de son pays. Ten zâkar wa mâ ten 'ad.

    Khalil

    16 h 35, le 28 janvier 2018

  • Si je peux me permettre ... c’est macron seulement lui qui a aider dans l’affaire ... il avait déjà entrepris des contacts sur de sujet avec l’Arabie saoudite avant même que liban le lui demande !! Et s’il la fait ce n’est certainement pas les personnes qui l’ont contacter mais bien pour son intérêt avec l’arabie Saoudite.. un enfant pourrai le reconnaître

    Bery tus

    06 h 51, le 28 janvier 2018

  • Il aurait suffit que le milliards que l´iran qui affirme défendre les pauvres et qui affirmé vouloir nous aide les donne à l’etat Libanais au lieu de Les données à une seule faction ...

    Bery tus

    06 h 44, le 28 janvier 2018

  • Et si le gouvernement libanais ( il en existe bien un selon les nouvelles) faisait la même chose avec ses multiples Million- et milliard- aires pour couvrir les 80 milliards de déficit le peuple libanais serait aux anges. Mais, nous dira t on, le peuple est deja bien aux anges et au paradis même, à force d'explosions, d assassinats, mauvaises gestions des secteurs de l'environnement et de la santé, de faim... Enfin... À chacun ses moyens.

    Wlek Sanferlou

    16 h 13, le 27 janvier 2018

  • Houlala. .. Vous avez vu sa tête ? Saad doit une FIÈRE chandelle au PHARE Aoun et à ses alliés de la résistance pour lavoir sorti de ce guêpier, en tout cas . On se souvient qu'en seulement 10 jours d'arrestation en bensaoudie il avait décrépi comme une rose fanée.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 51, le 27 janvier 2018

  • L,A-T-ON DEPLUMÉ ? COQ SANS PLUMES NE PEUT PLUS CHANTER !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 17, le 27 janvier 2018