X

À La Une

Les préoccupations sécuritaires de la Turquie sont "légitimes", concède Washington

Syrie

 Les soldats turcs progressent dans la région en compagnie de combattants syriens formés par Ankara.

OLJ/AFP
21/01/2018
La Turquie a envoyé dimanche des soldats dans le nord de la Syrie, entamant une nouvelle phase dans son offensive contre une milice kurde, au risque d'aggraver le conflit qui ravage le pays. 

Cité par les médias turcs, le Premier ministre Binali Yildirim a indiqué que des militaires turcs étaient entrés à 11h05 (08H05 GMT) dans la région d'Afrine, contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG), et pilonnée par l'aviation et l'artillerie d'Ankara. L'offensive turque risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington, qui a appelé dimanche la Turquie à "faire preuve de retenue". "Nous appelons la Turquie à s'assurer que ses opérations militaires restent d'une portée et d'une durée limitées et à scrupuleusement éviter toute victime civile", a indiqué la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert. Les Etats-Unis soutiennent en effet une coalition arabo-kurde, dont font partie les YPG, pour combattre le groupe Etat islamique (EI).

De son côté, le ministre américain de la Défense Jim Mattis a affirmé qu'Ankara avait prévenu Washington avant de lancer son opération aérienne et terrestre en Syrie, estimant que les préoccupations sécuritaires de la Turquie étaient "légitimes".  "La Turquie a été franche, ils nous avertis avant de lancer l'aviation, ils nous ont dit qu'ils allaient le faire en consultation avec nous et nous travaillons maintenant sur la marche à suivre avec le ministère des Affaires étrangères", a déclaré M. Mattis à des journalistes qui l'accompagnaient à bord d'un avion le conduisant en Asie pour une tournée d'une semaine.

Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU devant l'escalade militaire en Syrie marquée par l'offensive turque, mais aussi les bombardements du régime syrien, notamment à Idleb (nord-ouest).

Au deuxième jour de cette offensive, baptisée "Rameau d'olivier", l'armée turque a affirmé avoir détruit "45 cibles", dont des abris et des caches d'armes. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, 18 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les bombardements turcs depuis samedi. Ankara affirme n'avoir touché que des "terroristes" et accuse les YPG de "propagande".

De leur côté, les autorités turques ont accusé les YPG d'être à l'origine de tirs de roquettes contre deux villes frontalières turques qui ont fait un mort et près de 40 blessés, un bilan invérifiable de façon indépendante dans l'immédiat.

Dans une mise en garde inédite, le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que quiconque manifesterait en Turquie contre l'offensive "paierait un prix très élevé". Les forces de l'ordre turques ont d'ailleurs empêché dimanche la tenue de deux rassemblements qui devaient avoir lieu dimanche, à Diyarbakir (sud-est) et à Istanbul, selon des correspondants de l'AFP.


(Lire aussi : Dans Afrine bombardée, des enfants terrifiés et des rues désertes)


Chars à la frontière

Un correspondant de l'AFP se trouvant du côté turc de la frontière a vu dimanche quatre pièces d'artillerie turque faire feu en direction de villages de la région d'Afrine, et un convoi de chars et de militaires turcs attendant d'entrer en Syrie. Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé que les forces pro-Ankara avaient pris "des villages" contrôlés par l'YPG dans la région d'Afrine, sans plus de précision.

Les combattants kurdes "vont prendre la fuite et nous les pourchasserons", a lancé M. Erdogan lors d'un discours à Bursa (nord-ouest). "Si Dieu le veut, nous terminerons cette opération en très peu de temps".

Réagissant aux informations faisant état de l'entrée de soldats turcs en Syrie, les YPG ont affirmé avoir repoussé une incursion : "La Turquie voulait entrer à Afrine, mais nous avons repoussé leur attaque", a affirmé un porte-parole des YPG, Birusk Hasakeh.

Ankara accuse les YPG d'être la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de trente ans et est considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste. Il s'agit de la deuxième offensive turque dans le nord de la Syrie, après celle lancée en août 2016 pour repousser l'EI vers le sud, mais aussi enrayer l'expansion des combattants kurdes. A la faveur du conflit syrien qui a fait plus de 320.000 morts depuis 2011, les Kurdes syriens, longtemps marginalisés, ont installé en 2012 une administration autonome à Afrine, un territoire isolé des autres zones contrôlées par les YPG plus à l'est.


(Entrevue : Environ 25 000 rebelles de l'Armée syrienne libre mobilisés dans la bataille d'Afrine)


'Dégradation'

L'offensive turque survient dans la foulée de l'annonce, par la coalition internationale anti-jihadistes emmenée par Washington, de la création d'une "force frontalière" composée notamment de guerriers kurdes, un projet qui a suscité la colère d'Ankara. Selon M. Yildirim, l'opération turque a pour but de créer une "zone de sécurité" d'une profondeur de 30 km à partir de la frontière. Les menaces d'intervention turque avaient suscité l'inquiétude à Washington, pour qui une offensive n'irait pas "dans le sens de la stabilité régionale".

L'incursion turque "pourrait détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition" combattant l'EI, a de son côté souligné dimanche la ministre française des Armées Florence Parly.

Face à cette offensive turque, Moscou a appelé à la "retenue", mais les analystes estiment qu'aucune offensive majeure ne peut être lancée en Syrie sans l'aval de la Russie, qui contrôle l'espace aérien dans le nord de la Syrie. Par ailleurs, le président syrien Bachar el-Assad a condamné dimanche l'opération turque à Afrine, accusant Ankara de "soutenir le terrorisme".


Lire aussi

Damas menace de détruire les avions turcs en cas d'intervention d'Ankara à Afrin

Pourquoi la position turque est intenable en Syrie

Et si Washington ne se donnait toujours pas les moyens de sa politique en Syrie ?

Pour Florent Parmentier, la Russie « comprend » la Turquie concernant la question kurde

Les Kurdes syriens 'sont prêts à défendre seuls' la poche d’Afrine

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Sacré Poutine Grand maître d'oeuvre face au desintegrement du bloc de lotan.

Saliba Nouhad

Quel charabia et méli-mélo d’interventions dans un jeu clair de dépecer la Syrie de demain en différentes zones d’influences distinctes:
1- zone autonome kurde à l’Ouest sous protection américaine à la frontière irakienne.
2- zone dans le Nord le long de la frontière gérée par les rebelles modérés pro-turcs protégés par la Turquie.
3- zone franche plus au Sud dominée par l’Iran et consorts préservant le corridor vital vers la Méditerranée: prix à payer par Bashar pour le support des milices iraniennes.
4- le reste de la Syrie entre les mains du boucher de Damas sous protection russe qui s’est bien consolidée pour l’avenir dans la région.
Toute cette guerre désastreuse pour en arriver là: cessons de rêver de justice et de démocratie au Moyen-Orient.
On récolte ce qu’on a semé: tout le monde en a pour son compte sauf le pauvre peuple syrien: ainsi va encore le monde de nos jours,

Gros Gnon

Ankara (et le monde) appelle Washington à "faire preuve de retenue” avec Jerusalem...

Bery tus

connivence ... la "retenue" exactement le meme speech que la Russie la "retenue"

Sarkis Serge Tateossian

Instaurer un état kurde va prendre du temps ..il est claire.

Place aux grandes manœuvres des superpuissances ....(Amérique-Russie) pour faire accepter un ordre nouveau.

Pour cette omelette comme toutes les autres...il va falloir casser des œufs ...

C. F.

Même les Russes ont évacué leurs positions, et Bachar ne peut que compter les coups. Grand sultan des temps modernes, ses arguments pèseront le prochain week-end à Sotchi, les raisons du plus fort pour (le moment), sont souvent et pas toujours les meilleurs….

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CAD ENTREE EN SYRIE ! OU EST L,ARMEE SYRIENNE ET OU SONT LES MENACES DE BACHAR DE FAIRE DESCENDRE LES AVIONS TURCS QUI ONT BOMBARDE ? CHARCHA7A !

C. F.

En ligne de mire donc, une énième conférence de paix en Russie le week-end prochain, précédée par des négociations sur la Syrie à Vienne. Les Turc renforcent leurs positions, les Kurdes espèrent être un jour récompensés pour leurs efforts, les Iraniens comme les Turcs ne veulent pas entendre parler d’un Etat kurde, Bachar de Damas rêve d’étendre son autorité sur tout le territoire syrien, le Pentagone met en place une force frontalière… il n’y a pas de photo, le conflit va durer…

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué