X

À La Une

Les Kurdes syriens 'sont prêts à défendre seuls' la poche d’Afrine

conflit

L’objectif des Turcs est de pousser la population à l’exode, afin de provoquer un changement démographique, accuse Saleh Muslim, chef du PYD, interrogé par L'Orient-Le Jour.

Acil TABBARA | OLJ
18/01/2018

Dans une déclaration à l’Orient Le Jour, Saleh Muslim accuse Ankara de vouloir pousser à l’exode les habitants de cette enclave frontalière de la Turquie, tenue par les forces kurdes, pour y installer les rebelles aujourd’hui regroupés dans la province voisine d’Idleb, qui font face à une offensive du régime syrien. Saleh Muslim est le chef du Parti de l’Union démocratique kurde (PYD) dont les hommes constituent la principale composante des Forces de Défense Syriennes soutenues par les Etats-Unis. L’annonce par Washington de la formation d’une nouvelle force à forte composante kurde déployée à la frontière avec la Turquie a provoqué la colère d’Ankara qui menace d’attaquer l’enclave kurde d’Afrine.

Question : Craignez-vous un assaut turc imminent sur l’enclave d’Afrin ?
Réponse : Pour le moment, il n’y a pas d’attaque, mais des bombardements depuis les positions turques sur la région d’Afrine. Nous avons pris nos dispositions pour défendre Afrine, qui compte plus d’un million d’habitants, dont la moitié sont des déplacés venus des autres régions syriennes. Nous avons combattu seuls à Kobané (ville reprise par les forces kurdes aux jihadistes de l’Etat islamique en janvier 2015) et personne ne nous a soutenus.
L’objectif des Turcs est de pousser la population à l’exode, afin de provoquer un changement démographique. Ils veulent y reloger les mercenaires (NDLR : les rebelles syriens pro-turcs) qu’ils ont rassemblés à Idleb (province où le régime syrien a lancé le 25 décembre une offensive pour déloger les milliers de rebelles, notamment jihadistes, qui s’y sont regroupés après la chute d’autres régions syriennes, NDLR).


(Lire aussi : Erdogan jure de détruire les "nids" des combattants kurdes en Syrie)



Q : Les Etats-Unis, qui soutiennent les Forces démocratiques syriennes (FDS), ont-ils promis d’intervenir ?
R : les Américains agissent selon leurs intérêts. Ils ne veulent pas perdre leur allié de toujours, la Turquie, et veulent en même temps ménager leur nouvel allié, les Kurdes. Ils manœuvrent pour rester au centre. Les Etats-Unis ne nous ont rien promis.
Par contre, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson s’est engagé à ne pas abandonner les FDS.

Q : Qu’en est-il de la nouvelle force de 30.000 hommes dont la formation par les FDS a été annoncée, chargée d’opérer dans des zones proches de la frontière turque? Est-ce une nouvelle force de garde-frontières ou l'affaire a-t-elle été mal interprétée, comme vient de le dire Rex Tillerson?

R : Il n’y a en fait rien de nouveau. Il s’agit d’une nouvelle forme des FDS, qui comptent aujourd’hui plus de 70.000 combattants. Les entraînements étaient déjà en cours, c’est juste une nouvelle répartition des forces.


Lire aussi
La « force frontalière » de Washington en Syrie, nouvelle épine dans le pied d'Erdogan


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MEMES PRATIQUES OTTOMANES POUR DERACINER LES ELEMENTS NON TURCS PRATIQUEES TOUT AU LONG DE L,HISTOIRE TURQUE DEPUIS L,USURPATION DE L,ASIE MINEURE ET DE L,ANATOLIE PAR LES HORDES TURCUMANES
ASIATIQUES !
MAIS CETTE FOIS-CI AVEC LE MINI SULTAN CA NE MARCHERA PAS !

Baron Xavier

bonjour Acil,
Je te lis avec plaisir, et j'espère que cela continuera.
Bien amicalement
Xavier Baron

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué