X

Liban

Mis à part le tandem chiite, les intérêts convergent vers un report des législatives

Liban
S. N. | OLJ
13/01/2018

Contrairement à la querelle autour du décret d'ancienneté de la promotion 1994, la crise liée aux réformes électorales est vouée par définition à prendre fin avant les prochaines législatives.
Cela, bien entendu, si la volonté affichée par tous d'honorer l'échéance est sincère.
Hier, toutes les parties ont mis en avant l'impératif de tenir les élections dans les délais, tout en réitérant leurs arguments pour ou contre la création de dix « mégacentres » électoraux, c'est-à-dire des centres de vote spécialisés desservant plusieurs circonscriptions (celui de Beyrouth devant être le seul à les desservir toutes). Rappelons que le Courant patriotique libre (CPL) plaide pour ce projet, soutenu – moins frontalement – par les Forces libanaises (FL) et le Premier ministre, face au Hezbollah, au mouvement Amal et au Parti socialiste progressiste.

Réunie hier au siège du parti Baas, la Rencontre des partis (Hezbollah, Amal, Marada et partis prosyriens) a publié un communiqué pour dire son « refus de toute tentative d'entraver la tenue des législatives dans les délais ». Ces partis ont appelé au « respect de la loi électorale, en dépit de ses failles », tout amendement pouvant servir à justifier un report éventuel des élections.

En contrepartie, le CPL accuse franchement ses alliés d'entraver les réformes par pur intérêt électoral. « Nos alliés ne veulent pas de réformes pour des raisons électorales », a ainsi déclaré hier l'ancien ministre Fadi Abboud à l'agence d'informations al-Markaziya. Un membre des FL ajoute à L'Orient-Le Jour que le Hezbollah et Amal préfèrent garder leurs électeurs potentiels le plus près possible géographiquement, pour mieux les contrôler.

Les défenseurs des « mégacentres » veillent en même temps à écarter le risque d'un report du scrutin. « Il est nécessaire que les législatives aient lieu à la date prévue », a fait valoir le bureau politique du CPL réuni hier, tout en réaffirmant son attachement aux « réformes mises sur la table ». Et de préciser que « la loi électorale oblige le gouvernement à produire des cartes biométriques. S'il ne les produit pas, il devra proposer un amendement légal afin d'éviter les recours en invalidation contre les résultats des élections ».

En réalité, la loi électorale prévoit deux réformes : la carte magnétique (prévue dans le corps de la loi) et les « mégacentres » (prévus seulement dans les motifs de la loi). À la carte magnétique, utilisable uniquement pour le vote, il avait été convenu de substituer la carte biométrique (un meilleur investissement sur le long terme pour sa double utilité comme carte d'identité et carte électorale). Ce projet était tombé à l'eau avant l'épisode de la démission de Saad Hariri, sur fond de soupçons de magouilles. Il avait été entendu que la non-adoption de la carte ne serait pas une violation de la loi électorale, celle-ci ayant reconnu par ailleurs la carte d'identité et le passeport comme moyen d'identification de l'électeur, comme l'explique à L'OLJ un membre de la commission.

Lorsque la commission a repris ses réunions, tous, y compris le chef du CPL, Gebran Bassil, auraient tourné la page de la carte biométrique, tout en s'entendant sur l'enregistrement préalable comme substitut, sans lequel le vote des électeurs dans leur lieu de résidence ne serait pas possible. Cet enregistrement avait donc fait l'objet d'un « consensus », poursuit le membre de la commission. La proposition de créer des « mégacentres » avancée lors de la dernière réunion de la commission n'a donc fait que « compliquer inutilement les choses », d'autant que ceux-ci ne sont pas prévus dans le corps de la loi.

 

(Repère : Promotion 1994 : si vous n'avez toujours rien compris, voici ce qu'il faut savoir)

 

 

Intérêts convergents
Mais par-delà le volet technique, les motifs réels des uns et des autres sont à chercher dans les « intérêts électoraux » qu'ils se reprochent mutuellement. Une lecture objective des effets de la nouvelle loi permet de constater que la proportionnelle et le vote préférentiel favorisent largement le tandem Hezbollah-Amal. Tout en consolidant leurs sièges dans leurs fiefs, ces deux partis ont de grandes chances de percer au niveau des autres circonscriptions, et de recueillir une large majorité parlementaire pluriconfessionnelle. Les blocs parlementaires du Changement et de la Réforme et du courant du Futur seraient réduits de moitié au moins. À L'OLJ, un expert projette une « baisse d'un tiers au moins » des acquis du bloc aouniste dans des régions symboliques comme le Kesrouan – sans compter les risques d'une défaite de Gebran Bassil dans le Nord. « Il y a une prise de conscience aussi bien de la part du courant du Futur que du chef de l'État que la nouvelle loi ne joue pas en leur faveur », souligne l'expert.

Ramener sur le tapis la question des réformes aurait donc effectivement pour but – comme affirme le craindre le président de la Chambre – de forcer un rééquilibrage du jeu électoral en poussant à revoir le nouveau code, quitte à initier, plus qu'un report des élections, un retour à l'ancienne loi de 1960. Mais si la volonté des uns y est, elle est en nette contradiction avec celle du Hezbollah. Et le président de la Chambre a pris soin d'y « faire barrage », rappelle un observateur à L'OLJ : dès que les réformes ont réintégré le débat il y a un mois, Nabih Berry avait déclaré que « cette porte ne serait pas ouverte ». Selon une source FL, la polémique sur les réformes verrait une fin prochaine, qui serait consentie par Saad Hariri.

 

(Lire aussi : La perspective d’une mainmise du Hezbollah sur le Parlement suscite des craintes)

 

 

Le soutien de Raï à Aoun
Il reste à savoir par quels moyens Saad Hariri et Michel Aoun tenteront de limiter leurs pertes. Et si ces moyens seraient compatibles entre eux. Le premier continue en tout cas de s'essayer au jeu de l'équilibriste. Alors que la querelle sur la promotion 1994 révèle de plus en plus clairement ses finalités électoralistes – « cette querelle est politique », a ainsi déclaré hier le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, devant une délégation de l'ordre de la presse –, le camp haririen tente de faire oublier la signature mal calculée de son leader. Lors d'une cérémonie d'hommage aux moukhtars de Beyrouth, le ministre de l'Intérieur a valorisé « la coopération des trois présidences comme pilier de la stabilité » et « la tolérance d'Abou Moustapha (Nabih Berry) », tandis qu'en visite à Aïn el-Tiné, le ministre haririen de la Culture, Ghattas Khoury, a voulu donner un « signe », en affirmant que « les choses sont positives et se dirigent vers des solutions » .

Du côté du camp aouniste, la polémique dévoile progressivement sa dimension communautaire. À l'issue d'une visite hier à Baabda, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a exprimé son soutien au chef de l'État. « La polémique sur le décret d'ancienneté n'a pas lieu d'être », a déclaré le prélat maronite, tout en défendant l'avis constitutionnel de Baabda, qui n'exige pas le contreseing du ministre des Finances, puisque le décret, a dit Mgr Raï, ne concerne que le ministre de la Défense et ne possède pas d'impact financier.

Dans le cadre d'une vaste tournée à Achrafieh, Gebran Bassil a pour sa part été reçu par le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi, devant lequel il a lié l'échéance électorale à « la réforme du système politique ». « Le Liban a rendez-vous cette année avec cette réforme », a-t-il déclaré à l'issue de sa visite.
Lors de l'inauguration d'un poste de relais à Achrafieh, où il représentait le chef de l'État, il s'est félicité de la productivité de son équipe, « obstruée » par d'autres. Le ministre de l'Énergie César Abi Khalil a dénoncé, quant à lui, l'instrumentalisation des avancées sur le dossier du pétrole, dans une allusion à peine voilée au président de la Chambre.

 

 

Lire aussi
Craintes d'un effet pervers de la querelle Aoun-Berry

La querelle Aoun-Berry, une dérive dans la dérive

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

" Le plus grand conquérant est celui qui sait vaincre sans bataille. "

Lao-Tseu

Irene Said

Et, bien-entendu, le Liban et son peuple sortiraient indemnes et prospères d'un tel conflit !

Car le Hezbollah et son commanditaire à Téhéran n'investiraient plus pour des milliers de missiles et autres jouets de guerre, mais pour enfin développer les régions sous leur contrôle, n'est-ce pas ?!
Au fait...l'Etat Libanais a-t-il chargé le Hezbollah de faire la guerre à Israël ?
Irène Saïd

ACE-AN-NAS

Lors de la prochaine guerre entre Israël et le Hezb, selon les propres termes du ministre israélien Lieberman, le Hezb lancera entre 3000 et 4000 missiles par jour capables d’atteindre tout le ‘territoire’. Tel est le scénario « le plus dangereux et logique » d’une éventuelle guerre, conformément aux données des renseignements israéliens.

Le quotidien israélien Yediot Aharonot a rendu publique, vendredi, la lecture de Lieberman sur ce sujet qu’il a exposée devant ses homologues en avril 2016. Il a souligné que le nombre total des roquettes et des missiles lancés par le Hezb sur Israël lors de la guerre de 33 jours en 2006 équivaudrait aux missiles qui pleuvront sur Israël par jour. Lieberman a évoqué une moyenne de 150 missiles par heure.

Les rapports israéliens mettent, en outre, en garde contre la capacité destructrice, la précision et la longue portée de ces missiles qui seront incomparables à ceux tirés par le Hezb en 2006.

Et de noter : « une faiblesse de résistance dans le front interne en Israël, qui affectera, en plus du moral des soldats , la poursuite du soutien logistique à ce front. Ce dernier sera, pour la première fois, exposé à d’énormes quantités de feu ».

Et de conclure : « le grand défi qui attend Israël sera l’étendue du champ de la bataille vers la Syrie ». Selon les prétentions israéliennes, « l’Iran s’efforce à renforcer le front syrien par des missiles pouvant atteindre tout Israël ».

Antoine Sabbagha

Allez messieurs les députés restez encore un an en plus au parlement , dans ce pays le peuple dort dans un profond sommeil , ne le réveillez surtout pas sinon vous n' existerez plus .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PRESENTE LOI EST UNE CATASTROPHE SURTOUT QUE LES LEGISLATIVES SE PASSERONT SOUS LE SPECTRE DES ARMES ILLEGALES D,UNE COMMUNAUTE SPECIFIQUE ET DE SES ACCESSOIRES TOUS ENTIEREMENT OTAGE DE SES DEUX MILICES ARMEES !

gaby sioufi

a quoi jouons nous la ?
pourquoi ce matraquage a ce propos ?
le tandem chiite risque d'obtenir la majorite parlementaire etc.... ?
qui peut le croire ?
pourquoi taire QUE, cela ne serait possible QU'AVEC L'APPORT des deputes aounistes ?
est ce que les politiques veulent devier l'attention du citoyen alors qu'eux s'pccupent en catimini de sujets autrement serieux ?
est ce les medias qui veulent remplir pages & sites web de sujets "" juteux"" ?

moi je trouve TRES CURIEUX

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué