X

Économie

Hydrocarbures offshore : Abi Khalil dévoile les principaux éléments des contrats

Énergie

La part de l'État dans le partage des revenus issus de la production d'hydrocarbures offshore variera de 65 % à 71 % pour le bloc 4, et de 55 % à 63 % pour le bloc 9.

16/12/2017

Au lendemain de la décision du Conseil des ministres d'autoriser la signature des contrats d'exploration et de production d'hydrocarbures offshore, le ministre de l'Énergie, César Abi Khalil, a révélé hier les principaux détails techniques et financiers de ces accords. Le consortium mené par le géant français Total, et composé de l'italien ENI et du russe Novatek, qui était le seul candidat en lice dans le cadre de la première phase d'attribution des licences d'exploration et de production, avait déposé le 12 octobre deux offres distinctes pour le bloc 4 (au centre) et le bloc 9 (au sud) de la zone économique exclusive (ZEE) libanaise, toutes deux retenues par le gouvernement.

Avant d'obtenir le feu vert du Conseil des ministres, M. Abi Khalil avait mené fin novembre trois jours de « rudes » négociations avec le consortium, qui, « conformément au protocole de l'appel d'offres, n'ont porté que sur le volet technique », a-t-il souligné lors de sa conférence de presse. L'offre technique (30 % de la note) concerne les « engagements minimum de travail », que le consortium détermine notamment par l'étendue des études géophysiques qu'il compte mener et le nombre de puits qu'il compte creuser lors des deux phases d'exploration (cinq ans au total). « Pour le bloc 4, le consortium avait proposé de creuser un puits lors de la première phase d'exploration (trois ans), et un autre lors de la deuxième phase (deux ans). Il avait expliqué songer à la possibilité de creuser un troisième puits, sans pour autant s'y engager », a indiqué M. Abi Khalil. « Nous avons obtenu lors des négociations que le consortium s'engage à creuser trois puits au total dans le bloc 4 », a-t-il poursuivi. Concernant le bloc 9, le consortium s'est engagé à creuser un puits lors de chacune des phases d'exploration. « Nous avons également exigé du consortium qu'il débute les préparations dès 2018, afin qu'il puisse creuser les deux premiers puits en 2019. L'avancée des travaux dans les deux blocs se fera de manière simultanée », a ajouté M. Abi Khalil.

 

(Lire aussi : Pétrole offshore : Berry réclame une "accélération" des procédures)

 

Part de l'État
Dans ses offres financières (70 % de la note), le consortium a déterminé la part de l'État dans le partage des revenus (profit oil), dont le minimum avait été fixé à 30 % par le gouvernement libanais. « Pour le bloc 4, le consortium a fixé une fourchette allant de 65 % à 71 % pour la part de l'État, et une fourchette de 55 % à 63 % pour le bloc 9 », a annoncé M. Abi Khalil. Le consortium a pris en compte neuf différents scénarios pour établir ces fourchettes, en se basant sur une équation progressive de partage des revenus entre l'État et les trois compagnies, mettant en relation une série de variables dont le prix du gaz et la quantité produite. « La part de l'État constituera une des principales sources de revenus de l'État dans le secteur, avec les royalties (4 % pour le gaz) et l'impôt sur les bénéfices des compagnies pétrolières (20 %) », a rappelé M. Abi Khalil.

Le ministre de l'Énergie a également confirmé que la signature des contrats d'exploration et de production aura lieu avant février 2018. « J'enverrai dans les prochains jours une notification officielle au consortium, et, à compter de cette date, il disposera d'un mois pour fournir les documents requis », a-t-il déclaré. Le consortium devra fournir les versions complétées des contrats-types d'exploration et de production pour chacun des blocs, une garantie de la maison mère, et déposer une garantie bancaire pour ses engagements de travail. Cette garantie bancaire, dont le montant devrait atteindre quelques dizaines de millions de dollars, pourra être réclamée par l'État libanais si le consortium ne respecte pas ses engagements de travail.

En revanche, M. Abi Khalil ne s'est pour le moment pas engagé à publier la version finale des contrats. « C'est une question que nous devrons encore discuter avec l'Autorité de l'énergie (LPA), mais il faut rappeler que le contrat-type a déjà été publié en janvier par décret (n° 43) et que je viens à l'instant de communiquer les principaux éléments des offres techniques et financières », a-t-il justifié auprès de L'Orient-Le Jour.

 

 

Pour mémoire

Pétrole offshore : constitution de trois nouvelles commissions parlementaires

Hydrocarbures : Ali Hassan Khalil veut un fonds souverain « transparent »

Lancement d’un réseau pour les professionnels des hydrocarbures

Hydrocarbures offshore : Total, ENI et Novatek présentent deux offres

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Qui sont les conseillers techniques et financiers Libanais de Mr le Ministre?
Qu’en est-il de la société Nationale Libanaise des pétroles qui devait être créée avant toute signature?
Quels seraient les bénéfices bruts de cette exploitation pour le peuple Libanais?
A-t-on songé à créer un fond souverain de l’ état Libanais où on déposerait un pourcentage des profits pour rembourser la dette horrible de l’état et pour les futures générations, comme cela se fait dans les états démocratiques qui se respectent?
Aucun mot de tout cela: on veut simplement poursuivre en justice certains qui se sont permis de poser ces questions et même plus ( le Monsieur 5%), et on noie le poisson avec des chiffres que personne ne comprend.
Improvisation à la Libanaise, absence de transparence et que ceux à qui ça ne plait pas se tapent la tête contre le mur!
Le chien aboie et la caravane passe...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL EXPERIENCE AVAIT CE MINISTRE POUR MENER A BIEN ET AU PROFIT DU LIBAN DES NEGOCIATIONS OU LES AUTRES PARTIES AVAIENT DES ELEMENTS CHEVRONNES EN LA MATIERE ?

aliosha

On nous promet des sardines pour 2018 et 2019 ( samak bahrou ). Avec le serieux des dits responsables ces projets : echangeur , aeroport Rene Moawad,chemin des fer , les bus etc etc c'est des chateaux en Espagne sorry chateaux au Liban. C'est quoi la prochaine chanson ???

gaby sioufi

SOS!
qui a bien compris , PRIERE expliquer de COMBIEN est la part de BENEFICE NET du Liban ? APRES les rudes » négociations avec le consortium?

les termes utilises dans ce bel expose ?

(70 % de la note financiere )?
partage des revenus (profit oil),30% ?
royalties de 4 % pr le gaz ?
im[pot sur les benefices des Co petrolieres 20 % ?
65 % à 71 % pour le bloc 4 ?
55 % à 63 % pour le bloc 9 ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Helsinki : le Liban attend aussi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué