À La Une

Statut de Jérusalem: les mises en garde affluent vers Trump, dont celle du pape

Proche-Orient

Le président américain ordonnera par ailleurs de préparer le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Il ne fixera pas de calendrier pour ce déménagement qui devrait prendre "des années".

OLJ/AFP
06/12/2017

Les mises en garde, y compris celle du pape François, ont afflué mercredi à l'adresse du président américain Donald Trump qui s'apprête à prendre une décision historique en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël.

"Je ne peux taire ma profonde inquiétude", a déclaré le pape. "J'adresse un appel vibrant pour que tous s'engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions pertinentes de l'ONU".
Le souverain pontife ne peut qu'accorder un intérêt tout particulier à la ville qui abrite les lieux les plus saints de trois grandes religions monothéistes, y compris le Saint-Sépulcre.

L'Iran, bête noire de M. Trump, ne s'est pas privé de pincer la corde religieuse, en déclarant qu'il "ne tolérera pas une violation des lieux saints musulmans".

Ces voix ne sont que quelques-unes de celles qui ont continué à s'élever pour s'alarmer notamment du risque de violences causé par la question de Jérusalem, chaudron diplomatique.

Les groupes palestiniens ont appelé à trois "jours de rage". Dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens en colère ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump. Un rassemblement est prévu jeudi à Ramallah en Cisjordanie, territoire occupé par l'armée israélienne depuis 50 ans.

Dans une intervention prévue à 18H00 GMT, M. Trump doit rompre avec des décennies de diplomatie américaine et internationale et reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Il tiendra son engagement de campagne et ne fera là que reconnaître "une réalité" à la fois historique et contemporaine, a dit un responsable américain sous le couvert de l'anonymat.

 

 

(Lire aussi : Statut de Jérusalem : les fronts en présence)

 

Casus belli
M. Trump ordonnera par ailleurs de préparer le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Il ne fixera pas de calendrier pour ce déménagement qui devrait prendre des années.

Dans un apparent souci d'apaiser les Palestiniens, M. Trump est prêt à soutenir "une solution à deux Etats", a dit le responsable américain, alors que le président des Etats-Unis s'est jusqu'alors, à la grande frustration des Palestiniens, gardé d'adhérer à l'idée d'un Etat palestinien indépendant, solution référence de la communauté internationale.

Toute reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël est un casus belli pour les dirigeants palestiniens, qui revendiquent Jérusalem-Est, occupée puis annexée par Israël, comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

L'Autorité palestinienne, interlocutrice des Etats-Unis, d'Israël et de la communauté internationale, a prévenu que les Etats-Unis se discréditeraient comme intermédiaire impartial de toute entreprise de paix et que l'effort actuellement mené par les collaborateurs de M. Trump pour tenter de ranimer une dynamique moribonde seraient considérés comme terminés.

La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale "éternelle et indivisible".

 

 

 

'Incendie' régional
"L'avenir de Jérusalem est quelque chose qui doit être négocié avec Israël et les Palestiniens assis côte à côte", a dit l'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, lors d'une conférence à Jérusalem, alors que les négociations de paix sont suspendues depuis 2014.

Alors que chacun guettait sa réaction, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est au contraire resté silencieux sur le sujet lors de son discours durant la même conférence.
M. Netanyahu, à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l'histoire d'Israël, a aussi ordonné la discrétion à ses ministres pour ne pas attiser les tensions, selon les médias.

Plusieurs d'entre eux ont cependant salué l'augure, tel le ministre de l'Education Naftali Bennett qui a appelé d'autres pays à emboîter le pas aux Etats-Unis. Pour lui, la décision à venir de M. Trump "constitue un pas spectaculaire vers la paix".

Le ministre américain des Affaires étrangères Rex Tillerson a de son côté assuré que M. Trump restait "très engagé en faveur du processus de paix". "Nous continuons de croire qu'il y a une très bonne opportunité de faire la paix".

Le roi Salmane d'Arabie saoudite, grand allié de Washington, a prévenu qu'une telle décision risquait de provoquer "la colère des musulmans" et la Turquie a brandi le spectre d'un "incendie" régional en jugeant qu'une reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël "ferait le jeu des groupes terroristes".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan veut réunir un sommet des dirigeants des principaux pays musulmans le 13 décembre à Istanbul. Une réunion d'urgence de la Ligue arabe pourrait avoir lieu samedi.
La Chine, le Royaume-Uni et le Pakistan ont joint leur voix au concert de réprobation.

 

Lire aussi

Trump, fossoyeur de la politique historique des États-Unis sur Jérusalem ?

Ambassade américaine: Israël espère que Trump va mettre fin à une "situation absurde"

Reconnaissance US de Jérusalem en tant que capitale d'Israël : Voici pourquoi ce scénario est lourd de conséquences

Des ex-ambassadeurs israéliens appellent Trump à ne pas reconnaître unilatéralement Jérusalem capitale d'Israël

Lire aussi

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Au moins reconnaitre un Etat fort palestinien avant de reconnaitre Jerusalem comme capitale pour les Juifs .

Sarkis Serge Tateossian

Les trois religions monothéistes prétendent représenter l'amour, la paix ...l'humanité !

Les trois religions se sont massacrés à Jérusalem au nom des valeurs de leur Dieu.(enfin ce qu'ils prétendent les "humains")

Leur Dieu est unique. Chacun l'appelle selon sa perception.

Dieu, peux tu nous offrir un peu de ta miséricorde, de ta sagesse infinie pour emplir les cœurs des humains de ton amour et de ta paix ?

gaby sioufi

et si , en ce faisant Trump voulait passer un autre message , celui de faire honneur aux palestiniens ,
celui de leur signifier reconnaitre la justesse de leur exigeance - jerusalem leur capitale - mais aussi celle d'Israel ?
de preparer le terrain pr une formule introuvable certes mais esperee qd meme?


Ma Fi Metlo

Je souhaite de tout coeur que ce transfert s'opère, pour que le monde arabe chrétien et musulman se rende compte de la démission et de la faiblesse de leur politique devant l'arrogance et unilatéralisme des usrpateurs de terre .

Quelle honte pour eux.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI L,IRE DU MONDE MUSULMAN ET PAS CELLE AUSSI DU MONDE CHRETIEN... JERUSALEM ETANT UNE VILLE INTERNATIONALE CAR CAPITALE DES TROIS RELIGIONS MONOTHEISTES !
L,HEBETUDE NE DOIT PAS PASSER !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.