Moyen Orient et Monde

L’Iran prône un « dialogue » régional sans interférences

Crises au Moyen-Orient
OLJ
04/12/2017

Le président iranien Hassan Rohani a plaidé hier pour une résolution des crises au Moyen-Orient par le « dialogue » entre acteurs régionaux, sans interférence des « puissances étrangères ». « Nous estimons que, s'il y a un problème dans la région, il peut être réglé par le dialogue », a dit M. Rohani dans un discours télévisé prononcé à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau port à Chabahar, dans le sud-est de l'Iran. « Nous n'avons besoin de rien de plus important » que le dialogue, a-t-il dit, avant d'ajouter : « Nous n'avons besoin ni d'armes ni de l'intervention des puissances étrangères. Nous pouvons nous-mêmes, dans l'unité, l'égalité et la fraternité, régler les problèmes par le dialogue. »
M. Rohani a tenu ces propos alors que les relations entre la République islamique d'Iran, chiite, et l'Arabie saoudite, monarchie conservatrice sunnite, sont à couteaux tirés sur fond de lutte d'influence régionale.
Riyad et Téhéran soutiennent des camps adverses dans les conflits qui déchirent la Syrie, l'Irak et le Yémen, mais aussi au Liban ou encore à Bahreïn.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué