X

Liban

CPL-FL : une relation « solide » en quête de « baguette magique » ?

Partis

Les aounistes accusent leurs alliés d'avoir commis des erreurs « stratégiques ».

Yara ABI AKL | OLJ
28/11/2017

Bien avant la démission-surprise de Saad Hariri annoncée à Riyad le 4 novembre, les divergences entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre s'accumulaient, en dépit de l'attachement des deux formations à la « réconciliation chrétienne » scellée par l'accord de Meerab du 18 janvier 2016. Au centre des divergences, le plan de production de l'électricité élaboré par le ministre de l'Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil (CPL), et les nominations judiciaires monochromes (en faveur du CPL). Mais il y a surtout ce que Meerab perçoit comme « des tentatives intolérables de normaliser les rapports entre Beyrouth et Damas ». Cette question épineuse avait même poussé le leader des FL, Samir Geagea, à menacer de démissionner du cabinet Hariri, provoquant ainsi l'ire des aounistes.

Si cette menace des FL a longtemps fait l'objet de plusieurs analyses et critiques qui ont accusé Meerab de porter atteinte au compromis politique élargi de 2016, c'est le leader des FL qui a mis les points sur les i, à l'issue d'un entretien très attendu avec le président de la République, Michel Aoun, à Baabda. « Nous resterons au gouvernement. Et nous continuerons à relever les dossiers que nous évoquions durant la phase précédente », a dit le leader chrétien, notant qu'il s'agit des visites de certains ministres en Syrie, mais aussi de la présentation des lettres de créance de l'ambassadeur du Liban à Damas à Bachar el-Assad. Et d'ajouter : « Si certains ne sont pas satisfaits de ces prises de position, nous, nous le sommes. »

Ces déclarations de Samir Geagea ont été interprétées hier comme des messages adressés aux aounistes, qui n'ont jamais caché leur mécontentement quant à l'opposition de leurs alliés à nombre de questions soulevées en Conseil des ministres. Mais à cela s'est dernièrement ajoutée la démission de Saad Hariri, dont se sont félicitées les FL, contrairement au CPL.

 

(Lire aussi : Concertations « positives », pavoise Baabda)

 

Dans les milieux proches de Samir Geagea, et en dépit de toutes ces failles, on semble déterminé à ne pas alimenter la polémique suscitée entre les deux formations. On n'attaque donc pas ouvertement le parti dirigé par Gebran Bassil. « Certaines forces politiques œuvrent à écarter les FL du pouvoir politique afin de continuer à conclure des marchés douteux portant sur l'électricité et le pétrole », indique un cadre FL à L'Orient-Le Jour. Allusion à peine voilée au ministre de l'Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil, qui planche actuellement sur la question du pétrole libanais.

Selon le proche de Samir Geagea, « la présence des FL au sein du cabinet et leur attachement à la souveraineté du pays dérangent certains protagonistes, mais nous poursuivrons sur cette ligne quel qu'en soit le prix ».

À l'heure où d'aucuns plaidaient pour la tenue d'une rencontre (devenue nécessaire) entre Michel Aoun et Samir Geagea pour tenter de normaliser les rapports entre les deux formations, la réunion d'hier s'est principalement articulée autour des motifs de la démission de Saad Hariri. Mais les milieux de Meerab restent optimistes. « La réunion de Baabda ouvre certainement la voie à une normalisation des relations entre les deux partis », dit-on, notant toutefois que « ce n'est pas le bon moment pour évoquer la question de ces rapports ». « Ceux-ci ont connu des secousses, mais ne se sont pas détériorés », ajoute-t-on de même source.

Pour ce qui est des accusations lancées contre le parti de Samir Geagea au sujet de la démission des ministres FL, le proche du chef des FL fait valoir que les ministres de son parti ont décelé des « infractions intolérables » qui les ont poussés à menacer de se retirer de l'équipe ministérielle, notant que cette position ne servait aucunement des objectifs à caractère populiste et n'était nullement de la surenchère.

 

(Lire aussi : La neutralité, encore et toujours, l'édito de Michel TOUMA)

 

« La baguette magique »
Chez les aounistes, on est beaucoup plus tranchant. Si ce parti dirigé par Gebran Bassil reste attaché à la réconciliation de 2016 avec les FL, dans la mesure où il s'agit d'un « besoin pour la société chrétienne », il ne manque pas de faire état de certaines « erreurs stratégiques » qu'ont commises les FL.

De source autorisée au sein du CPL, on souligne que lorsqu'un parti se démarque des autres sur le plan stratégique, cela laisse des retombées négatives sur la situation politique générale. Allusion aux positions diamétralement opposées des deux partis au sujet de la démission de M. Hariri. Et de poursuivre : « Lorsque deux partis sont alliés, il est intolérable de voir l'un d'eux mener des campagnes de matraquage médiatique contre l'autre. »

Pour commenter les rapports entre les deux alliés chrétiens, certains évoquent des erreurs stratégiques des FL. Selon eux, c'est dans un mauvais timing que Meerab a exercé un forcing pour que soient profondément examinés les motifs de la démission de Saad Hariri, à l'heure où le chef de l'État, Michel Aoun, tentait d'absorber la grogne en insistant sur la nécessité du retour du Premier ministre.

La relation entre le CPL et les FL est axée sur l'entente solide de Meerab conclue en janvier 2016, mais a peut-être besoin d'une baguette magique pour rétablir une situation normale, conclut-on dans les milieux aounistes.

 

 

Lire aussi

Figures paternelles et unité nationale, En toute liberté de Fady NOUN

Le Hezbollah se retirerait vers Qoussair « pour faciliter la tâche à Aoun »

De quoi cette fameuse « distanciation » est-elle le nom ?

Jaafari ben Abdel Aziz ?, l'édito de Ziyad Makhoul

Ce qui pourrait effectivement pousser Hariri à revenir sur sa démission...

Massirat Watan, nouvelle initiative citoyenne dans la perspective des législatives

FL-Futur : une relation « stratégique », troublée par des « vices de forme »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

c'est magnifique de voir que meme avec les différentes point de vue en politique le CPL ET LES FL font enfin passer la reconciliation interchretienne c'etait une necessitee .. sauf pour qlq uns qui ont des griefs personnelle avec les FL comme par exemple de pratique qui ne servent pas du tout l'intérêts des chrétiens (comme le veut chèrement le CPL)

c'est notre bassil quotidien qui est entrain de faire comme son bo pere .. je parie que vous vous rappelez pas comment el manar a manigancer une interview avec AOUN MONTRANT UNE PHOTO D'UN HOMME POINTANT SA MITRAILLETTE SUR LES MANIFESTANTS CPL .. OR IL NOUS AIT APPARU QUE C'ETAIT UNE PHOTO TRUQUER ... IDEM POUR BASSIL QUI ACCUSE UN PARTI LIBANAIS D'AVOIR FORCER LA DEMMISSION DE HARIRI

Fredy Hakim

Geagea a capitulé devant Aoun, espérant devenir le prochain président ! Ne lui reste plus aucun allié sérieux, sinon peut être une alliance avec S. Frangié! Une nouvelle visite de Qourdaha bastion de la famille Assad s'impose Mr Geagea?

Henrik Yowakim

Les aounistes accusent leurs alliés d'avoir commis des erreurs « stratégiques »

LA PLUS GRANDE ERREUR STRATÉGIQUE RESTANT ÉVIDEMMENT LE FORCING DES FL POUR FAIRE ÉLIRE LE CANDIDAT DE L'IRAN ET DU HEZBOLA A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE,

ERREUR DONT ILS CUEILLENT AUJOURD'HUI LES FRUITS FANTASTIQUES AVEC LES NOMINATIONS ET LES ARNAQUES ELECTRIQUES

MAIS AUSSI ERREUR FATALE POUR LES FL ET QUI A SIGNÉ LA FAILLITE DES FL ET L'ÉCLATEMENT DES FORCES SOUVERAINISTES DU 14 MARS

TOUT EN CONSACRANT LA AOUNISATION IRRÉVERSIBLE DE LA HAUTE ET MÊME DE LA BASSE ADMINISTRATION PUBLIQUE

ET DIRE DANS SA NAÏVETÉ OPPORTUNISTE SIRE GAGA SE VOYAIT DÉJÀ LE PROCHAIN PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE?????

OPTION POTION

Geagix est malin , très malin .

S'être amarrer aux thèses des résistants lui ont permis une rallonge politique, sinon il aurait fini comme les kataeb.

Voire pire , puisque geagix n'aurait pas brillé sans cet petit grefillon .

Pierre Hadjigeorgiou

La seule « erreurs stratégiques » qu'ont commises les FL c'est d'avoir accepter l’élection de Aoun A la Présidence. Nous en vivons les méfaits journellement...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST PLUTOT UNE RELATION DE CIRCONSTANCE ! LES APPARENCES LES UNISSENT... LES FONDS LES SEPARENT !

Yves Prevost

Les relations CPL-L se heurteront toujours à "l'erreur stratégique" majeure (pour employer un euphémisme) du CPL, à avoir son soutien inconditionnel au Hezbollah et à son armement illégal.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ses proches, Aoun ne cédera pas

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué