Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Des hackers iraniens ont attaqué les serveurs des bureaux de Aoun et Hariri, selon Le Figaro

Une source proche du Courant du Futur affirme à l'OLJ "vérifier" les informations rapportées par le quotidien français.

Selon une source" au sein d'un service de renseignement occidental très actif au Moyen-Orient" interrogée par Le Figaro, les serveurs de la présidence libanaise et du Premier ministre ont été piratés par des hackers iraniens. Photo Bigstock

Des hackers iraniens soutenus par Téhéran auraient piraté les serveurs des bureaux du président libanais, Michel Aoun, et de son Premier ministre, Saad Hariri, notamment pendant la crise provoquée par la démission de ce dernier, le 4 novembre, depuis Riyad, en Arabie saoudite, a rapporté le quotidien français Le Figaro.

Selon une source anonyme "au sein d'un service de renseignement occidental très actif au Moyen-Orient" citée par le journal, ce groupe de pirates informatiques, engagés dans le cadre d'une opération baptisée "Oilrig", agit depuis six mois sur les serveurs libanais et a eu accès aux comptes e-mail du chef de l'Etat et du chef du gouvernement. Cette source indique également que les serveurs des ministères libanais de la Justice et des Affaires étrangères ainsi que ceux de l'armée et de plusieurs banques libanaises ont été attaqués.

Une source proche du Courant du Futur contactée par L'Orient-Le Jour n'a pas souhaité commenter ces informations pour le moment. "Nous les vérifions", s'est-elle contentée de déclarer.

Toujours selon la source citée par Le Figaro, l'objectif poursuivi par ces hackers est de "tenter de peser sur les élections législatives prévues en mai prochain et favoriser le Hezbollah en cherchant à recueillir des informations embarrassantes sur ses rivaux", notamment les candidats sunnites soutenus par l'Arabie saoudite, d'après le quotidien français. Selon la source de renseignement, il s'agit de cyberpirates "civils" financés par les ministères iraniens de la Défense et de la Sécurité intérieure. D'après les services de renseignements cités, ces attaques informatiques seraient "la preuve de l'implication directe" de l'Iran dans le jeu politique libanais.

 

(Lire l'intégralité de l'article du Figaro ici)

 

Lors de l'annonce de sa démission, M. Hariri avait accusé l'Iran et le Hezbollah de mainmise sur le Liban. A son retour au Liban la semaine dernière, le Premier ministre avait annoncé qu'il gelait sa démission, à la demande de M. Aoun, le temps de concertations politiques, lancées lundi matin, notamment autour de la politique dite de "distanciation" par rapport aux conflits régionaux.

"Oilrig" est un groupe de pirates qui officierait depuis fin 2015. Il serait notamment à l'origine d'attaques informatiques contre plusieurs serveurs en Arabie saoudite et en Israël. En avril dernier, l'autorité de la cyberdéfense israélienne avait annoncé avoir déjoué une attaque visant 120 organisations, des entreprises, des ministères, des institutions publiques, des chercheurs... Selon l'autorité de la cyberdéfense israélienne, l'attaque était semblable à une attaque précédente lancée par "Oilrig".

Ces hackers ont également tenté d'infiltrer des serveurs de l'administration américaine au moment des négociations sur le nucléaire iranien. Israël et les Etats-unis sont, par ailleurs, largement suspectés d'être à l'origine du virus Stuxnet qui avait mis à mal les réseaux iraniens en 2010.

En octobre dernier, le général israélien Nadav Padan, en charge du commandant militaire informatique, communications, renseignement et cyberdéfense, avait déclaré lors d'un sommet organisé par Reuters que les capacités iraniennes en terme de cyberattaques ne cessaient de s'améliorer. "Ils ne sont pas à la pointe, ils ne sont pas une super cyberpuissance, mais ils deviennent de plus en plus forts", avait déclaré le général, soulignant que pour leurs attaques, les Iraniens avaient recours à l'aide du Hezbollah.

Des hackers iraniens soutenus par Téhéran auraient piraté les serveurs des bureaux du président libanais, Michel Aoun, et de son Premier ministre, Saad Hariri, notamment pendant la crise provoquée par la démission de ce dernier, le 4 novembre, depuis Riyad, en Arabie saoudite, a rapporté le quotidien français Le Figaro.
Selon une source anonyme "au sein d'un service de renseignement...

commentaires (10)

Ils voulaient cracker les secrets du jeux Solitaire des Prez... suspense....

Wlek Sanferlou

15 h 17, le 28 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Ils voulaient cracker les secrets du jeux Solitaire des Prez... suspense....

    Wlek Sanferlou

    15 h 17, le 28 novembre 2017

  • oui moi j'y crois car il y a déjà eu precedent dans le domaine et l'iran y etait impliquer avec les russes mais pas qu'eux .. les USA... les Français tous quoi .. de plus cette information peut venir des membres des services secrets dans l'histoire des services secrets on a vue bcp d'agent faire fuiter des informations au grand public afin de les mettre en alerte

    Bery tus

    23 h 55, le 27 novembre 2017

  • Une nouvelle choquante qui pourra changer le climat optimiste .

    Antoine Sabbagha

    19 h 50, le 27 novembre 2017

  • "au sein d'un service de renseignement occidental très actif au Moyen-Orient" Encore un fantasme ....! Un grand éclat de rire ..... cela me fait penser à un autre mythe de propagande.... le fameux :"observatoire des droits de l'homme syrien basée qui possède de très nombreux informateurs" ...On entend régulièrement depuis le début de la crise syrienne .... En réalité d'autres prétendent qu'il s'agit de 3 à 5 personnes ayant un bureau basée en Turquie qui rédigent de la propagande Ahhhh l'orient avec ses mille et une histoires même en temps de guerre ! A quand la paix, la solidarité, la prospérité, le savoir, l'ouverture d'esprit les droits de l’homme,........et mille et une chose que cet orient manque cruellement ! A quand ?

    Sarkis Serge Tateossian

    18 h 23, le 27 novembre 2017

  • Voyons voir si Aoun va faire preuve du même type d'intransigeance qu'il a pu afficher face aux saoudiens...

    Chorzow Factory

    18 h 20, le 27 novembre 2017

  • Moumanaa doit dire mamnouou de voir les secrets du Prez...

    Wlek Sanferlou

    17 h 50, le 27 novembre 2017

  • La NSA écoute le monde entier depuis des années ! L'article du Figaro se base sur des sources de "services secrets occidentaux " non confirmées, donc une soit disant information que même la presse israélienne n'a pas reprise !

    Fredy Hakim

    17 h 43, le 27 novembre 2017

  • Des hackers iraniens ont attaqué les serveurs des bureaux de Aoun et Hariri, selon Le Figaro ATTAQUER LES SERVEURS DU BUREAU DE HAHA RIRI PEUT ÊTRE MAIS POURQUOI ATTAQUER CEUX DU BUREAU DE LEUR ALLIÉ AWOUN

    Henrik Yowakim

    17 h 39, le 27 novembre 2017

  • TOUTES LES PROVOCATIONS ONT LA MEME SOURCE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 31, le 27 novembre 2017

  • nous vivons dans un pays ouvert a tous les vents , a toutes les trategies , a qui mieux mieux . alors, un vent de l'est de plus ou de moins ? NOT A PROBLEM.

    Gaby SIOUFI

    17 h 31, le 27 novembre 2017

Retour en haut