Rechercher
Rechercher

Liban - Baabda

Bassil : Nous demandons le retour de Saad Hariri à Beyrouth

Dans le cadre de ses concertations politiques, Aoun reçoit l'ambassadeur Foucher.

Michel Aoun et Bruno Foucher à Baabda, hier. Photo ANI

Le président de la République, Michel Aoun, a déclaré hier, une nouvelle fois, qu'il attendait le retour du Premier ministre démissionnaire, Saad Hariri, à Beyrouth pour connaître les motifs de sa décision et prendre la position adéquate. Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a été plus direct, déclarant, dans un tweet posté hier : « Le retour du général Aoun est celui de la nation à la nation. Aujourd'hui, nous demandons le retour du Premier ministre, Saad Hariri, à Beyrouth. »
Profitant du dîner annuel de la Ligue syriaque pour commenter l'impasse politique actuelle, M. Bassil a également noté que « le Liban est la première démocratie d'Orient. Nous serons toujours fiers de dire que nous avons payé le prix fort pour avoir un président de la République et un Premier ministre qui nous représentent, et que nous avons choisis librement ». « C'est nous qui les avons choisis et personne ne peut les destituer », a-t-il martelé.
Hier, le président Aoun, poursuivant donc ses concertations élargies lancées à la suite de la démission-surprise de Saad Hariri annoncée samedi depuis Riyad, a rencontré des délégations des instances économiques, de la Confédération générale des travailleurs au Liban (CGTL) et des ordres des professions libérales. Lors de ces entretiens, Michel Aoun a de nouveau insisté sur l'importance de la préservation de l'unité nationale, estimant que les mesures prises en vue d'assurer la stabilité économique et financière ont rempli cet objectif.
Le chef de l'État (qui a également rencontré l'ancien Premier ministre Tammam Salam) a, une nouvelle fois, dit qu'il attendait le retour de Saad Hariri à Beyrouth pour discuter avec lui des motifs de sa démission. Il a également indiqué être « réconforté » par les prises de position des pays amis qui ont renouvelé leur soutien au Liban, dans tous les domaines.
À noter également que le président s'est entretenu avec l'ambassadeur de France à Beyrouth, Bruno Foucher, en présence du premier conseiller de l'ambassade Arnaud Pescheux.
Notons enfin que le président de la République a reçu une délégation du commandement de l'armée qui lui a remis une invitation à la parade annuelle de l'Indépendance (prévue le 22 novembre).


Le président de la République, Michel Aoun, a déclaré hier, une nouvelle fois, qu'il attendait le retour du Premier ministre démissionnaire, Saad Hariri, à Beyrouth pour connaître les motifs de sa décision et prendre la position adéquate. Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a été plus direct, déclarant, dans un tweet posté hier : « Le retour du général Aoun...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut