X

Liban

Radwan Sayyed à « L’OLJ » : « Un appel à de nouvelles relations islamo-chrétiennes »

Visite de Raï en Arabie

« Le voyage s'inscrit dans la continuité des politiques de Riyad au Liban », estime le chercheur.

Yara ABI AKL | OLJ
04/11/2017

C'est un voyage historique que le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, doit effectuer en Arabie saoudite, dans les deux prochaines semaines, comme il l'a annoncé jeudi dans une interview accordée à la LBCI. Outre le fait qu'il s'agit de la toute première visite d'un patriarche maronite au royaume wahhabite, le déplacement à Riyad du chef de l'Église maronite d'Antioche et de tout l'Orient est important. D'autant qu'il ne peut être dissocié du processus de réformes lancé récemment par le prince héritier, Mohammad ben Salmane, déterminé à mener son pays vers un islam modéré et le doter « de relations normales avec toutes les religions », comme il l'avait souligné.

Et c'est à partir de ce dernier point que le professeur et expert en affaires saoudiennes, Radwan Sayyed – par ailleurs farouche opposant à la République islamique d'Iran –, analyse le déplacement de Mgr Raï.
Insistant sur l'importance du fait que le dignitaire maronite se rende en Arabie à l'invitation des autorités saoudiennes, il souligne que « cela prouve que la visite s'inscrit dans la continuité des politiques de Riyad au Liban, principalement axées sur la préservation de son indépendance, de sa souveraineté et de sa stabilité ». « Le royaume n'a jamais mené d'actions à même de porter atteinte à la stabilité du pays. Mais l'élément nouveau de cette politique est l'invitation adressée à la plus haute autorité chrétienne du Liban. Elle constitue un appel à de nouvelles relations islamo-chrétiennes au Moyen-Orient », dit-il.

 

(Lire aussi : Les bruits de bottes presque inaudibles au Liban)

 

Mais, au-delà de sa signification religieuse, la visite de Mgr Béchara Raï en Arabie saoudite pourrait, selon d'aucuns, peser sur l'équilibre politique libanais dicté par le compromis élargi en vigueur depuis plus d'un an. Pour Radwan Sayyed, toutefois, « la visite n'a rien à voir avec l'accord politique de 2016, dans la mesure où celui-ci a concrétisé une volonté politique strictement libanaise dans laquelle Riyad n'intervient pas ». « Riyad est satisfait de voir les institutions libanaises fonctionner régulièrement. Et cela est à même de le réconforter », poursuit-il néanmoins, notant que « l'Arabie saoudite voudrait voir s'appliquer la politique de distanciation du Liban par rapport aux conflits des axes, afin qu'elle puisse poursuivre sa lutte contre le terrorisme ».

Sur un plan plus régional, le voyage de Mgr Raï (qui devrait s'entretenir avec le roi Salmane et le prince héritier Mohammad ben Salmane) en sa qualité de dignitaire chrétien aura lieu à l'heure où le clivage sunnito-chiite ne fait que s'amplifier dans la région. « Le problème réside dans l'ingérence de l'Iran dans les affaires arabes, et cela ne regarde pas l'Église maronite et encore moins, son chef », soutient M. Sayyed, assurant que le royaume ne voudrait aucunement embarrasser le patriarche, mais vise à donner « à la relation historique libano-saoudienne une nouvelle dimension ».

 

Lire aussi

Le patriarche Raï en Arabie saoudite « dans deux semaines »

Riyad complique la navigation acrobatique de Hariri

Pour l’opposition, le pays est devenu otage du Hezbollah

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le Patriarche Raï, à l'instar de tous les Patriarches orientaux, n'est pas un homme politique. Il peut répondre à visiter n'importe quel pays du monde ou même sans être invité comme en Israël où il s'était rendu pour rencontrer la communauté maronite de ce pays. Si sa visite est utile pour la paix avec des communautés non-chrétiennes, ceci serait un immense service pour l'amour et le respect mutuel entre les peuples. Nous sommes tous, chrétiens, musulmans, juifs, boudistes... des créatures de Dieu unique, créateur du Ciel et de la Terre.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué