Liban

Face à la campagne qui le vise, le Hezbollah affiche un grand calme

Décryptage
31/10/2017

Alors que le président de la République s'apprête à se rendre samedi au Koweït pour une visite de deux jours, haute en symboles, l'Arabie saoudite continue de hausser le ton contre le Hezbollah et ceux « qui évoluent dans son orbite ». Le dernier tweet du ministre chargé des Affaires du Golfe Thamer al-Sabhane, qui semble ces derniers temps se consacrer à la situation libanaise, a franchi un nouveau seuil dans l'incitation à la discorde interne. Cette fois, en effet, il ne s'est pas contenté de qualifier le Hezbollah de « parti du diable », ni même de considérer que les sanctions américaines « sont une bonne chose, mais restent insuffisantes », appelant à la formation d'une coalition internationale. Il a donc pratiquement sommé le gouvernement de condamner le Hezbollah, exprimant son mécontentement face à son inertie dans ce dossier. Le ministre al-Sabhane veut ainsi clairement mobiliser le monde, mais aussi les parties internes libanaises, contre le Hezbollah, considéré comme l'un des instruments du terrorisme iranien.

Cette campagne incessante du ministre saoudien contre le parti chiite s'accompagne du durcissement de la position de l'administration américaine à son égard, à travers la nouvelle loi de sanctions. Même si, selon les sources proches de Aïn el-Tiné, les nouvelles sanctions n'apportent pas vraiment d'éléments nouveaux et s'inscrivent dans la continuation des précédentes, elles laissent une importante marge de décision au président américain pour les augmenter s'il (ou plutôt lorsqu'il) le juge bon. D'ailleurs, le président de la Chambre a publiquement déclaré que les nouvelles sanctions américaines contre le Hezbollah et ses partisans ne devraient pas avoir un grand impact sur la situation économique et financière du pays, ne comportant pas réellement de nouvelles mesures. Mais cela ne signifie pas qu'elles ne créent pas un malaise au sein de la communauté chiite, qui constitue l'environnement naturel du Hezbollah. D'autant qu'elles interviennent au moment où des troubles et un vent de mécontentement sont signalés dans la banlieue sud, après l'initiative de l'État de détruire toutes les installations illégales. Pour la première fois, les chaînes de télévision locales ont pu filmer un homme critiquant ouvertement le Hezbollah et son chef. Il est certes resté seul à lancer de telles critiques nominatives et il s'en est excusé le lendemain, mais quelque part, une sorte de tabou a été brisé. Aussitôt, les analyses se sont multipliées sur la perte de popularité du Hezbollah et sur l'efficacité annoncée de la campagne internationale et régionale visant à l'encercler et à l'isoler. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le président américain Donald Trump l'a lui-même accusé d'être derrière l'attentat contre le QG des marines dans le cadre de la force multinationale en 1983 (il faut préciser à cet égard que le même attentat avait aussi visé le QG des militaires français intégrés à la même force, mais la France, qui a rendu hommage à ses soldats tombés dans le cadre de cette mission, n'a pas lancé les mêmes accusations que Trump), alors que le ministre saoudien des Affaires étrangères l'a accusé d'alimenter la guerre au Yémen, où il serait l'auteur de nombreux massacres...

Face à cette campagne générale menée contre lui, le Hezbollah reste calme et refuse d'alimenter les polémiques. D'ailleurs, dans le cadre d'une décision du commandement, c'est le secrétaire général, et lui seul, qui se réserve le droit de répondre et d'attaquer à son tour. Sa cible est aujourd'hui tripartite. Elle place l'administration américaine et son président Donald Trump, les autorités saoudiennes et les autorités israéliennes dans le même sac. Dans son dernier discours du 8 octobre, sayyed Hassan Nasrallah a commencé par répondre aux sanctions américaines, qu'il a balayées en une seule phrase, après avoir expliqué la nature à la fois religieuse et morale de l'engagement de ses partisans. Il a ainsi déclaré : « Ceux qui ne craignent pas de verser leur sang et au contraire ont fait vœu de suivre la voie tracée par l'imam Hussein ne peuvent pas redouter quelques sanctions financières et économiques. » Il a été ensuite d'une rare violence à l'égard des autorités saoudiennes, les accusant d'être dans le même camp que les Américains et les Israéliens, engagés ainsi dans le projet d'effritement de la région... qui devrait finir par se retourner contre eux. Minimisant la portée de la campagne qui le vise, Nasrallah a rappelé à ses partisans que le contexte d'aujourd'hui est différent de celui de 2006 ou même de 2000.

Désormais, le Hezbollah est devenu une force régionale, intégrée dans un axe qui regroupe la Russie, l'Iran et la Syrie, sans parler de l'Irak. Autrement dit, dans les attaques précédentes, le Hezbollah était bien moins fort et plus isolé et il a quand même remporté des victoires. C'est dire si les menaces d'aujourd'hui ne peuvent pas l'effrayer. De plus, hier, dans une véritable première, le département d'information de guerre relevant du Hezbollah a publié des photos prises à l'intérieur du territoire palestinien occupé par Israël avec une pancarte écrite en arabe, en anglais et en hébreu qui porte le slogan suivant : « Vous qui croyez nous suivre à la trace, n'oubliez pas de regarder derrière vous », dans une allusion au fait que le Hezbollah s'introduit bien plus loin que ne le croient les soldats israéliens. Sur le plan interne, le Hezbollah ne montre pas non plus des signes d'inquiétude, se déclarant attaché « au compromis présidentiel » qui a amené le général Michel Aoun à Baabda et convaincu que toute aventure de la part de certaines parties politiques ne peut que se retourner contre elles... Rendez-vous aux prochaines législatives.

 

Lire aussi

Le Hezbollah sort ses griffes face à Washington et Riyad

Nouvelles sanctions US contre le Hezbollah, le parti chiite dénonce des "agressions continues envers le Liban"

Pour mémoire

Les États-Unis mettent à prix la tête de deux cadres du Hezbollah

Salamé : Les mécanismes mis en place pour appliquer les sanctions US contre le Hezbollah sont suffisants

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Entre les Etats, il n'y a pas d'amitié, il n'y a que des intérêts. (Général de Gaulle).
Le Liban n'a aucun intérêt à se fâcher avec qui que ce soit sur la planète Terre. Plus ils nous ignorent, plus nous nous portons bien. Les déclarations par-ci et les menaces par-là, ne concernent que ceux qui les profèrent.
Un petit pays multiconfessionnel comme le Liban, s'il lui arrive de faire la guerre, il faut que ce soit sa guerre et non celle des autres. Nous refusons une fois pour toutes de détruire notre pays pour le compte des autres et ce, de tous ceux qui se trouvent entre la mer de Chine jusqu'à l'Atlantique.
Tout autre discours n'est que des balivernes.

Hitti arlette

Et dire que certains esprits obtus misent sur une insulte adressée par un type de hay el se plomb à Hassan nasrallah et à son parti pour faire croire qu il y a désormais au sein du Hezbollah des opposants prêts à se rebeller . Le gars en question, sorti de ses gonds de voir son étal démantelé par les FSI , a présenté ses excuses comme un grand . Enfin c est pour dire qu on est loin (heureusement ou malheureusement )d' un déchirement dans les rangs de la communauté chiite.

gaby sioufi

mesdames, messieurs

se devouer corps et ame a aoun implique obligatoirement defendre le hezb tt aussi loyalement , implique s'etre SOUDAIN decouvert l'ame d'un(e) revolutionnaire-MALGRE soi - comme disait Moliere.
inutile d'argumenter.

pour cette raison, parceque le president a non seulement "dedouanne" hezb, il en EPOUSE leur doctrine, parceque son sexennat termine le gendre va certainement lui succeder, parceque Geagea a commit la BETISE du siecle,
Hariri , je ne sais pas ,
faut se faire a cet etat de faits qui va donc perdurer. pour finir - rapport a l'article en question :
HALLELUJA ! GLOIRE AU HEZB , tant que les iraniens sont quiets NOUS LE SOMMES aussi

Pierre Hadjigeorgiou

Des que Hassouna s'excite de son podium dix pieds sous terre, croyez moi Mme c'est qu'il n'est pas calme du tout. De plus, le Hezbollah ne fait pas partie de ce que vous appeler l'axe "Russie, l'Iran et la Syrie, sans parler de l'Irak" car la Russie s'en contre fout du Hezbollah qu'elle considère un parti fondamentaliste islamique et donc terroriste, preuve en ai que par plusieurs fois Israël les a bombardé sans que la Russie ne lève le petit doigt ou ne fasse un commentaire. Il ne l'ont même pas fait pour Assad leur protégé temporaire. De même, l'Irak, n'est pas dans l’escarcelle de l'Iran même si Abadi est Chiite. Il est avant tout Irakien et le moment venu nous verrons ce qui se passera avec les Hachd el Arabi. Le Hezbollah est dans la mouise depuis longtemps et seul ses petite gué-guerre lui ont permis de s'en sortir. Le délai de grâce est terminé... A suivre...

Irene Said

Le Hezbollah doit être ravi d'avoir une avocate si dévouée à sa cause !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE DE BARATIN DE PARTI PRIS ET DE DESINFORMATION ET D,INEPTIES N,ALLONS-NOUS PAS ENCORE LIRE DANS LES PRETENDUES ANALYSES DE MADAME !

Saliba Nouhad

Encore une analyse cinglante glorifiant le Hezbollah et justifiant ses positions comme le gentil, honnête et dévoué nationaliste Libanais sur lequel se déverse la bave du méchant crapaud de l'Arabiie Saoudite aidé en cela par le monstre américain et le dragon israélien...
Non, mais écoutez-vous ces arguments théocratiques guerriers d'un HN sur ceux qui ont fait le vœu de suivre la voie de l'Imam Hussein et ne craignent pas de verser leur sang et ne peuvent redouter des sanctions économiques?
Parle-t-il de nos valeurs Libanaises ou de celles transnationales de l'Iran?
On critique les saoudiens, certes, mais ils n'ont jamais imposé ni financé une milice théocratique Wahabite au Liban, ont investi des milliards de $ dans notre économie et font vivre des dizaines de milliers de familles Libanaises de toutes les communautés... Des défauts, ils en ont
Mais, entre deux maux pour le Liban, je choisis le moindre.

Bery tus

dite madame quid des declarations du hezb qui en premier a ouvert le feu contre l'arabie saoudite ?! pour soutenir bien sur l'iran ... tiens donc l'unite nationale est base sur cela !?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.