X

À La Une

La guerre au Yémen se poursuivra pour éviter "un nouveau Hezbollah", dit Mohammad ben Salmane

sécurité

"Le Yémen est plus dangereux que le Liban", a insisté le prince héritier saoudien, dans un entretien exclusif accordé à l'agence Reuters.

OLJ/Reuters
26/10/2017

Le prince Mohammad ben Salmane, héritier du trône en Arabie saoudite, a affirmé, dans un entretien exclusif à l'agence Reuters publié jeudi, que son pays allait poursuivre la guerre qu'il mène au Yémen contre les Houthis, afin d'éviter que ce mouvement chiite ne se transforme en "un nouveau Hezbollah" à sa frontière.

"Nous poursuivrons (le combat au Yémen) jusqu'à ce que nous soyons sûrs qu'il n'y ait pas de +Hezbollah+ là-bas, car le Yémen est plus dangereux que le Liban", a affirmé le prince héritier, dont le pays partage sa frontière sud avec le Yémen.

"L'emplacement du Yémen est crucial. Il est situé à proximité du détroit de Bab al-Mandeb. Cela veut dire que si quelque chose se passe dans cette zone, dix pour cent du commerce mondial s'arrête. Voilà où se situe la crise", a prévenu le prince saoudien.

La guerre au Yémen oppose depuis 2014 les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, chassées de la capitale Sanaa, aux rebelles houthis, issus de l'importante minorité zaïdite, accusés d'être soutenus par l'Iran et qui se sont alliés à des unités militaires restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh. En mars 2015, les forces gouvernementales ont reçu le soutien d'une coalition militaire arabe emmenée par l'Arabie saoudite et les combats et les raids aériens n'ont pas cessé depuis. Toutes les négociations et tentatives de cessez-le-feu ont échoué. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le conflit a fait plus de 8.650 morts dont de nombreux civils.

En avril dernier, le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, avait également tenu à Riyad des propos similaires à ceux du prince Mohammad ben Salmane. "Nous devons empêcher l'effort de l'Iran pour déstabiliser" le Yémen et y créer "une nouvelle milice à l'image du Hezbollah", avait-il déclaré.

 

Pour mémoire

Le ton monte entre Riyad et le Hezbollah : la guerre par procuration reprend de plus belle

 

Lire aussi

La Chambre des représentants US adopte de nouvelles sanctions contre le Hezbollah

Comment les États-Unis comptent contrer l'influence iranienne au Moyen-Orient

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

La guerre intestinale entre les arabes semble longue et dure . Triste .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU YEMEN VOUS VOUS ETES REVEILLE TROP TARD LES ARABES... MEME FAUTE QUE CELLE DU LIBAN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants