X

À La Une

"L'avenir des déplacés syriens n'est pas au Liban", assure Lazzarini

Crise

"Le Liban a été un hôte exceptionnel mais n'est pas considéré comme une terre de naturalisation ou d'intégration des déplacés", a répété le coordinateur des Nations unies pour les affaires humanitaires au Liban, dans un entretien à la VDL 93.3.

OLJ
24/10/2017

Le coordinateur des Nations unies pour les affaires humanitaires au Liban, Philippe Lazzarini, a insisté mardi sur le fait que le Liban n'était pas une terre d'asile, et que de ce fait la naturalisation des déplacés syriens ne pouvait y avoir lieu.

"Nous devons être clairs, et nous, ainsi que le secrétaire général de l'ONU, avons répété à plusieurs reprises que le Liban a été un hôte exceptionnel, mais n'est pas considéré comme une terre de naturalisation ou d'intégration des déplacés. L'avenir de ces déplacés n'est pas au Liban, mais dans leur-mère patrie", a insisté M. Lazzarini, dans un entretien accordé à la Voix du Liban (VDL 93.3) à l'occasion du 72e anniversaire de l'ONU.

"C'est pour cela que nous devons multiplier nos efforts afin d'aboutir à une solution radicale pavant la voie à une situation sûre qui permette le retour des déplacés en Syrie, a poursuivi M. Lazzarini. Un retour en l'absence de ces conditions pourrait mettre en danger ces déplacés et les pousser à fuir à nouveau, à l'intérieur de leur pays, ou vers l'étranger".

Le responsable onusien a dans ce contexte rappelé que "la communauté internationale s'active à aider le gouvernement libanais à créer un agenda de développement qui contribue à offrir des opportunités de travail aux résidents du pays". Il a également rappelé que "les efforts se concentrent aussi sur l'obtention d'un accord qui assure l'environnement nécessaire à un retour sûr et volontaire des déplacés vers la Syrie".

Et de conclure : "Il y a des solutions à long terme pour les déplacés, notamment celles qui consistent en leur intégration ou leur naturalisation dans les pays hôtes. Mais ceci n'est pas le cas pour le Liban et la question ne fait même pas débat".

Le ministre libanais de l'Économie, Raëd Khoury, avait affirmé samedi que la crise syrienne a coûté à l'économie libanaise 18 milliards de dollars depuis son déclenchement en 2011 et que les déplacés syriens au Liban représentent désormais 40% de la population.

Plus d'un million de déplacés syriens sont enregistrés auprès de l'ONU au Liban, mais leur nombre total dépasse ce chiffre.

 

Lire l'intégralité de l'entretien, en arabe, sur le site de la VDL ici

 

Lire aussi

Réfugiés syriens : Berry prêt à prendre contact avec Damas

Les déplacés syriens représentent 40% de la population au Liban, affirme le ministre de l'Économie

« Le Liban est devenu le sixième pays le plus dense du monde »

Aoun : La présence des déplacés au Liban est un danger pour de nombreux pays

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN HOMME QUI PARLE LOGIQUE... MAIS JE NE LES VOIS PAS PARTIR... S,ILS PARTENT... DE SITOT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants