Rechercher
Rechercher

À La Une - Golan

Lieberman accuse le Hezbollah de vouloir déclencher une guerre entre Israël et la Syrie

"Hassan Nasrallah a personnellement ordonné qu'Assad et son régime soient tenus à l'écart de l'exécution des tirs (contre le Golan), en ayant pour objectif de nous attirer dans le bourbier syrien", affirme le ministre israélien de la Défense.

Des militaires de l'Onu patrouillent sur le Mont Bental, dans la partie occupée du Golan par Israël, le 23 octobre 2017. Photo REUTERS/Amir Cohen

Israël a accusé lundi le Hezbollah de vouloir déclencher une guerre israélo-syrienne en orchestrant des bombardements à la frontière sur le plateau du Golan, appelant le président syrien Bachar el-Assad et la Russie à juguler leur allié libanais.

S'adressant à sa formation parlementaire, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a affirmé que les bombardements contre le Golan ont été menés par une cellule syrienne sur ordre du Hezbollah, sans que celui-ci n'eut informé Damas de ces tirs. "Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a personnellement ordonné qu'Assad et son régime soient tenus à l'écart de l'exécution des tirs, avec pour objectif de nous attirer dans le bourbier syrien", a insisté le ministre israélien de la Défense, dont les propos étaient retransmis par la télévision israélienne.

"C'est pour cela que j'appelle le régime syrien et les forces russes présentes en Syrie à réfréner le Hezbollah. Voilà encore une autre raison pour laquelle cette formation doit être chassée de Syrie le plus tôt possible", a-t-il ajouté.

Avigdor Lieberman n'a toutefois pas précisé la source de ses informations, rappelle l'agence Reuters. Il a répété cependant qu'Israël tenait le régime syrien pour responsable des attaques en provenance de Syrie, "surtout maintenant qu'il contrôle 90% du territoire" syrien.

Des obus en provenance de Syrie se sont abattus jeudi et samedi sur la partie du Golan occupée par Israël, sans faire de victimes. L'armée israélienne a répliqué par des tirs d'artillerie sur "l'origine du tir" jeudi et sur des positions de l'artillerie syrienne samedi.

Le ministère syrien de la Défense avait nié jeudi avoir tiré des obus sur le Golan occupé et avait assuré que c'était Israël qui avait donné des instructions aux rebelles en Syrie afin de disposer d'un "prétexte" pour s'en prendre aux forces syriennes.

Les tirs au mortier en provenance de Syrie sont fréquents sur le plateau du Golan, dont une grande partie est occupée par Israël qui riposte à chaque tir, qu'il soit errant ou intentionnel.

Depuis le déclenchement de la guerre civile en 2011 en Syrie, Israël a effectué de nombreux raids aériens contre des cibles dans ce pays, principalement contre des convois transportant des armes destinées au Hezbollah, ennemi juré de l'Etat hébreu et qui aide militairement le régime syrien dans le conflit.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. Depuis la guerre de juin 1967, l'Etat hébreu occupe 1.200 km³ du Golan (nord-est), dont l'annexion en 1981 n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, alors que les quelque 510 km³ restants sont sous contrôle syrien.

La ligne de cessez-le-feu sur le Golan était considérée comme relativement calme ces dernières années mais la situation s'est tendue avec la guerre en Syrie.

 

Lire aussi

La prochaine fois, nous n'épargnerons pas le Liban, avertit un ministre israélien

Damas tire en direction d'appareils israéliens survolant le Liban, Israël riposte

 

Pour mémoire
Une guerre avec Israël aurait-elle lieu bientôt ?

Nasrallah : Si Israël déclare une guerre, des dizaines de milliers de combattants interviendront

Israël a accusé lundi le Hezbollah de vouloir déclencher une guerre israélo-syrienne en orchestrant des bombardements à la frontière sur le plateau du Golan, appelant le président syrien Bachar el-Assad et la Russie à juguler leur allié libanais.
S'adressant à sa formation parlementaire, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a affirmé que les bombardements contre...
commentaires (1)

MIN WEYN AR3ET ABOU ?

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

20 h 06, le 23 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • MIN WEYN AR3ET ABOU ?

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    20 h 06, le 23 octobre 2017

Retour en haut