Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Joumblatt s'emploie à défendre un cadre du PSP arrêté dans une affaire de collaboration avec Israël

Le leader druze libanais appelle ses partisans et la famille du suspect, Salim Abou Hamdane, au calme.

Le leader druze libanais Walid Joumblatt. Photo d'archives Joseph Eid/AFP

Le leader druze libanais, Walid Joumblatt, semblait lundi prendre la défense de Salim Abou Hamdane, alias "Abou Kifah", un responsable du Parti socialiste progressiste (PSP) arrêté ainsi que son épouse, le 19 octobre, par la Sûreté générale, en raison de soupçons d'intelligence avec Israël qui pèsent sur sa femme.

"J'ai mandaté la commission juridique du parti de poursuivre le dossier du camarade Salim Abou Hamdane car nous sommes attachés à l'application de la loi et nous n'abandonnons pas nos militants", indique un communiqué publié par le bureau de presse de M. Joumblatt.

Sur Twitter, le leader druze a appelé dimanche en soirée ses partisans et la famille de Salim Abou Hamdane au calme.

"Je demande à certains partisans (du PSP) et à la famille Abou Hamdane de garder leur calme et de ne pas se laisser entraîner dans une surenchère ridicule concernant la question de Salim Abou Hamdane. L'enquête est la seule référence", a écrit M. Joumblatt.

Vendredi déjà, Walid Joumblatt expliquait sur sa page Twitter qu'il n'avait pas un "responsable de sécurité" qui lui est attitré, "en dehors du responsable de la sécurité de Clemenceau et celui de Moukhtara", les deux résidences du leader druze.  Et M. Joumblatt d'ajouter dans le même message : "Je laisse l'Etat mener l'enquête avec Salim Abou Hamdane".

 

Selon la chaîne LBCI, "Abou Kifah" a assumé diverses responsabilités au niveau sécuritaire au sein du PSP. Il a notamment été le vice-responsable de la sécurité du parti dans la région de Choueifate dans le caza de Aley, durant la guerre de la Montagne (1982-1984). Des sources au sein du PSP ont confié à la LBCI que Salim Abou Hamdane faisait partie de l'équipe en charge de la sécurité de Clemenceau, mais que celui-ci a quitté ses fonctions il y a quatre ans.

Le Liban et Israël sont toujours techniquement en état de guerre. Depuis avril 2009, plus de 100 personnes ont été arrêtées au Liban pour espionnage au profit d'Israël, notamment des militaires et des employés du secteur des télécommunications.

 

 

Lire aussi

Naïm Kassem : Celui qui est coupable d'intelligence avec l'ennemi ne peut être innocenté

"La perle du Mossad", longtemps espionne au Liban, décède

"Rummenigge", l'espion libanais du Mossad tombé en disgrâce, confie son amertume

 

Pour mémoire

Un réseau d'espionnage au profit d'Israël démantelé au Liban-Sud


Le leader druze libanais, Walid Joumblatt, semblait lundi prendre la défense de Salim Abou Hamdane, alias "Abou Kifah", un responsable du Parti socialiste progressiste (PSP) arrêté ainsi que son épouse, le 19 octobre, par la Sûreté générale, en raison de soupçons d'intelligence avec Israël qui pèsent sur sa femme.
"J'ai mandaté la commission juridique du parti de poursuivre le...

commentaires (2)

LES EXACTIONS DU HEZBOLLAH POUSSENT CERTAINES TETES VIDES A COLLABORER AVEC ISRAEL !

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

20 h 13, le 23 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LES EXACTIONS DU HEZBOLLAH POUSSENT CERTAINES TETES VIDES A COLLABORER AVEC ISRAEL !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    20 h 13, le 23 octobre 2017

  • Le gouvernement libanais actuel à majorité Hezbollah-Amal-PSNS, ferait bien d'arrêter ceux qui ont acculé le général Saad Haddad à former l'Armée du Liban-Sud, pour nourrir les chrétiens et avec eux des chiites et des druzes, encerclés par les "réfugiés palestiniens" pour s'emparer de leurs villages selon la méthode de Jamal Bacha el-Jazzar au Mont-Liban en 1915-16.

    Honneur et Patrie

    19 h 27, le 23 octobre 2017

Retour en haut