X

Liban

La stratégie de santé globale 2025 place le patient au cœur de ses objectifs

Santé

Le projet présenté par le ministre de la Santé entend refaire du Liban une plate-forme médicale dans la région du Moyen-Orient.

18/10/2017

Le projet est ambitieux et vise à « lifter », en quelque sorte, le système de santé au Liban. Présentée pour la première fois lors du Forum international de l'industrie pharmaceutique qui s'est tenu à Beyrouth, en juillet dernier, la stratégie de santé globale 2025 englobe une multitude de mesures qui convergent vers un objectif principal : assurer une couverture de santé globale aux citoyens qui ne bénéficient d'aucune couverture médicale et qui sont traités aux frais du ministère de la Santé.

À l'origine de ce projet, le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani, qui, fort de sa grande expérience de consultant auprès de multinationales, s'est attelé au chantier de réformes au sein de son ministère depuis la prise de ses fonctions. La stratégie qu'il a présentée vise ainsi à moderniser le système de santé en accordant une place prépondérante à la technologie, à renforcer les soins de santé primaire, mais surtout à refaire du Liban une plate-forme médicale dans la région du Moyen-Orient.

Dans le cadre de cette stratégie donc, les citoyens qui seront pris en charge par le ministère de la Santé pourront bénéficier d'un éventail plus large de services, « comme les examens médicaux en externe qui seront effectués dans les hôpitaux gouvernementaux et que le ministère ne couvre pas actuellement, ainsi que les examens de routine qui sont nécessaires dans une optique de prévention et qui seront effectués dans les centres de soins de santé primaire », précise M. Hasbani dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour. « À cela s'ajoutent les médicaments pour les maladies graves et chroniques, que le ministère assure d'ailleurs actuellement, poursuit-il. Tous ces services seront couverts à des degrés différents. »

 

(Portrait: Ghassan Hasbani, l’expérience d’un PDG-consultant au service de la chose publique)

 

Renforcer les soins de santé primaire
Pour mettre en œuvre cette stratégie, plusieurs mesures sont envisagées. « Sur le plan légal, nous ne proposerons pas de nouveaux textes de lois, insiste M. Hasbani. Au contraire, nous allons introduire des modifications qui sont actuellement en examen au Parlement. Ces textes sont en suspens depuis des années. Nous cherchons à éliminer les obstacles qui entravent leur approbation. »

Au nombre de ces obstacles, la contribution du citoyen au financement de cette stratégie de manière solidaire et « symbolique ». « Il est évident que le budget de l'État restera la principale source de financement, assure M. Hasbani. Mais comme ce budget ne suffit pas à couvrir toutes les factures hospitalières et ne suffira pas à l'avenir, d'autant que les prix des soins de santé sont en hausse parce que la médecine évolue et le nombre des patients augmente, le citoyen sera appelé, comme dans tous les pays du monde, à participer de manière symbolique au financement. »

Plusieurs propositions ont été étudiées. Il a été finalement convenu de « prélever 8 % du montant de la facture du téléphone mobile, ce qui correspond en moyenne à 330 livres libanaises par jour », précise M. Hasbani.
Sur le court terme, cette stratégie a pour priorité de renforcer les capacités des hôpitaux gouvernementaux et le rôle des médecins contrôleurs dans les établissements privés et publics pour éviter le gaspillage, d'informatiser les hôpitaux gouvernementaux, de développer les centres de soins de santé primaire sur l'ensemble du territoire, d'autant qu'ils « constituent la voie d'accès au système d'hospitalisation ». « Tous les patients qui bénéficient des prestations du ministère de la Santé devront ainsi avoir un dossier médical dans l'un de ces centres », insiste M. Hasbani. Il souligne dans ce cadre que la cartographie sanitaire se poursuit au ministère pour s'assurer que toutes les régions libanaises seront dotées d'un centre de soins de santé primaire ou d'un hôpital gouvernemental ou privé.

Sur le long terme, la stratégie 2025 vise à faire participer le secteur privé dans le renforcement des capacités des établissements hospitaliers publics, à modifier les règlements de manière à améliorer la qualité des soins dans les cliniques spécialisées, comme à œuvrer pour faire voter les lois nécessaires pour l'exécution de la stratégie.

 

Pour mémoire

Hasbani lance depuis Meerab le projet 2025 de la couverture médicale intégrale

Hasbani : Un plan d’urgence en préparation pour alléger le poids qui pèse sur les hôpitaux

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.