X

À La Une

Le problème kurde de Washington

conflits

Le référendum sur l'indépendance kurde, dont les États-Unis n'a pas su empêcher la tenue fin septembre, a semé la discorde entre les deux principaux alliés des USA en Irak et en Syrie.

OLJ/AFP/Sylvie LANTEAUME et Dave CLARK
19/10/2017

La chute de Raqqa et les affrontements pour le contrôle de Kirkouk montrent, de façon simultanée, l'efficacité militaire de la stratégie américaine en Syrie et en Irak, appuyée sur les Kurdes, mais aussi ses faiblesses politiques.

Le référendum sur l'indépendance kurde, dont Washington n'a pas su empêcher la tenue fin septembre, a semé la discorde entre les deux principaux alliés des États-Unis en Irak et en Syrie : l'armée irakienne équipée et entraînée par Washington, et les combattants kurdes qui ont empêché en 2014 le groupe État islamique de s'emparer de Kirkouk et qui ont largement contribué à la prise de Raqqa en Syrie.

"Nous ne prenons pas parti", a déclaré lundi Donald Trump, apparaissant impuissant alors que les États-Unis ont des troupes déployées aussi bien aux côtés de l'armée irakienne que des peshmergas kurdes.

Les États-Unis veulent "calmer les choses", a indiqué le ministre de la Défense Jim Mattis. Ils sont "très inquiets" et "encouragent le dialogue", a renchéri Heather Nauert, la porte-parole de la diplomatie américaine.

Pour Linda Robinson, du centre de recherche Rand, le gouvernement américain s'est mobilisé "trop tard", en appelant le président kurde Massoud Barzani à annuler son référendum deux jours avant la date prévue.
Le oui à l'indépendance de la région autonome kurde ainsi que des zones disputées, notamment la province de Kirkouk, riche en pétrole, "a placé (Haider) al-Abadi dans une situation très difficile", indique Mme Robinson, ajoutant que le Premier ministre irakien, qui est chiite, craignait de se faire déborder par des factions chiites plus radicales, soutenues par l'Iran.

 

(Pour mémoire : Les FDS, une force arabo-kurde syrienne anti-EI soutenue par Washington)

 

"Exaspérée"
L'administration américaine est "exaspérée" par les Kurdes irakiens, ajoute-t-elle, estimant que les divergences avec M. Barzani ne devraient pas affecter la coopération de Washington avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes. De fait, les aspirations kurdes à l'indépendance menacent la stabilité de trois pays avec lesquels les États-Unis entretiennent des relations compliquées : l'Iran, la Turquie et la Syrie.

Alors que les tensions diplomatiques sont au plus haut avec la Turquie, pays membre de l'OTAN, Washington cherche à garder de bonnes relations avec les militaires turcs, qui ouvrent notamment leur base d'Incirlik à la coalition anti-jihadiste menée par les États-Unis. Or la Turquie est confrontée depuis 1984 à une sanglante guerilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée "terroriste" par Ankara.

L'Iran, ennemi historique des États-Unis qui abrite lui aussi un forte minorité kurde, a tout intérêt à voir les combattants kurdes perdre du terrain en Irak, mais aussi en Syrie où Téhéran est engagé en aux côtés du régime de Bachar el-Assad pour lutter contre les jihadistes ainsi que les groupes rebelles soutenus par Washington.

Le Pentagone salue la qualité des combattants kurdes, mais les militaires américains se gardent bien de toute promesse à leur égard. "Les FDS se sont révélés (...) des partenaires efficaces et capables", a indiqué mardi le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition.
Interrogé sur la possibilité que la formation militaire des Kurdes par la coalition puisse être suspendue en raison du référendum, il a répondu qu'aucune décision n'avait été prise et que la formation se poursuivait.

Pour David Pollock, du Washington Institute for Near East Policy, les tensions à Kirkouk bénéficient largement à Téhéran et les Kurdes ont quitté la ville sans combattre car "ils ont compris que personne ne viendrait à leur secours".

Les États-Unis ont "utilisé les Kurdes contre Daech et ils les ont laissé tomber en Irak, et ça peut se produire peut-être en Syrie aussi", ajoute cet analyste qui s'est récemment rendu à Erbil, la capitale de la région autonome kurde. "On leur dit: vous avez tout donné depuis trois ans, mais on vous laisse tomber".

 

Pour mémoire

Erdogan dit à Mattis sa "gêne" face au soutien de Washington aux Kurdes en Syrie

Les Etats-Unis "fortement opposés" au référendum kurde en Irak

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Dommage que même les kurdes soient divisés en factions rivales aux programmes opposés...
Très probable que Mr Barazani à fait une erreur fatale avec son référendum trop précoce et qui avait fait paniquer tout le monde autour de lui, surtout appuyé par Israël... Alors que la bataille contre l'EI n'était pas terminée...
Non, la Saga du peuple kurde va continuer de plus belle, encore trahis par les Occidentaux qui les ont utilisés comme moutons de Panurge et vont de nouveau les abandonner à leur sort....
Triste retour de l'histoire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES KURDES NE DOIVENT COMPTER QUE SUR EUX-MEMES ET EN LEUR BRAVOURE TANT RENOMMEE !

Chammas frederico

Peut on se fier

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué