Culture

Ces murs témoins d’un jadis révolu

EXPOSITION

La jeune photographe Rania Azar Berbery présente, à la villa Audi, une vingtaine de clichés d'un ancien édifice déserté.

A.S. | OLJ
16/10/2017

Un bâtiment abandonné. Des murs, ocre, saumon, bistre, fendus et lézardés, témoins d'un jadis révolu. Et telle une douce caresse, la nature, qui patiemment, mais vaillamment, investit l'espace, anime le silence, brise la paralysie. La première exposition de photographie de Rania Azar Berbery, qui se déroule à la villa Audi (Achrafieh) jusqu'au 26 octobre, emporte le visiteur vers un ailleurs qui titille l'imagination. Et l'on croit entendre, dans le calme assourdissant de leur absence, des êtres, des voix, des rires. Et l'on croit deviner dans l'envoûtante fixité des cadres, la vie qui y grouillait. L'exposition, conçue et organisée avec le commissaire d'exposition français Guillaume de Sardes, présente une vingtaine de photographies réalisées dans un édifice déserté de Hazmieh et dont la construction remonte aux années 1890.

Passion et horizons
Le parcours de Rania Azar Berbery est atypique. Après une formation en finance à HEC Montréal (Canada), une certification professionnelle d'excellence en comptabilité de management stratégique et financier délivrée par l'Institute of Management Accountants (États-Unis) et plusieurs années d'exercice dans son domaine de formation, elle décide, il y a deux ans, d'abandonner les chiffres et de se consacrer à la photographie. Se succèdent alors pour la photographe passionnée de voyages et de découvertes, ateliers de formation, au Liban et ailleurs, expéditions, séjours photographiques. « Je profite de toutes les occasions qui se présentent à moi pour perfectionner mes techniques mais également pour rencontrer des gens qui partagent ma passion », confie-t-elle.
Au cours des derniers mois, l'artiste a participé au Salon de la photographie de Birmingham au Royaume-Uni. Elle a également pris part à deux projets internationaux : à Cracovie en Pologne et à Budapest en Hongrie. « Ce dernier évènement a été réalisé en collaboration avec le National Geographic. J'ai été ravie de voir, pour la seconde fois, l'une de mes photographies publiée dans l'édition hongroise du magazine. La première fois, c'était suite à mon séjour en Cracovie », poursuit avec enthousiasme la dynamique photographe.
Pour découvrir les photos de Rania Azar Berbery et suivre son regard sur Instagram : RaniaBerbery.

 

Villa Audi
Rue Sursock, Achrafieh.
Jusqu'au 26 octobre.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.