X

Économie

Compteurs individuels : les propriétaires de générateurs se rebiffent

Électricité/Liban

Les exploitants veulent notamment obliger le gouvernement à revoir son nouveau système de tarification.

27/09/2017

Le bras de fer entre les propriétaires de générateurs privés et l'État aura-t-il lieu ? Tout semble tendre vers ce scénario à l'issue de la conférence organisée hier au Palais des congrès de Dbayé par le « Rassemblement des propriétaires de générateurs privés au Liban », un mouvement regroupant les représentants de ces exploitants dans toutes les régions du pays. Plus de 500 personnes étaient présentes, principalement des propriétaires de générateurs et leurs proches.

Selon le coordinateur des comités de générateurs du Metn, Dany Odisho, ce mouvement a été créé « il y a quinze jours », en réaction à l'arrêté publié le 1er août par le ministre de l'Économie et du Commerce, Raëd Khoury, pour renforcer le contrôle du gouvernement sur ce secteur.

L'arrêté impose notamment aux exploitants d'installer des compteurs personnels chez leurs abonnés avant fin septembre, afin de calculer leurs factures en tenant compte de leur consommation réelle, au kilowattheure. Le mode de calcul actuel imposé par le ministère de l'Énergie et de l'Eau privilégie une facturation forfaitaire sur une base d'une puissance de 5 ampères. La décision visée par les propriétaires de générateurs s'inscrit en outre dans le sillage d'une initiative lancée en mai par le ministère de l'Économie – auquel est rattachée la direction de la protection du consommateur – et de celui de l'Énergie – dont dépendent directement les propriétaires de générateurs.

 

(Lire aussi : Générateurs : le gouvernement détaille sa nouvelle tarification)

 

« Chantage à l'électricité »
« Nous souhaitons que le gouvernement annule cette décision qui comporte de nombreuses zones d'ombre ; qu'il revienne sur le mode de calcul des tarifs ; et qu'il consulte les propriétaires de générateurs sur la question des compteurs », a encore indiqué M. Odisho, résumant l'ensemble des revendications du mouvement pendant la conférence. Il ajoute également « que presque aucun compteur n'a encore été installé » et assure que les propriétaires de générateurs sont prêts au dialogue. « Une réunion est prévue samedi avec le ministère de l'Énergie. Nous solliciterons ensuite M. Khoury », a conclu M. Odisho. Contactés par L'Orient-Le Jour, les services de presse des deux ministères concernés n'ont pas réagi.

Bien qu'illégaux, les exploitants de générateurs privés sont tolérés par des pouvoirs publics qui sont sans solutions depuis des années pour combler le déficit de production d'Électricité du Liban, l'établissement public qui détient le monopole de la production. « Aujourd'hui, plus de 7 000 familles, selon les chiffres annoncés pendant la conférence, dépendent de ces professionnels qui produisent un total cumulé de 1 500 mégawatts supplémentaires », constate l'économiste Jassem Ajaka, présent sur place. « Je ne défends pas ces exploitants, mais j'appelle l'État à les inclure dans les plans de réforme du secteur de l'électricité dans le pays, notamment par le biais d'un partenariat public-privé », a-t-il poursuivi.Selon sa direction, EDL est capable de produire 2 200 MW, mais importe 300 MW de Syrie et loue depuis 2013 à la société Karadeniz deux navires-centrales qui produisent 370 MW. Le gouvernement a en outre ordonné, le 15 septembre, le lancement d'un appel d'offres pour la location de deux barges supplémentaires de 400 MW chacune. L'ouverture des plis est prévue le 13 octobre. Selon plusieurs propriétaires de générateurs, ces solutions sont toutes plus coûteuses que si l'État leur permettait de suppléer EDL.

 

(Pour mémoire : Générateurs : Khoury impose l’installation de compteurs avant fin septembre)

 

 

Les propriétaires de générateurs ont, en outre, particulièrement critiqué pendant la conférence le système de tarification mis en place depuis 2010 par le ministère de l'Énergie qui évolue en fonction de la moyenne mensuelle du rationnement et des prix du mazout. Ils dénoncent notamment « un mode de calcul opaque, et parfois contradictoire avec l'évolution des cours du carburant », et lui reprochent de « ne pas tenir compte de leurs frais de fonctionnement ». Des défauts que le nouveau mode de calcul imposé par le ministère de l'Économie ne gomme pas, selon eux.

Il reste que la mobilisation des propriétaires de générateurs est plutôt mal vécue par certains de leurs abonnés qui dénoncent ces revendications. « Ces exploitants ont pratiqué des prix prohibitifs pendant des années sans aucun contrôle, avant que le gouvernement ne se décide à tenter d'encadrer leurs prix », déplore l'un d'eux, sous couvert d'anonymat. Il dénonce également « le chantage à l'électricité brandi par certains propriétaires, dès que les abonnés demandent des explications sur les montants, souvent excessifs, qu'ils réclament pour alimenter les partie communes », ou encore « la faible intensité du courant fourni ».

 

 

Pour mémoire

Générateurs : le gouvernement veut mieux contrôler les prix

Tensions entre les propriétaires de générateurs et le ministère de l’Énergie

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

La marshall est il un propriétaire de générateur ?

Cherif Bedran

Qui est le fournisseur des compteurs? Seront-ils homologués? Par qui? Comment? Belle affaire en perspective; des centaines de milliers, peut-être de petits millions...
A qui profite le décret?

Irene Said

Ben oui, on s'y attendait !
La mafia des propriétaires de générateurs qui s'enrichissait sur notre dos sans aucun contrôle depuis des années se "rebiffe" à l'idée d'installer des compteurs personnels...(qui auraient du être "installés avant fin septembre", tenez-vous bien !)
Cette mafia est tolérée par les pouvoirs publics qui au passage se remplissent aussi les poches.
C'est l'éternel cercle vicieux de la corruption à tous les niveaux de notre "soi disant Etat".

C'est aussi la raison qu'au 21ème siècle le Liban ne produit toujours pas de l'électricité normalement, comme dans n'importe quel autre pays...

Et le navire LIBAN chancelant continue de naviguer à sa perte sur les eaux de toutes les corruptions possibles !
Irène Saïd

TousAuPoteau

En bref, ils dénoncent le "mode de calcul opaque" de l'État MAIS refusent plus de transparence de leur part vis-a-vis des consommateurs...ironie quand tu nous tiens

C.K

Mafia contre mafia, pas de souci ils parlent le même langage et finiront par s'entendre si ce n'est pas chose faite.

Dounia Mansour Abdelnour

La mafia des générateurs privés à amassé des fortunes en pratiquant le chantage de ses prix exhorbitants sur l'usager qui n'a pas le choix que de se plier à leurs conditions rédhibitoires. Il est plus que temps que l'Etat organise et contrôle ces fournisseurs qui trichent sur l'intensité du courant aussi bien que sur les tarifs abusifs.

Sarkis Serge Tateossian

d'installer des compteurs personnels chez leurs abonnés avant fin septembre, afin de calculer leurs factures en tenant compte de leur consommation réelle, au kilowattheure.

Quoi de plus naturel ?

Un compteur électrique chez le consommateur, est une garantie aux intérêts du consommateur.

L'absence de ce compteur est une porte ouverte à tous les abus.

Élémentaire, mon cher Watson

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants