X

La Dernière

La Fondation Alfred Basbous fleurit à Rachana

Exposition
21/09/2017

L'artiste est mort, mais l'esprit pionnier et l'œuvre avant-gardiste restent. Au cœur de Rachana, peuplée d'un statuaire impressionnant, émerge aujourd'hui la Fondation Alfred Basbous, en sa propre demeure et ses jardins au gazon fraîchement tondu et ses pierres taillées. En marge (et avec la collaboration) de la Beirut Art Fair, première visite dans un lieu emblématique appelé à devenir un centre international.
Dans les années 70, Rachana a été le berceau d'une renaissance culturelle bénie et magnifiée par Jack Lang. Théâtre, verbe poétique et symposium avaient rempli les arbres de murmures sous l'applaudissement d'un public nombreux, venu pour un moment de bonheur, d'évasion loin de la pollution des villes, de calme, de sérénité et surtout de culture.
Alfred Basbous, fils de cette montagne aux arbustes revêches et à la pierre dure, a été l'un des premiers à mener de front cette aventure et doter son village natal non seulement d'un art où la sculpture moderne avait toutes les élégances et les virtuosités, mais aussi de symposiums organisés avec soin et ordre où burins, marteaux, gradines, rifloirs, maillets, ciseaux, bouchardes ont eu le vent en poupe et ont rivalisé avec le bruit de la mer juste à proximité de ce promontoire livré au soleil et au lointain embrun des vagues...
En première visite, pour les curieux et mordus du BAF, une randonnée en ce cadre idyllique et protégé, justement pour inaugurer un espace d'exposition où les œuvres d'Alfred Basbous ont pour compagnes des créations d'artistes de renommée internationale tels Botero, Igior Mitoraj, Robert Indiana, Reza Khaled...
Comme un miroir tournant, ces œuvres ont des correspondances et des affinités secrètes pour une communion perceptible et jettent une lueur particulière, chargée d'énergie et de beauté. Pour un univers artistique contemporain où s'effacent les frontières.
Que ce soit dans la douceur de la nuit ou sous le chant des cigales en pleine chaleur du jour, l'œuvre d'Alfred Basbous, ici, au sein de cette terre respirant le thym, le pin et le romarin, à travers cette nouvelle fondation, semble prendre un nouvel envol. Affaire et institution à suivre.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!