X

Liban

La statue monumentale de saint Charbel à Faraya sera inaugurée en la fête de la Croix

Dévotion populaire

La réputation de sainteté de l'ermite de Annaya a franchi les frontières communautaires, et continuera de le faire, assurent les promoteurs du projet.

Fady NOUN | OLJ
26/08/2017

La statue monumentale de saint Charbel (1828-1898), acheminée la semaine dernière à Faraya, a été hissée hier sur son socle, et se dresse désormais fièrement sur la haute colline dominant le village, à côté d'une grande croix en fer installée là en 1951.

Œuvre du sculpteur Nayef Alwan, la statue sera également un reliquaire. Un fragment d'os de l'ermite du couvent Saint-Maron de Annaya y sera inséré lors de la cérémonie d'inauguration du monument, prévue en la fête de la Croix (14 septembre). La cérémonie sera présidée par le patriarche maronite. L'espace entourant la statue peut recevoir près de 6 000 personnes et se prête ainsi à de grandes célébrations ou à des messes en plein air, précise-t-on.

Le monument répond à un souhait et à un vœu. L'idée d'un monument faisait partie, au départ, des projets de développement touristiques du président de la municipalité de Faraya, Michel Salamé. Par la suite, le hasard a voulu que son neveu, qui porte son nom, soit atteint en 2016 d'une méningite. C'est, croient fermement les parents du jeune Michel (13 ans), par un concours de circonstances miraculeux où la médecine et l'intercession de saint Charbel ont toutes deux joué un rôle, que l'enfant, qui avait sombré dans le coma, s'est finalement rétabli. Les deux opérations qu'il a dû subir ont été faites les 17 et 20 juillet 2016, respectivement fête de saint Charbel et de saint Élie. Ainsi, la promesse faite par le président de la municipalité de Faraya s'est finalement conjuguée au vœu prêté par les parents du petit Michel, pour mettre en route le projet.

La statue s'élève sur un bien-fonds appartenant au wakf de Mar Challita (Faraya), précise le président de la municipalité, et bénéficie de l'accord de l'évêque du lieu aussi bien que du siège patriarcal maronite. Une bonne partie de la population l'a plébiscitée.

 

(Voir aussi : Une statue géante de Saint Charbel à Faraya : le transfert en images prises du ciel et de la terre)

 

 

Différend financier
Hélas, un détail assombrit l'affaire. Un différend d'ordre financier oppose en effet l'entreprise qui a fabriqué la statue, dans un mélange de fibre de verre très coûteux, à la municipalité de Faraya et au sculpteur Nayef Alwan. La Compagne internationale pour l'industrie maritime, appartenant à Abdallah Daoud, à capital libanais et saoudien, et les destinataires de la statue ont, semble-t-il, mal apprécié le coût de la statue. Ainsi, l'entreprise de M. Daoud réclame bien davantage que les 275 000 dollars réglés via le président de la municipalité de Faraya à Nayef Alwan, agent intermédiaire du projet, et versés in fine à M. Abdallah.

Pour sa part, M. Salamé assure qu'il est parfaitement en règle, selon les termes du contrat, ajoutant que les frais de percement de la route de 3 km conduisant au site et les frais d'aménagement de la place, ainsi que la rénovation de la peinture de la grande croix en fer voisine, qui date de 1951, ont été assumés par lui.

Le gigantisme de la statue a fait réagir le petit monde des réseaux sociaux, certains criant au marquage identitaire, d'autre à l'idolâtrie. « Chacun est libre de ses opinions, rétorque le président de la municipalité de Faraya, qui déplore un procès d'intention. Nous n'avons pas honte d'afficher notre foi. Que celui que ça choque regarde ailleurs ! »

Il reste aussi que la réputation de thaumaturge de saint Charbel n'est plus à faire et qu'une statue, aussi gigantesque soit-elle, reste bien en deçà de la sainteté qui lui a valu la gloire des autels et une immense dévotion populaire. Une dévotion qui, déjà de son vivant, avait traversé toutes les frontières communautaires et qui continuera certainement de le faire.

 

 

Pour mémoire
Miracle à Phoenix, Arizona

Bienvenue chez saint Charbel...au Canada

Saint Charbel et les gérants de l’ascèse

« Saint Charbel m’a opérée »

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,AURAIS PREFERE UNE TELLE GRANDE STATUE QU,ELLE SOIT CELLE DU CHRIST QUI GARDERAIT ET BENIRAIT DE CETTE HAUTEUR TOUT LE LIBAN !

Irene Said

Franchement, cette immense statue blanche dénote dans ce paysage aride et on se demande ce qu'elle fait là !
Avec ces milliers de dollars on pouvait construire quelque chose de plus agréable à voir et à visiter...et Saint Charbel mérite d'être représenté d'une façon plus artistique et inspirant vraiment la dévotion.

Allez, avec plein d'arbres et de fleurs plantés tout autour, Saint Charbel se sentira moins seul là-haut sur la montagne !
Irène Saïd



Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!