X

Diaspora

Bienvenue chez saint Charbel...au Canada

Communautés

La Terre Saint-Charbel est l'un des projets les plus importants de la diaspora, que l'ordre libanais maronite a mis en place pour rendre des services spirituels et récréatifs d'été à la communauté.

21/09/2015

La Terre Saint-Charbel est un grand terrain mis à la disposition de la communauté libanaise dans la ville de Sainte-Julienne de la province du Québec. Dès que l'été arrive, ce terrain situé à 70 kilomètres de la ville de Montréal devient la destination de nombreuses familles de la communauté chrétienne de la diaspora. On y trouve une belle chapelle portant le nom de saint Charbel, construite en bois à la manière d'un cottage, où se déroulent les célébrations liturgiques. Le terrain comprend aussi une partie aménagée en petits appartements et studios, qu'on appelle au Québec « chalets », destinés à des retraites spirituelles. Les enfants ne sont pas oubliés dans ce projet : des aires comprenant des jeux, des glissoires, des balançoires font la joie des tout-petits. Récemment, des zones barbecue pour les groupes et familles ont été ajoutées. Et le tout est facile d'accès en tout temps.
L'administration de la Terre Saint-Charbel est assurée par des moines maronites, qui ont aussi la curie de la paroisse Saint-Antoine-le-Grand de Montréal. La communauté dans cette paroisse s'organise en plusieurs groupes, qui participent au déroulement des activités à Saint-Charbel. Le groupe Charbel 22 veille par exemple à ce que la commémoration du miracle de la guérison de Nouhad Chami soit célébrée le 22 de chaque mois, comme cela se passe au monastère de Saint-Maron à Annaya. Quant au groupe de jeunes, il participe durant l'été à des camps sur la Terre Saint-Charbel, et c'est le Père Marwan Issa, aumônier des jeunes au monastère Saint-Antoine-le-Grand, qui coordonne ces activités. De son côté, le groupe des dames, à l'aide d'autres bénévoles, assure les préparations culinaires. Voilà de quoi maintenir les beaux souvenirs du pays.
La Terre Saint-Charbel est immense. Sa superficie est de 250 000 mètres carrés, elle comprend même deux lacs naturels. Ce terrain a été acheté par l'ordre maronite en 2002. Il appartenait à la congrégation latine des sœurs franciscaines de Marie qui y tenaient des camps pour les enfants. L'une des sœurs, d'origine libanaise, Milia Khoueiry, a servi d'intermédiaire entre les acheteurs libanais et sa communauté. Elle voulait s'assurer que la vocation spirituelle du terrain serait préservée. Le père Antoine Tahan, supérieur à l'époque du monastère Saint-Antoine-le-Grand, a été à l'origine de la réalisation de ce grand projet. « C'est aussi comme un parc », dit l'un des paroissiens. « Mais au lieu d'emmener nos familles dans les parcs publics en ville, on sort de la ville et on va vers la Terre Saint-Charbel, c'est un lieu pour retrouver d'autres compatriotes », poursuit-il.
Le Père Jean Dahdouh, supérieur actuel du monastère Saint-Antoine-le-Grand, n'hésite pas à rappeler que cet espace est avant tout un lieu de prière et de méditation, et invite les visiteurs à respecter le silence pendant les messes en plein air.

Cette page est réalisée en collaboration avec l'Association RJLiban.
E-mail : monde@rjliban.com – www.rjliban.com

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants