X

Liban

Saint Charbel et les gérants de l’ascèse

Communautés
Fady NOUN | OLJ
14/07/2015

L'Église maronite a décidé de commémorer officiellement, par une neuvaine de prières et de manifestations diverses (18-25 juillet), le cinquantenaire de la béatification de saint Charbel par le pape Paul VI (1965). Tout récemment, le patriarche Raï avait interprété cette décision de Paul VI comme un geste destiné à attirer l'attention du monde sur l'Église d'Orient, au regard de son importance et peut-être aussi en prévision des heures dramatiques qu'elle allait vivre. En 1965, en effet, le destin de cette partie du monde était en partie scellé et les penseurs du califat et de l'islamisme étaient déjà à l'œuvre. La dévastation de la Vigne du Seigneur que l'on constate fut annoncée au moyen de messages prophétiques et de manifestations surnaturelles que les patriarches d'Orient ont négligé d'interpréter ou dont ils se sont ouvertement moqués.

Les manifestations du cinquantenaire se tiendront à Bkaa-Kafra (caza de Bécharré), village natal de saint Charbel, et seront couronnées par une messe patriarcale, le 25 juillet, des causeries, des processions, l'inauguration d'une petite entreprise de produits du terroir, la procession des reliques de saint Charbel à Bécharré, le village d'origine de sa mère, et une cérémonie en présence du nonce apostolique (22 juillet).

Tour à tour, ces deux dernières années, quelques sages maronites comme le P. Michel Awit, longtemps chef du protocole au siège patriarcal de Bkerké, l'abbé Boulos Naaman, ancien supérieur général de l'ordre libanais maronite, et le vicaire patriarcal Samir Mazloum ont publié sur l'Église maronite, son identité et sa mission de courts ouvrages – car l'essentiel est bref – où ils ont consigné des recommandations qui sont à la fois des confidences d'amants et des mises en garde de pasteurs. Toutes leurs recommandations se rejoignent, sur le fond.

« La première élite maronite fut élevée à l'école de Haouka, qui se trouvait au cœur de la montagne. Elle a été élevée à l'école de l'ascétisme, de la sobriété de vie et de l'amour de Dieu, dit l'abbé Naaman. De cette petite graine semée par saint Maron et venue se réfugier au Liban, une patrie pour l'homme est née, et non pour les seuls chrétiens, mais pour tout homme, car cet homme est le message du christianisme », explique l'abbé Naaman.
« Malheureusement, enchaîne-t-il, nous nous sommes transformés en un peuple de gens intéressés, opportunistes. Nous avons régressé et sommes revenus à une époque antérieure à celle de l'émir Béchir, éparpillés en branches (joubab) et communautés. Nous qui, de fermiers associés chez les grands féodaux, avions réussi à réunir toutes les communautés en une seule patrie, la patrie libanaise, aujourd'hui, à cause de notre égoïsme, notre repli sur nous-mêmes, notre amour du pouvoir et de l'argent, ces communautés se sont dispersées. »

Certes, dans ce processus, des causes externes ont été des facteurs de dissolution, convient l'ancien supérieur de l'ordre maronite libanais. Mais aujourd'hui, une nouvelle élite est convoquée par l'histoire. Sinon, notre vocation disparaîtra ou elle sera confiée par la Providence à un autre peuple. Je ne veux pas être pessimiste, mais je sais que la Providence trouvera ceux qui vont compléter le cours de cette histoire. Car l'histoire de l'humanisation de cette partie du monde ne va pas s'arrêter avec nous.

Esprit d'exploitation
« L'Église – prêtres comme moines –, les universités, les écoles sont aujourd'hui animées d'un esprit d' exploitation, insiste l'abbé Naaman. Le peuple est à bout, exténué. Les facteurs externes sont évidents, mais il est grand temps de prendre conscience qu'il y a quelque chose à l'intérieur que nous négligeons. Il faut aller au peuple et cesser de le sermonner. L'une des qualités du chef est son pouvoir d'écoute. »
Pour l'abbé, à l'exemple de ce que fait le pape François, il est nécessaire de dénoncer et de combattre le carriérisme et l'amour de l'argent dans l'Église. « Dans les écoles, les universités, il faut plus de miséricorde, plus d'enseignement par l'exemple, plus de modèles, dit-il. Il faut y limiter le gain et le réinvestir. Il faut redonner au peuple ce qui vient du peuple. »

De toute évidence, l'abbé Naaman est réellement inquiet de voir l'Église maronite, comme peuple de Dieu, perdre son identité spirituelle et le rôle qu'elle a joué dans l'histoire comme ferment de nation. Pour lui, le grand danger que court le Liban, l'enjeu de civilisation, ce n'est pas la disparition physique de l'Église qui a vu naître un géant de la sainteté comme saint Charbel, mais sa disparition spirituelle.

Par un hasard heureux, je suis tombé, dans la bibliothèque d'un couvent, sur un ouvrage du P. Michel Hayek sur Le père Charbel. Paru chez La Colombe, c'est une ancienne édition aujourd'hui introuvable. Et parce que c'est Michel Hayek qui l'a écrit, je l'emprunte. Ce qu'on peut savoir de saint Charbel a déjà été dit et redit. Ce que j'apprends de Hayek me ravit. Décrivant le Annaya des années 50, il raconte y avoir vu « les Buick américaines des touristes de l'ascèse en quête d'un lieu de week-end spirituel » et des hommes « qui essaient de se monter comme des compagnies d'assurances de joie ».
De l'entrée de Charbel Makhlouf au couvent, il dit : « Il s'était arraché à sa famille, son village, sans bruits, sans vin d'honneur. » Prenons garde que tous les honneurs que nous lui rendons aujourd'hui ne soient frelatés, prenons garde de ne pas nous transformer en gérants de l'Église, de ne pas transformer nos couvents en supermarchés de la sainteté. Pourquoi Michel Hayek et Youakim Moubarak ont-ils été vivre à Paris ? Ils étouffaient donc tellement au Liban ?

 

Pour mémoire
« Saint Charbel m’a opérée »

Saint Charbel en Ukraine : « Toucher les miracles »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Excellente source de méditation sur l'Eglise maronite, ce qu'elle a été, ce qu'elle est aujourd'hui, et ce qu'il faut qu'elle devienne.
Merci!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Mythe d’ici, s'enorgueillit d'un religionalisme que nul peuple n'a reçu avant lui, et que nul peuple n’aura après lui. On n’a fait que partager les religionalismes alentours en partageant à peine leurs évolutions. On a été re-tyrannisés, alors que ces autres ont continué leur évolution en vue de la désillusion ; tandis que nous on a re-supporté ce religionalisme ante parce qu’on a eu peur…. de lui. On n'a jamais été qu'1 fois en compagnie de cette liberté sans illusions religionalistes, ce fut le jour de son enterrement en 05. Un religionalisme qui déclare que toute critique énoncée contre lui par le Libanais enfin désillusionné sera typée rebelle, vu que ce religionalisme risque d’être perpétuel. Et à qui l'histoire ne montre que son a posteriori : ce "sacré" religionalisme aurait donc d’après lui, ainsi inventé l’Histoire aussi : Il le jure même sur son apparence religionaliste. Des bons "moines" d’ici, nationalistes par tempérament, intellectuellement honnêtes, libéraux par réflexion "économique", recherchent au contraire l'histoire de leur liberté sans aucunes illusions religionalistes au-delà de leur propre histoire : dans des forêts cédraies ! Mais en quoi l'histoire de cette liberté diffère-t-elle de l'histoire de la liberté d’une "chevrette", si l'on ne peut la trouver que dans les forêts ? D'ailleurs, le proverbe libanais(h) ne dit-il pas : "Notre forêt ne renvoie jamais en écho que ce qu'on lui a crié ?" ! Donc : "Paix aux forêts Cédraies !".

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La critique du religionalisme désarçonne complètement l’enchaînement religionaliste, non pas pour que l'homme porte la chaîne désolante, mais pour qu'il la secoue, se rebelle et se libère. Cette Saine et nette critique le désillusionne afin qu'il pense et forme sa réalité, et afin qu’il se meuve autour de lui-même et autour de son bonheur. Le religionalisme n'est que l’illusoire qui se meut autour de lui, tant que l’homme ne se meut pas autour de lui-même. Il a donc pour mission, une fois que ce religionalisme aura disparu, d'établir sa vie présente. Sa tâche d’homme au service de L’Homme consiste, une fois démasquée l'image religionaliste, à la démasquer sous ses formes matérielles. La critique du religionalisme se transforme ainsi en critique de la politique. Si l'on veut partir du statu quo yîîîh libanais, fût-ce de la façon la plus adéquate, i.e. négative, le résultat n'en resterait pas moins un anachronisme. La négation même de ce présent est déjà remisée, tel un fait nettement poussiéreux, dans le Kjbi historique des pays développés. On a beau nier l’existence des Sacs pleins, il reste toujours les sacs Vides. Lorsqu’on nie la situation libanaise de 2015, on est, d'après la chronologie moderne, à peine en l'an 1916 ; et encore moins au centre même du temps présent.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Dans cette contrée, toute véritable critique de ce religionalisme signifie fatuité. Or, cette critique est la condition 1ère de toute critique. L'existence réelle de l'erreur sera compromise, dès que son existence non-réelle sera réfutée. L'humain qui, dans le fantastique où il cherchait quelque chose, n'a trouvé que son propre reflet, est forcé de chercher sa propre véritable réalité. C’est l'homme qui fait le religionalisme, ce n'est pas le religionalisme qui fait l'homme. Le religionalisme est le sentiment de l'homme qui ne s'est pas encore trouvé ou qui s'est déjà reperdu. Mais l’homme n'est pas extérieur au monde réel, celui de cet homme et de sa société qui produisent ce religionalisme, consciences fausses du monde parce qu'ils constituent eux-mêmes un monde erroné. Le religionalisme n’est que la théorie de ce monde fabriqué, sa "logique!" sous forme populaire, sa raison de consolation. C'est sa réalisation stricte fantastique. La lutte contre le religionalisme est donc la lutte contre ce monde dont ce religionalisme n’est que l'arôme. La recherche du véritable bonheur de l’homme sous-tend que le religionalisme sera sec supprimé car illusoire. Exiger que l'homme renonce aux illusions concernant sa propre situation, c'est exiger qu'il renonce à son religionalisme qui n'a besoin que d'illusions....

C.K

Rien a ajouter sauf, merci de rappeller les fondamentaux du christianisme et du maronitisme en terre sainte.

Yves Prevost

Excellent article, rempli d'expressions-choc à méditer.
D'abord le titre lui-même: "Gérants de l'ascèse", citons ensuite:"un esprit d' exploitation","plus de miséricorde, plus d'enseignement par l'exemple", "des touristes de l'ascèse","des compagnies d'assurances de joie", des couvents devenus des "supermarchés de la sainteté". L'Eglise maronite a urgemment besoin de retrouver l'esprit de ses origines.
Un grand merci à Fady Noun!

Halim Abou Chacra

L'abbé Boulos Naaman dit pratiquement et avec totale raison ceci : l'Eglise maronite est née et s'est fâçonnée dans l'humilité, "l'ascétisme, la sobriété de vie et l'amour de Dieu". Telle est l'image, au degré de perfection, que nous offre St Charbel de lui-même. Hors de ces références, Eglise et peuple maronite sont perdus. Est-ce une telle Eglise et un tel peuple maronite que nous avons aujourd'hui ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Influence interne du Hezbollah : deux facteurs suscitent des inquiétudes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué