X

Économie

Le point sur l’entrée en vigueur des nouvelles taxes

Liban

Les lois relatives à la nouvelle grille des salaires et aux mesures devant la financer ont été publiées hier au « Journal officiel ».

22/08/2017

Un mois après leur adoption par le Parlement, les deux lois entérinant respectivement la nouvelle grille des salaires de la fonction publique, ainsi que les mesures prévues pour financer les 793 millions de dollars qu'elle doit coûter, ont été promulguées hier par le président de la République, Michel Aoun.
« Ces lois, adoptées les 18 et 19 juillet, ont été directement publiées au Journal officiel (JO) après avoir été contresignées par le président, ce qui marque leur entrée en vigueur », a indiqué à L'Orient-Le Jour l'avocat fiscaliste Karim Daher. « De fait, toutes les mesures fiscales prévues dans la loi sont déjà opposables en principe, sauf si le législateur a différé leur application, pour des raisons techniques, par exemple », résume-t-il.

 

TVA en octobre
« C'est par exemple le cas du relèvement d'un point de la TVA, de 10 à 11 %, dont l'application est expressément programmée par le texte au trimestre suivant l'entrée en vigueur de la loi, donc à partir du 1er octobre », explique Me Daher. La hausse de la taxe sur les intérêts bancaires – qui passe de 5 à 7 % – sera, elle, exigible à partir de septembre, selon lui. « D'autres mesures ne s'appliqueront concrètement qu'à partir de 2018 parce qu'elles s'appliqueront sur les revenus des contribuables tels que rapportés dans leurs déclarations annuelles de revenus pour 2017 », poursuit Me Daher. Ce sera par exemple le cas du relèvement de 2 points de l'impôt sur les bénéfices des sociétés de capitaux (à 17 %) ; de l'imposition de 10 % sur la réévaluation des actifs des sociétés ; ou de l'annulation de l'exemption dont bénéficiaient certaines sociétés cotées à la Bourse de Beyrouth qui verront leurs revenus taxés à 10 % (au lieu de 5 %). « En revanche, la taxation de 15 % sur les plus-values immobilières réalisées par les particuliers – et d'autres catégories jusqu'ici exemptées comme les hôpitaux – sera exigible dans les deux mois suivant la réalisation de la transaction », expose Me Daher. Il précise en outre que les sociétés continueront d'inclure ces plus-values dans leurs prochaines déclarations annuelles.

 

(Pour mémoire : Les écoles catholiques exhortent Aoun à réviser l'échelle des salaires avant publication)

 

La majorité des autres mesures fiscales prévues par la loi sont en principe immédiatement applicables. C'est le cas de la hausse des timbres fiscaux ; de l'augmentation des frais grevant plusieurs documents officiels – extraits d'actes judiciaires, relevés de compte bancaire, etc. ; et des nouveaux frais grevant certains actes notariés – contrats de travail, copies certifiées conformes, etc. Sont également concernés : la taxe de 4 dollars sur la tonne de ciment produite ; la hausse des taxes sur les billets d'avion en classe affaires, en première classe, et en jet privé pour les vols vers des destinations à plus de 1 250 km de Beyrouth ; l'avance de 2 % sur la taxe grevant des contrats de vente de biens immobiliers à régler auprès du notaire dans les deux semaines suivant la signature de l'acte ; une taxation forfaitaire des conteneurs importés ; la taxe de 20 % sur les gains des loteries à partir d'un certain montant (6,6 dollars) ; et celle de 3,3 dollars que doivent régler les ressortissants étrangers entrant sur le territoire par voie terrestre.

 

Caractère de double urgence
Concernant les amendes prévues pour sanctionner l'occupation illégale de biens-fonds maritimes et qui sont calculées notamment en fonction de leur superficie, les propriétaires ont trois mois pour demander la régularisation de leur situation, qui doit se faire par décret. Les nouvelles taxes forfaitaires sur le prix de vente des paquets de cigarettes (0,16 dollar) et les boîtes de cigares (0,33 dollar) ont, quant à elles, été répercutées à partir de mars par la Régie libanaise des tabacs et tombacs.

Enfin, trois mesures adoptées pourraient être modifiées dès cette semaine par le Parlement, par le biais d'une loi revêtant le caractère de double urgence – une procédure applicable dans le cas où le texte que le législateur souhaite modifié serait déjà publié au JO. Ainsi, le nouveau mode de calcul des taxes sur l'alcool importé – passé d'une taxe forfaitaire au litre à un pourcentage sur le prix de vente final différent en fonction de la catégorie de boisson – pourrait être annulé ou modifié pour ne pas être en contradiction avec les traités commerciaux qui engagent le Liban. Les députés pourraient également rétablir les possibilités de déductions accordées aux professions libérales, voire aux banques, des mesures qui avaient provoqué une levée de boucliers des représentants de ces filières. Selon plusieurs sources concordantes, ce scénario a commencé à être envisagé par la présidence à l'issue de la réunion, le 14 août, entre M. Aoun et différents acteurs socio-économiques inquiets de l'adoption de nouvelles mesures fiscales dans un contexte économique qu'ils jugent défavorable. Si en revanche le Parlement déjoue les pronostics, la nouvelle taxe sur l'alcool s'appliquera directement, tandis que les suppressions de déduction devront être respectées par les contribuables lorsqu'ils déclareront leurs revenus.

 

Lire aussi

Kanaan : Nous pouvons financer la grille des salaires sans augmenter les taxes

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Verra-t-on prochainement à notre prochain réveil le dollar à trois mille livres ? Espérons que non. Mais dans un pays ou le bakchich est roi, et les fraudes légales tout est possible ..

gaby sioufi

""la taxation de 15 % sur les plus-values immobilières réalisées par les particuliers"" RIDICULE, quand nous savons comment l'etat procede pour fixer la valeur d'un bien immobilier construit et toute la corruption qui tourne autour.

""Les nouvelles taxes forfaitaires sur le prix de vente des paquets de cigarettes (0,16 dollar) et les boîtes de cigares (0,33 dollar)""
RIDICULE OU PIRE ENCORE, taxer le fumeur de cigares SI PEU en comparaison avec celle du fumeur de cigarettes.....
EBLOUISSANTE JSUTICE SOCIALE

Marionet

Article très clair, toutes tes taxes prévues sont répertoriées avec leurs dates respectives d'entrée en vigueur.

Irene Said

Et nous, petit peuple libanais, nous allons devoir fouiller le fond de nos poches pour payer ces nouvelles "taxes et impôts"...pendant que les riches et nantis ainsi que ceux qui les ont programmées sans planification sérieuse comme d'habitude...ne les sentiront même pas passer !

Sans parler de tous les profiteurs qui vont sauter sur cette aubaine pour augmenter tous les prix, ils ont d'ailleurs déjà commencé un peu partout dans le pays !

Le Liban...un Etat qui se respecte ?

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TAXES SUR LES BAUDETS ! SUR L,ACCAPAREMMENT DES PARCELLES DE TOUT LE LITTORAL ET SUR LES CORRUPTIONS ET VOLS PLUS PORTS ET AERODROME... DES MILLIARDS DE DOLLARS A ENCAISSER... MEN DIRE EL DEYNE EL TARCHA !

TousAuPoteau

Bravo tout le monde. Voilà où notre léthargie et complaisance nous ont amenées

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.