X

Campus

De jeunes universitaires à la rescousse de la musique libanaise traditionnelle

Patrimoine

« Zaman », une comédie musicale folklorique conçue, réalisée et jouée par de jeunes Libanais passionnés par le patrimoine musical du pays du Cèdre, est prévue le 12 août à 20h au village de Mtein.

05/08/2017

« Le groupe musical Mazzikatiya est composé de jeunes étudiants issus de différentes spécialisations mais tous inscrits au Conservatoire national supérieur de musique, en chant lyrique ou oriental », précise Grace Boutros, 23 ans. La jeune étudiante en psychologie clinique ajoute : « Notre passion commune pour la musique libanaise traditionnelle nous a réunis dans ce groupe dont la mission est de raviver le patrimoine musical libanais, tout en nous permettant d'y ajouter notre touche personnelle afin de mieux attirer les jeunes. »

C'est lors des préparations du festival d'été 2016 au village de Mtein que Paul Abou Akel, 23 ans, a eu l'idée de fonder cette bande musicale. « L'une des soirées avait pour thème le folklore libanais ; j'ai eu l'idée de proposer à mes collègues au conservatoire de l'animer ensemble vu notre penchant commun pour la musique folklorique », note le jeune directeur de la bande. L'étudiant en architecture poursuit : « J'ai grandi en écoutant mes grands-parents répéter, avec enthousiasme et joie, ces chants traditionnels lors de nos réunions familiales. En formant ce groupe, je voulais partager cette passion avec les autres et leur montrer la beauté de notre patrimoine musical. » Et d'ajouter : « Le niveau de la musique en vogue aujourd'hui est catastrophique. C'est à nous – jeunes étudiants au Conservatoire national supérieur de musique – de faire une réforme et d'améliorer le goût des jeunes en leur offrant de meilleures œuvres musicales. »

 

Une comédie musicale folklorique
Après le succès de cette première soirée au cours de laquelle le groupe Mazzikatiya a été accompagné par des musiciens professionnels, les jeunes artistes ont décidé de poursuivre leur « mission ». « Nous avons ressenti une énorme satisfaction suite à ce premier concert et nous avons décidé de diversifier nos spectacles en animant plusieurs festivals dans la région du Mont-Liban », affirme Grace Boutros. Coachés par leur professeur de chant Ibrahim Ibrahim et bénéficiant du soutien de Abdo Abou Nader, un jeune homme d'affaires qui a apprécié leurs talents, devenant ainsi le parrain de leur groupe, les jeunes artistes ont décidé de créer une identité qui leur est propre et d'offrir une nouveauté au public : une comédie musicale folklorique.
« Sous la supervision de notre professeur de chant, Paul et moi avons choisi des chansons libanaises des années 70 et 80, et tissé des liens entre certains de leurs couplets pour faire naître une histoire », explique Nassib Sebaaly. L'étudiant en direction théâtrale, qui a conçu la pièce de théâtre, y a ajouté par la suite des dialogues pour étoffer l'histoire et la rendre plus claire. Zaman raconte l'histoire d'un jeune homme qui voit ses souvenirs ressurgir en regardant une photo : amour, choix de métier, disputes entre couples... des problématiques qui se retrouvent dans cette pièce de théâtre musicale destinée au grand public mais surtout aux jeunes. « Nous n'avons pas hésité à nous corriger mutuellement dans le but de perfectionner notre travail, puisque notre objectif est de mettre en valeur notre production commune et non pas nos petites personnes », confie Nassib Sebaaly.

 

Une répartition des tâches selon les spécialisations
La diversité des spécialisations des jeunes membres de Mazzikatiya leur a facilité la réalisation de ce travail artistique. « Chacun de nous a investi les connaissances acquises lors de ses études universitaires dans ce travail », précise Simona Daou, trésorière du groupe. L'étudiante en finance explique : « Personnellement, je me suis occupée de la comptabilité. Les étudiants en architecture ont conçu le décor et les habits. Et l'étudiant en théâtre s'est occupé de la mise en scène...» Cette répartition des tâches n'a pas empêché les membres de s'entraider pour mener à bien leur pièce de théâtre. « Nous avons tous participé à la distribution des invitations, au travail logistique ainsi qu'à toutes les tâches qui avaient besoin d'être achevées », souligne Grace Boutros avant de poursuivre : « C'est ce travail de groupe qui distingue la famille de Mazzikatiya. »

À l'instar de Grace Boutros, les membres de ce groupe soulignent à l'unisson que le groupe représente pour eux une famille « où ils développent leurs compétences professionnelles ». Ces jeunes aspirent à faire progresser leur bande et à créer à l'avenir leurs propres compositions « modernes mais bien faites au niveau des paroles et de la musique ».

Zaman a été présentée le 23 juin au théâtre du collège des Sœurs du Rosaire à Kornet el-Hamra, mais une autre représentation est prévue le 12 août à 20h au village de Mtein. « Venez assistez à notre pièce de théâtre et aidez-nous à préserver le patrimoine musical libanais. » Une invitation à ne pas manquer.

Pour en savoir plus sur le groupe Mazzikatiya : www.facebook.com/mazzikatiya/.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué