Rechercher
Rechercher

Initiative

Un plan « zéro déchet » pour régler le problème des ordures ménagères

Ziad Abi Chaker, hier, au cours de sa présentation.

Deux ans après l'éclatement de la crise des déchets, qui a noyé en juillet 2015 Beyrouth et le Mont-Liban d'ordures ménagères, le parti Sabaa propose un programme de développement durable pour améliorer le traitement des déchets dans le pays.

Lors d'une conférence de presse tenue hier par Sabaa, Ziad Abi Chaker – ingénieur spécialiste du traitement des déchets – a fait part de son inquiétude face à la question de la gestion des ordures ménagères dans le pays. « Ce qui se passe aujourd'hui ne nous rassure pas », affirme-t-il, faisant référence à la perspective de saturation rapide des deux décharges à Costa Brava et Bourj Hammoud.

Pour contrer cette épée de Damoclès, il prône une solution au cœur de laquelle se trouvent les municipalités.
Le plan « zéro déchet », évoqué par Ziad Abi Chaker hier, propose une vision selon laquelle rien ne se jette, tout se transforme. Première étape, les déchets sont triés dans les communes. Une fois ce travail effectué, des camions-bennes emportent les ordures dans les usines où ils seront traités et recyclés. Le problème est que, pour l'heure, le pays n'est pas doté des infrastructures nécessaires pour le faire partout, a-t-il souligné. Selon le président du conseil municipal de Beit-Méry, Roy Abou Chedid, un projet aussi complet « n'est pas un rêve mais une réalité ». En effet, sa municipalité est aujourd'hui la seule où une telle usine est opérationnelle.
Mais pour qu'un tel projet se généralise sur tout le territoire, il faudrait que « 40 entreprises privées interviennent et travaillent avec les municipalités », insiste Ziad Abi Chaker. Vu qu'il nécessite la construction d'infrastructures de traitement des ordures, le plan est coûteux, mais « le coût sur nos vies » est le plus élevé aujourd'hui, ajoute-t-il.

Au cours de la conférence de presse, les cadres du parti Sabaa ont adopté le plan et désigné l'ingénieur comme étant leur « ministre de l'Environnement ». Mais le sujet soulevé par Ziad Abi Chaker a aussi suscité un intérêt notable auprès de l'assistance. Des particuliers ont posé nombre de questions sur cette vision de traiter les déchets et sur les façons d'améliorer leur gestion chez eux.

L'intérêt des citoyens est une valeur chère à Sabaa. Né au moment de la crise des déchets de 2015, le parti propose des solutions plus efficaces que « les manifestations ou les plaintes », qui n'ont pas mené à des mesures concrètes contre la corruption et le manque de démocratie, selon un des cadres du parti, Jad Dagher.
Le parti compterait aujourd'hui 3 500 membres, selon Assad Doueihy, membre fondateur, qui espère un nombre croissant d'adhérents.

 

 

Lire aussi

Bourj Hammoud : un accord pour une solution « technique » trouvé à Baabda

Bourj Hammoud-Jdeidé : Un « crime écologique », s’alarme un expert

Décharge de Bourj Hammoud : Khatib renvoie la balle dans le camp du CDR

Pollution de la rivière de Rachiine : la situation s’aggrave

Hariri met les municipalités face à leurs responsabilités


Deux ans après l'éclatement de la crise des déchets, qui a noyé en juillet 2015 Beyrouth et le Mont-Liban d'ordures ménagères, le parti Sabaa propose un programme de développement durable pour améliorer le traitement des déchets dans le pays.


Lors d'une conférence de presse tenue hier par Sabaa, Ziad Abi Chaker – ingénieur spécialiste du traitement des déchets – a...

commentaires (1)

Nous rêvons et espérons avec vous, Monsieur Ziad Abi Chaker. Continuez votre combat, nous sommes de tout coeur avec vous, et courage ! Irène Saïd

Irene Said

16 h 05, le 13 juillet 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Nous rêvons et espérons avec vous, Monsieur Ziad Abi Chaker. Continuez votre combat, nous sommes de tout coeur avec vous, et courage ! Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 05, le 13 juillet 2017