L’édito de Ziyad MAKHOUL

Prendre « L’Orient-Le Jour » par la main, et...

L’édito
04/07/2017

Il y a quelques jours, un rapport publié par le centre de recherches Arab Reform Initiative (ARI), et qui classait le Liban septième sur une dizaine de pays arabes en termes de démocratie, de droits de l'homme et de bonne gouvernance, nous enlevait la dernière illusion qui nous restait. Non, trois fois non : nous ne sommes définitivement pas/plus cette oasis démocratique dans un désert de droits et de lois ; nous ne sommes pas/plus cette exception, cette flamme dans la barbarie triomphante, en ce IIIe millénaire, au Proche-Orient. Nous ne sommes pas non plus, c'est un euphémisme, un pays où les services publics, entre électricité, eau, internet, écoles, santé, routes, etc., rayonnent par leur efficacité – loin, très loin de là. Nous ne sommes pas, enfin, du moins dans notre majorité, un peuple soucieux de l'hygiène physique et morale de notre pays, ni de son image, englués que nous sommes dans un aquoibonisme, un je-m'en-foutisme gentiment méditerranéens, mais sacrément létaux pour cette terre qui est la nôtre. Surtout quand tout cela accouche d'un désir d'ailleurs de plus en plus brûlant, et plus seulement chez les jeunes Libanais : les aînés, aussi, sont de plus en plus nombreux à vouloir partir, avec enfants et bagages.

Pourtant, elle est férocement belle, notre terre. Pourtant, ils sont bourrés de petits périmètres simplement merveilleux, nos 10 452 kilomètres carrés. Pourtant, d'immortelles histoires et du rêve, en cherchant un peu, en voulant trouver, on en rencontre un peu partout. Pourtant, peut-être que nous ne les méritons pas toujours et qu'il est grand temps que nos mentalités évoluent. Génétiquement.

L'an dernier, après la première édition du Village Préféré des Libanais lancé par L'Orient-Le Jour, après la victoire de Akkar el-Atika et le très gros succès de l'initiative, nous nous sommes dit que la deuxième mouture serait tout aussi sympathique ; qu'elle poursuivrait le mariage de l'utile et de l'agréable. Qu'elle continuerait à célébrer nos retrouvailles, nous Libanais d'ici et de la diaspora, avec nos racines, nos ailes, nos placentas de bonheur qu'ont été, que sont et que resteront nos villages. Que la deuxième édition continuerait d'encourager cette indispensable mécanique des fluides : le tourisme interne, qu'il soit rural, religieux, gastronomique, sportif, peu importe... Qu'elle continuerait, aussi, à (dé)montrer comment et combien la nostalgie sait être féconde, porteuse, motrice ; bref, tarkovskienne. Nous étions convaincus que ce Village Préféré des Libanais an II saura vous prendre par la main, lecteurs du Liban ou des cinq continents, pour un petit déjeuner à Anjar ou Aqoura, une matinée à Beit Chebab, un déjeuner à Bhamdoun ou Hasroun, une promenade à Maasser el-Chouf, une baignade à Qleilé, un goûter à Sir Denniyé, un dîner à Tannourine ou une soirée sous les étoiles à Tebnine.

Tout cela sera. Tout cela se fera, sans doute aucun. Sauf que depuis un an, quelque chose a changé. Organiquement. Nous ne pouvons plus, nous, L'Orient-Le Jour, mais surtout vous, lecteurs, nous contenter du sympathique, du festoyant, de la randonnée, de la kebbé nayyé et de l'arak, de la (re)découverte de nos îlots du bon et du beau. Cela est naturellement nécessaire, mais pas/plus suffisant : la région au cœur de laquelle ce pays survit est un marécage sans fin, et notre maison-Liban, parfois, souvent, ressemble à une immonde porcherie. Contre un État failli, contre l'irrespect et l'inconscience hallucinants d'une grande partie d'entre nous, plusieurs initiatives, belles et courageuses à en pleurer, celles de la société civile, à titre individuel ou fédérées en collectif, font une magnifique résistance. Et c'est dans cet exact cadre-là que L'Orient-Le Jour, en partenariat comme l'an dernier avec la Fransabank, tient à placer cette deuxième édition du Village Préféré des Libanais. Dans cette résistance touristique et culturelle – la seule résistance à même de sauver ce pays.

Plus encore, sans doute : dans une révolution touristique et culturelle. Impossible à réaliser sans chacun(e) d'entre vous. D'entre nous.

 

 

Lire aussi

Le Village Préféré des Libanais, an II : c’est parti !

Lire aussi à la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

N. Noon

Bravo pour cette deuxième édition du "Village préféré des Libanais". Chaque groupe, chaque citoyen construit la société. Que vivent la résistance et la résilience!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND AUX DEMOCRATIES ARABES... J,EN RIS ENCORE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BON TOUT CE QUE VOUS DITES... VOUS OUBLIEZ QUE CE N,EST SEULEMENT PAS LE PAYS QUI EST PRIS EN OTAGE ... PAR LA NON APPARTENANCE NATIONALE... MAIS LE PEUPLE, TOUT LE PEUPLE AUSSI... ON CONTINUERA A AIMER VISITER ET DEPENSER POUR PROMOUVOIR ET ENCOURAGER LE TOURISME INTERNE DE NOTRE PAYS... MAIS L,AVENIR ET LE DEVENIR... DE CE PAYS ET PEUPLE ... SONT LES OTAGES D,IRREFLECHIS AVENTURIERS...

Hitti arlette

Le liban classé septième parmi une dizaine de pays arabes en matière de démocratie et des droits de l'homme .. On aimerait savoir qui sont les six pays arabes plus democrates et plus soucieux de l être humain que le Liban . Malgré toutes les difficultés que nous bravons au quotidien .Serait ce L'Egypte , la jordanie , le Yemen , ou l'Arabie saoudite ( quoique un royaume et c 'est pire ) ? Serait -ce le qatar ou la Syrie ? Il ya surement anguille sous roche . Ici , on ne décapite pas , on ampute pas mains et pieds ou autres organes pour des vétilles . L 'ARI que vous citez se trompe certainement d'adresse . A verifier .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Liban, Hariri n’était pas démissionnaire

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.