X

Santé

Les malformations congénitales peuvent être prévenues dans de nombreux cas

Pédiatrie

Les spécialistes insistent sur la nécessité de planifier la grossesse, les soins précédant la conception étant tout aussi importants.

Nada MERHI | OLJ
17/06/2017

Toutes les cinq minutes, dans le monde, un enfant naît avec une malformation congénitale. Définies comme étant des anomalies évidentes à la naissance, le bec-de-lièvre à titre d'exemple, ou détectables dans les jours qui suivent la naissance, tels les problèmes cardiaques, ces malformations touchent huit millions de nouveau-nés chaque année, soit 6 % de l'ensemble des naissances, selon un rapport de la Fondation March of Dimes, une ONG américaine dont l'objectif est d'améliorer la santé des bébés. D'après le document, 95 % des cas sont enregistrés dans des pays à revenu faible et moyen.

Le Liban, à l'instar de plusieurs pays de la région, ne dispose pas de chiffres exacts sur la malformation congénitale. « Nous avons des estimations, mais celles-ci ne sont pas très précises d'autant que ces anomalies peuvent passer inaperçues ou encore elles peuvent ne pas être signalées », explique le Dr Khalid Yunis, directeur de la division de néonatologie au département de pédiatrie et de médecine d'adolescence à l'hôpital de l'Université américaine de Beyrouth et coordinateur du Réseau national coopératif périnatal et néonatal (National Collaborative Perinatal Neonatal Network – NCPNN) qui regroupe trente-deux hôpitaux sur l'ensemble du territoire.

Au Liban, selon le Registre national des malformations congénitales, ces anomalies touchent sept enfants sur 1 000 naissances, la majorité des cas sont détectés au Liban-Nord (25,8 %). Quelque 8,1 % des cas sont enregistrés à Beyrouth et 21,6 % d'entre eux parmi les enfants syriens.

Le Registre national des malformations congénitales a été établi en 2012 conjointement par le NCPNN et le ministère de la Santé, grâce à un don du CDC (Center for Disease Control) aux États-Unis. « Les malformations congénitales peuvent provoquer des avortements spontanés et la naissance d'enfants mort-nés, ajoute le praticien. Elles constituent aussi la deuxième cause de mortalité et de handicap chez les enfants de moins de 5 ans. Elles ont aussi un important impact social et économique. »

Selon le Registre national, les malformations congénitales les plus fréquentes sont les anomalies musculo-squelettiques (26 % des cas), suivies des anomalies du système nerveux central (19 %), des anomalies cardio-vasculaires (18 %), de celles du système génito-urinaire (18 %), des fentes palatines et labiales (10 %), des anomalies chromosomiques (10 %) et gastro-intestinales (10 %).

 

(Pour mémoire : Campagne de sensibilisation au bec-de-lièvre)

 

Prévention possible
« Dans près de la moitié des cas, la malformation congénitale n'a pas de causes connues, constate le Dr Yunis. On sait toutefois que le facteur génétique joue un rôle dans ces anomalies. Les mariages consanguins, assez fréquents dans notre culture libanaise, constituent également un facteur de risque, ainsi que le tabagisme, la consommation d'alcool, la prise de certains médicaments notamment durant le premier trimestre de grossesse, les infections maternelles, comme la rubéole, et une déficience en micronutriments, principalement en acide folique ou vitamine B9... »

La prévention est toutefois possible dans une grande majorité des cas. « Les soins qui précèdent la conception sont tout aussi importants que la grossesse », insiste Hilda Harb, chef du département des statistiques au ministère de la Santé. « La grossesse doit se planifier, martèle-t-elle. C'est le message que nous véhiculons. »

Des outils de sensibilisation ont été développés à cet effet par le NCPNN, en collaboration avec le ministère de la Santé, pour mieux expliquer aux futures mamans les mesures préventives à prendre. Au nombre de ces outils, un manuel sur les malformations congénitales et les mesures de prévention à prendre, notamment avant la grossesse. Celles-ci consistent à :
– Visiter son médecin pour un check-up.
– Entamer une cure d'acide folique (vitamine B9) trois mois avant la grossesse, puisqu'une déficience en cette vitamine est un important facteur de risque des anomalies du système nerveux central, notamment la spina bifida, c'est-à-dire le développement incomplet de la colonne vertébrale, des anomalies cardiaques, de la fente labiale...
– Se faire vacciner contre la rubéole et la varicelle, si la future maman n'est pas immunisée. Si, durant la grossesse, la maman est contaminée par la rubéole, le virus peut entraîner des anomalies dans les yeux, le cœur et le cerveau du bébé. Une contamination par la varicelle peut causer des anomalies congénitales chez le fœtus et entraîner une pneumonie grave chez la maman.
– Se faire tester pour la toxoplasmose, une maladie qui peut entraîner des séquelles graves chez le fœtus si elle est contractée pendant la grossesse, comme des problèmes de vue, une perte de l'ouïe ou un retard mental. Si on n'est pas immunisé contre le toxoplasme, il est important d'éviter la viande et le poisson crus, les légumes mal lavés et les litières des chats qui peuvent contenir ce parasite.
– Éviter l'alcool durant la grossesse puisqu'il augmente le risque des anomalies mentales et physiques chez le bébé.
– Arrêter le tabac sous toutes ses formes un mois avant la grossesse. Le tabagisme peut entraîner des avortements spontanés. Le bébé peut aussi présenter un faible poids à la naissance. Le tabagisme durant la grossesse augmente le risque des fentes labiales.
– Perdre du poids avant la grossesse, le surpoids et l'obésité constituant un facteur de risque pour les malformations congénitales.

Le Dr Yunis conclut en signalant que le NCPNN collabore étroitement avec le ministère de l'Éducation pour mener des campagnes de sensibilisation dans les écoles, « l'intervention auprès des enfants et des jeunes pouvant entraîner un changement dans les comportements et le mode de vie ».

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!