X

À La Une

Féroces combats aux portes de la vieille ville de Raqqa

Syrie

HRW a appelé la coalition internationale antijihadistes et les FDS à "protéger les civils et à respecter les droits de l'Homme en priorité dans l'offensive".

OLJ/AFP
13/06/2017

Le groupe Etat islamique défendait mardi avec acharnement un quartier à l'entrée de la vieille ville de Raqqa face à l'avancée des forces antijihadistes soutenues par Washington cherchant à capturer le principal bastion de l'EI en Syrie.

"Il y a de violents combats contre Daech qui a énormément recours aux mines et aux tireurs embusqués, et parfois aux voitures piégées", a affirmé mardi à l'AFP la porte-parole de la campagne de Raqqa, Jihan Cheikh Ahmad.

L'offensive est menée par les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde engagée depuis novembre dans une campagne destinée à chasser l'EI de sa "capitale" en Syrie depuis sa prise en 2014.

Après être entrés dans la ville du nord de la Syrie le 6 juin, les FDS se sont emparés d'un quartier dans l'est et d'un autre dans l'ouest. Elles tentent depuis lundi de capturer le quartier d'al-Senaa, situé aux portes de la vieille ville où se trouvent d'importantes fortifications de l'organisation jihadiste la plus redoutée au monde.

 

(Repère : Les FDS, une force arabo-kurde syrienne anti-EI soutenue par Washington)

 

Attaques répétées
Mais l'EI leur oppose une résistance farouche malgré les nombreuses frappes des avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. "Le quartier d'al-Senaa n'a pas encore été entièrement sécurisé en raison des attaques répétées des jihadistes", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

D'après l'OSDH, la prise d'al-Senaa marquera le début de la véritable bataille pour Raqqa car les FDS s'attaqueront au centre, en commençant par la vieille ville. "Le centre-ville sera la principale bataille à Raqqa", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. Ce secteur comprend un "grand nombre de tunnels et de combattants jihadistes", selon lui.

Le centre est en outre densément peuplé, ce qui devrait compliquer les opérations, comme c'est le cas actuellement à Mossoul, le fief de l'EI en Irak, où les forces de Bagdad se heurtent à une forte résistance de l'EI.
Raqqa comptait avant l'offensive environ 300.000 habitants, dont 80.000 déplacés venus d'autres parties de la Syrie. Après la fuite de milliers de personnes ces derniers mois, l'ONU estime à 160.000 le nombre d'habitants qui y vivent toujours dans des conditions se détériorant de jour en jour.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a appelé mardi à "un meilleur accès (...) aux dizaines de milliers de civils qui ont désespérément besoin d'assistance humanitaire", estimant à plus de 430.000 le nombre de personnes ayant besoin d'aide dans toute la province de Raqqa. "Jusqu'à présent, il n'y a aucune route viable disponible pour acheminer de l'aide", a déploré le HCR.

A Raqqa même, les boulangeries sont fermées faute de farine, selon des militants sur place. L'électricité est coupée, et il y a d'importantes pénuries d'eau.

Selon l'OSDH, 88 civils dont 18 enfants ont été tués depuis le lancement de l'assaut sur la ville il y a une semaine.

 

(Lire aussi : Qui gouvernera Raqqa une fois les jihadistes chassés?)

 

Aider les civils
L'ONG Human Rights Watch a appelé mardi la coalition internationale antijihadistes et les FDS à "protéger les civils et à respecter les droits de l'Homme en priorité dans l'offensive" de Raqqa. Il ne s'agit pas "juste de vaincre l'EI mais aussi de protéger et de venir en aide aux civils qui ont souffert pendant trois ans et demi sous le règne de l'EI", a précisé Lama Fakih, directrice-adjointe de HRW pour le Moyen-Orient.

Depuis sa prise par l'EI en 2014, Raqqa est devenue le symbole des atrocités des jihadistes en Syrie ainsi qu'une base pour la planification d'attentats sanglants commis à l'étranger. De nombreux jihadistes étrangers s'y étaient installés avec parfois leur famille.

Dans la province de Raqqa, l'EI doit faire face également à l'armée syrienne, qui n'est toutefois pas impliquée dans la bataille pour la capture de la ville. Mardi, les troupes du régime de Bachar el-Assad se sont emparées de neuf positions et villages à l'ouest de Raqqa, a rapporté l'OSDH. L'armée veut atteindre deux objectifs à travers cette avancée: sécuriser le flanc Est de la province adjacente d'Alep (nord) et progresser contre l'EI dans les autres provinces de Homs (centre) et Deir ez-Zor (est), également voisine de Raqqa.

 

 

Lire aussi

Les FDS se délectent d'armes américaines dans la bataille de Raqqa

La campagne de Raqqa a valorisé le rôle des Kurdes syriens

Les déplacés de Raqqa rêvent de fêter la fin du ramadan chez eux

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants