Liban

Mourir, par désespoir

Citoyen grognon
08/06/2017

Lundi 5 juin 2017, une employée de maison éthiopienne est retrouvée pendue à la branche d'un arbre, dans le jardin de la maison de ses employeurs, à Blida, dans le caza de Marjeyoun. La malheureuse était au service de la famille depuis trois mois seulement. Un médecin légiste a été dépêché sur les lieux du drame. L'enquête est en cours pour déterminer les circonstances du décès.

Le dimanche 28 mai 2017, une employée de maison éthiopienne meurt après une chute du septième étage de l'immeuble où résident ses employeurs à Sin el-Fil. Elle avait la trentaine. Son corps a été transporté à la morgue d'un hôpital proche.

La liste est longue d'employées de maison anonymes, toutes étrangères, qui décèdent chez leurs employeurs libanais après une chute d'un étage élevé, par pendaison ou autre. Ont-elles tenté de se tuer par désespoir, pour une raison ou pour une autre ? Sont-elles tombées dans le vide après avoir essayé de s'enfuir, car enfermées à clé dans l'appartement ? Ont-elles perdu l'équilibre en nettoyant les vitres ? L'enquête officielle ne le dit jamais. Les autorités se contentent de classer les affaires, l'une après l'autre, et concluent à un suicide dans la grande majorité des cas. Les agences de presse, elles, consacrent à ces drames tout au plus quelques lignes laconiques, comme reprises plus haut, dans la rubrique des faits divers. Avant de passer à autre chose.

Cela dure depuis plusieurs décennies. Depuis que la main-d'œuvre féminine migrante d'Afrique ou d'Asie a pris le chemin du Liban, pour y travailler au service de familles libanaises, comme employées de maison, nounous d'enfants, cuisinières ou auxiliaires de vie, moyennant des salaires de misère. Car la main-d'œuvre locale a depuis longtemps déserté ces professions mal payées et peu considérées, qui ne sont pas reconnues par le code du travail, à l'instar des emplois de jardiniers ou de chauffeurs.

La main-d'œuvre migrante vient au Liban pour y travailler et non pas pour y mourir. Son objectif ? Améliorer les conditions de vie des siens restés au pays et mettre de côté de quoi vieillir dignement. Mais au pays du Cèdre, aucune loi ne réglemente le travail domestique. Encouragé par le système du garant ou kafala qui le rend responsable de son employée de maison, l'employeur est facilement poussé à la dérive, d'autant que cette dernière vit chez lui. Sans oublier qu'il a souvent payé des milliers de dollars de commission d'agence pour embaucher son employée domestique.

Pas question pour nombre d'employeurs de l'autoriser à sortir seule. Elle restera à la maison, enfermée à clé, même le dimanche. Pas question non plus de lui permettre de garder son passeport. Ce dernier est une garantie contre la fuite...

Dans la foulée, certains patrons s'octroient le droit de sanctionner leur employée de maison, de retenir des sommes sur son salaire ou tout bonnement de ne pas la payer.

Fort heureusement, les bons employeurs existent, mais les abus sont légion, sans oublier parfois la maltraitance, les abus sexuels, les viols.

Pas étonnant dans ce cadre que certaines travailleuses désespérées tentent de mettre fin à leurs jours. Pas étonnant non plus qu'elles mettent leur vie en danger pour fuir par tous les moyens leur calvaire quotidien.
Dans l'indifférence générale. Jusqu'à quand ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Karam Nadine

Il y a aussi quelques (rares) belles histoires à partager, et j'ose espérer qu'un jour, un journaliste comme vous, s'y intéressera.
Comme cette famille sri-lankaise de gardiens d'immeuble, dont les enfants sont nés et ont grandi au Liban, et qui ont pu accéder à une éducation au Liban, en dépit de tous ces tabous et préjugés que vous mentionnez, grâce à un couple de professeurs qui habite l'immeuble.
Pour toutes ces femmes qui ont sacrifié leurs vies pour rendre notre enfance plus douce et plus agréable, et qui sont restées avec les familles dont elles avaient la charge, par fidélité et même sous les bombes, et qui furent, en particulier pour toute une génération née à Beyrouth dans les années 80, une deuxième mère. Hommage à elles...

Le Faucon Pèlerin

Le décret de l'abolition de l'esclavage en France, a été signé le 27 avril 1848 mais pas au Liban en 2017 au XXIè siècle.

Hitti arlette

Quid de la liste des éthiopiennes qui ont tue leurs maitresses et maitres dont dernièrement ce vieux octogenaire d un village du sud et bien d autres avant lui ?

Saliba Nouhad

Pourquoi n'osez-vous pas prononcer le mot?
C'est purement et simplement de l'esclavage moderne éhonté et inhumain.
Le Libanais se console en disant: les pauvres, elles crevaient de faim chez elles alors qu'ici on leur offre une vie royale, et de quoi elles se plaignent?
Avouons le aussi, c'est une forme de racisme national: le Libanais à un certain dédain et manque de respect pour certaines couleurs de peau ou de traits asiatiques.
Je n'oublierai jamais le couple d'amis éthiopiens, dont le mari était professeur à l'AUB et qui n'ont pas pu survivre plus de 2 ans au Liban, tellement ils furent outrés du comportement des Libanais à leur égard surtout la femme quand elle se trouvait seule dans les magasins ou dans la rue:" elle me disait qu'elle ne pouvait supporter la manière dont les gens la regardent et la traitent ". Elle se sentait un être inférieur dans notre pays.
Et ce n'est pas demain que l'on va parler des droits de l'homme chez nous lorsque des jeunes gens brillants se font descendre dans la rue pour des bagatelles.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU LIBAN EMBAUCHER UNE ASSISTANTE DE MAISON C,EST SE L,APPROPRIER, DANS LES BOITES MALADES DES EMPLOYEURS ...

yves kerlidou

pour moi Européen la pratique d'utilisé cette main d'oeuvre bon marché est un véritable scandale, se servir de la misère humaine en prétextant qu'elles sont plus heureuse ici est abominable.
Pas besoin de les maltraiter, elles souffrent déjà de l'isolement de leur pays et de leur famille.
Ne doit on pas les considérer comme des salariés normaux et donc les respecter à ce titre.
J'ai assisté une fois à l'aéroport de Beyrouth à un arrivage de ces esclaves du temps moderne j'ai tout de suite fait une comparaison avec ce que l'on appelle en France la transhumance des vaches ou des moutons mais ici c'est plutôt vers l’abattoir qu'elles vont

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué