X

À La Une

La présidence Trump en crise

Repère

De l'ingérence russe à sa demande présumée au FBI de clore une enquête sur un proche conseiller, sans oublier ses échecs sur la santé ou l'immigration. Voici les principales affaires qui empoisonnent la présidence du républicain depuis son investiture le 20 janvier.

OLJ/AFP
18/05/2017

Président des Etats-Unis depuis presque quatre mois, Donald Trump est confronté à de multiples crises, de l'ingérence russe à sa demande présumée au FBI de clore une enquête sur un proche conseiller, sans oublier ses échecs sur la santé ou l'immigration.
Voici les principales affaires qui empoisonnent la présidence du républicain depuis son investiture le 20 janvier.

 

Ingérence russe
Les agences américaines de renseignement accusent la Russie d'ingérence dans la campagne présidentielle américaine, en piratant le parti démocrate et en menant des campagnes de désinformation pour nuire à la candidate Hillary Clinton.
Le FBI enquête à cet égard depuis juillet sur une éventuelle "coordination" entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe.
Donald Trump nie ces allégations.
Un influent conseiller de M. Trump chargé de la sécurité nationale, Michael Flynn, est poussé à la démission le 13 février, pour avoir omis de mentionner des contacts répétés, avant et après l'élection, avec l'ambassadeur de Russie à Washington, Sergueï Kislyak.


(Lire aussi : Informations classifiées à la Russie : Trump a-t-il commis un délit ?)

 

Requête de Trump au FBI
Le lendemain de l'annonce de la démission de M. Flynn, le président Donald Trump reçoit le directeur du FBI James Comey, à qui il demande de mettre un terme à l'enquête visant Michael Flynn, révèle le New York Times.
La Maison Blanche conteste catégoriquement cette version des faits, qui pourrait constituer une possible obstruction à la justice.
M. Comey a relaté cette conversation dans une note écrite, citée par le quotidien: "C'est quelqu'un de bien. J'espère que vous pourrez laisser tomber", aurait déclaré M. Trump.

 

Limogeage du chef du FBI
Donald Trump limoge le 9 mai James Comey, provoquant une onde de choc à Washington, où l'opposition soupçonne le président de vouloir entraver l'enquête sur la Russie.
Le président justifie d'abord ce limogeage par le comportement de M. Comey à la fin de l'enquête sur les emails d'Hillary Clinton, avant de changer de version en affirmant qu'il avait de toute façon l'intention de se séparer du premier policier des Etats-Unis. Il lie même sa décision à l'affaire russe.

 

Secrets divulgués à Moscou
Le lendemain du limogeage du chef du FBI, M. Trump reçoit dans le Bureau ovale le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, devant lequel il divulgue des informations sensibles, selon le Washington Post.
Selon plusieurs médias, Israël aurait fourni aux Etats-Unis ces informations -qui portent sur la capacité du groupe Etat islamique à armer de manière sophistiquée des ordinateurs portables- et ne voulait pas qu'elles soient partagées avec un autre pays, même allié.
L'ambassadeur russe, personnalité au centre des allégations d'ingérence, assiste aussi à l'entretien, qui est immortalisé par un photographe officiel russe. La diplomatie russe publie son cliché, qui se retrouve en Une des journaux américains et provoque l'ire de la Maison Blanche.

 

 

Conflit d'intérêts
L'administration du magnat de l'immobilier éveille régulièrement les soupçons de conflits d'intérêt.
La fille de Donald Trump, Ivanka, et son mari Jared Kushner, devenu proche conseiller de son beau-père, ont conservé des intérêts considérables dans les affaires, selon des documents diffusés par la Maison Blanche.
Avant son investiture, Donald Trump avait dévoilé un plan qui consistait à abandonner les fonctions qu'il occupait dans des centaines de sociétés et à placer ses actifs dans un trust, géré par deux de ses fils et un conseiller de longue date.
Mais il a refusé de céder ses actifs.


(Lire aussi : Israël fait profil bas face au scandale des informations classifiées de Trump)

 

Réforme santé à la peine
Donald Trump échoue fin mars au Congrès à faire adopter un grand projet de loi réformant l'assurance maladie, pour remplacer la loi emblématique de Barack Obama.
Il engrange cependant un premier succès début mai avec l'adoption de justesse, par la Chambre des représentants, d'un deuxième texte de remplacement de la loi Obamacare.
Reste à savoir si le texte sera adopté par le Sénat, où il devrait être profondément remanié.

 

Décret migratoire bloqué
La tentative de Donald Trump pour limiter l'immigration en provenance de certains pays musulmans, autre promesse phare de sa campagne, est suspendue par la justice quelques jours après son entrée en vigueur le 27 janvier.
Une version amendée du décret est à nouveau bloquée le 15 mars par un juge fédéral à Hawaï puis dans d'autres Etats, les magistrats doutant de l'opportunité du texte et s'inquiétant de la rhétorique anti-musulmane du président.

 

Lire aussi

Un procureur spécial nommé pour enquêter sur Trump et la Russie

Les huit jours qui ont secoué Washington

« Le massacre du mardi soir » de Trump

 

Repères
Limogeage du chef du FBI : les explications successives de la Maison Blanche

Limogeage par Trump du chef du FBI : ce qu'il faut savoir

 

Portrait
James Comey, l'enquêteur en chef déchu par Trump

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRUMP OU NON TRUMP LE TRAIN MOYEN ORIENTAL U.S. EST EN MARCHE... LA CONNIVENCE CLAIRE COMME LE JOUR... LES DEPARTS DECIDES... LES PARACHUTES PRETS... LE TOCSIN NE SONNE PLUS... LE GLAS A PRIS LA RELEVE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT IL PERD LES NERFS ET SE LAISSE ALLER A DES DECLARATIONS REVANCHARDES... INDIGNES DE SON RANG... ET IL EMPIRE SA SITUATION...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE OMBRE NIXONIENNE A L,HORIZON !

Jaber Kamel

EN TOUT CAS JE SERAI BIEN TRISTE DE LE VOIR PARTIR AVANT QU'IL N'AI CHANGÉ LA DONNE RADICALEMENT. ..LOL...

Jaber Kamel

Cher clown trump-pete Je suis triste pour toi ,tu as amusé eux qui t'ont mis là, et comme tu ne les amuses plus par ce que tu ne tiens pas ta promesse de transfer , tu seras fired.


SVP PUBLIEZ MOI , C'EST MON OPINION MÊME SI ELLE NE VOUS PLAIT PAS ELLE VAUT BIEN UNE AUTRE .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.