X

Moyen Orient et Monde

Pourquoi la France n’a pas été emportée par la vague populiste...

Décryptage

Après l'élection de Donald Trump et le Brexit, le monde entier avait les yeux rivés sur le Front national.

13/05/2017

No passaran. La vague populiste qui a gagné les États-Unis et la Grande-Bretagne n'est pas parvenue à briser les digues françaises. Après le « No » des Anglais, réussissant à mettre leur menace de sortie de l'Europe à exécution, et la victoire de Donald Trump, qui paraissait impossible et que personne n'avait vue venir, l'élection française était au centre de toutes les attentions. Avec une question en toile de fond : les Français succomberont-ils eux aussi au chant des sirènes du populisme ? Le contexte était propice. La France a été touchée, à plusieurs reprises, par des attentats terroristes dont la plupart ont été revendiqués par l'État islamique.

L'impopularité du gouvernement de François Hollande, les tensions communautaires, le débat houleux sur le burkini, autant d'événements et de situations qui auraient dû largement faire le jeu du Front national. Sans parler de la déferlante antisystème qui a imprégné toute la campagne présidentielle, mais aussi des affaires du camp Fillon, de la montée de l'euroscepticisme et du nouveau clivage entre les perdants et les gagnants de la mondialisation. Au niveau national, la dynamique était du côté du FN.

À partir de l'élection de Marine Le Pen à la tête du parti en 2011, son accession aux plus hautes responsabilités de l'État n'a cessé de paraître de plus en plus envisageable. En battant le score de son père d'abord, de 2002, lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2012 avec 17,9 % des voix. Puis lors des élections européennes de 2014, lorsque le parti d'extrême droite est arrivé pour la première fois de son histoire à la tête d'une élection nationale. Sa victoire face à l'UMP et au PS le positionne en tant que « premier parti de France ». Sa présidente y voit alors un « tournant », « une redéfinition totale de la vie politique française », voire l'éclosion d'un tripartisme. Le FN bat son record de voix lors des régionales de 2015, sa présidente jubile. 2017 est dans tous les esprits lepénistes.

 

(Lire aussi : Marine Le Pen, le deal raté de Trump)

 

Forme de résilience
Après avoir mis au tapis les partis traditionnels en se hissant au second tour de l'élection présidentielle – sans créer la moindre surprise –, Marine Le Pen a obtenu 34 % des suffrages, soit 10,6 millions de voix (deux fois plus que son père en 2002), dans le duel qui l'opposait à Emmanuel Macron. Un score important, mais en deçà des espérances inavouées du FN, comme des chiffres avancés par les derniers sondages.

Car, à défaut de pouvoir remporter l'élection présidentielle, le parti d'extrême droite espérait, toutefois, provoquer des sueurs froides à son adversaire. « C'est un échec par rapport à ses espérances, mais un énorme succès par ailleurs. Qui aurait dit, il y a cinq ans, qu'elle arriverait à ça ? » s'interroge Michel Wieviorka, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris. Une contre-performance qui a eu des échos bien au-delà des frontières de l'Hexagone tant l'avenir de l'Union européenne (UE) paraissait lié à la défaite de la chef du FN.

En déjouant les pronostics, les Français ont fait preuve d'une certaine forme de résilience. Comme si les attentats commis ces deux dernières années sur leur sol n'avaient eu qu'un impact limité sur les élections. Les thématiques s'y rattachant auraient pourtant pu profiter au FN si l'hystérie collective avait gagné le cœur des débats.

 

(Lire aussi : La présidentielle française 2017, accélérateur de transition)

 

Les raisons de l'échec relatif du mouvement d'extrême droite sont multiples. Elles sont d'abord liées à la structure du paysage politique français actuel qui rend l'accession au pouvoir de Marine Le Pen plus difficile que pour tout autre candidat. Quand bien même le FN aurait été le premier parti de France, l'alliance de la majorité des autres partis au second tour de l'élection présidentielle lui coupe de facto l'herbe sous le pied. « Le Front national n'avait pas de réservoir de voix, en tout cas lié à une force politique structurée, à part celui de Nicolas Dupont-Aignan », rappelle Michel Wieviorka.

À la différence du Royaume-Uni ou des États-Unis, la France propose deux offres de forces extrêmes : l'extrême droite de Marine Le Pen et l'extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon. « À partir du moment où la radicalisation de type populiste se répartit, même si c'est de manière inégale, sur deux pôles au lieu d'un seul, le paysage est tout à fait différent du paysage britannique ou américain. Ces deux pays n'ont qu'un seul pôle, sur lequel pouvait se construire le Brexit, et où il n'y avait qu'un seul personnage, Donald Trump, qui pouvait incarner ce type de radicalisation politique », poursuit le sociologue.Elles sont aussi liées aux limites politiques, pour l'instant, du FN et de sa candidate.

Le duel télévisé face à Emmanuel Macron aura été fatal à son opposante. « Lors du dernier débat, il était très clair qu'elle n'était pas capable de développer une vision programmatique constructive, et qu'elle n'était pas préparée », estime Michel Wieviorka. Marine Le Pen a payé le prix de sa mauvaise prestation face au candidat centriste, qui a fait grincer des dents une partie de son propre camp, en perdant près de sept points en seulement quatre jours, si l'on se réfère aux intentions de vote que lui accordaient les sondages avant le débat.
« Le problème du FN est de savoir comment passer d'une posture de dénonciation, de critiques radicales, à des propositions de programme réaliste », conclut le sociologue.

 

Lire aussi
Les grands perdants de la présidentielle : Daech, la Russie et la corruption

La fin du clivage entre gauche et droite ?

Marine Le Pen pose le FN en première force d’opposition

Les militants FN, « battus, mais pas abattus »

Comment Marine Le Pen a « véritablement » montré son « ancrage » dans l’extrême droite

De la banalisation du FN dans le paysage politique français

 

Portrait
Marine Le Pen, ou l'extrême droite dédiabolisée

 

Interview
Le Pen à « L’OLJ » : Rien n’est encore tranché sur la rétroactivité de la suppression de la double nationalité

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hallak Andre

Alors qu'il vient de réaliser l'ultime exploit Emmanuel Macron a encore tout à prouver.

En recevant son prix Nobel Albert Camus a dit :
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde.

La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande.

Elle consiste à empêcher que le monde se défasse.

De par la menace de l'extrême droite Emmanuel Macron a repris cette parabole qui traduit l'enjeu de cette élection lors de son dernier meeting parisien.

Après sa victoire il s'est donné pour objectif d' apaiser la nation afin que ce danger ne puisse plus survenir.

Il faut lui donner à tout prix cette majorité législative pour lui permettre de tenir cette promesse.

pour cela il lui faudra rassembler par delà les clivages ,et, faire cohabiter dans un même mouvement d'anciens antagonismes qui pour un intérêt supérieur feront la paix des braves.

il a cette responsabilité car la France est cette terre des lumières au paradigme humaniste modèle ou repère pour les nations .

Antoine Sabbagha

Mme Le Pen devrait sortir victorieuse mais les français sont peureux , ils ne veulent pas le changement total .

gaby sioufi

C malheureux-du moins pour elle-meme- Mme Le Pen n'a pas su convaincre ayant tres mal prepare ses dossiers-chose mise en evidence lors du debat avec mr. Macron.
Il fallait pourtant bien mieux le faire surtout que sa vision etait tout a fait a l'oppose de celle de mr Macron, en plus d'etre -revolutionnaire- s'agissant de la mondialisation, l'EU, l'Euro etc...
a la prochaine donc ?

Yves Prevost

Autrefois, on parlait de "démagogie",maintenant, on dit "populisme". L'avantage d'un nouveau terme, c'est qu'il n'est pas clairement défini. On peut donc lui faire dire ce que l'on veut. Il suffit de lui donner une connotation négative et on peut l'appliquer alors à tout ce qui n'est pas politiquement correct.
En regardant attentivement, on se rend compte que le plus démagogue des deux n'est pas celui qu'on pense.
En définitive, la véritable différence entre le Pen et Macron ne se situe pas autour du clivage - dépassé - entre droite et gauche, entre populisme et réalisme, mais concerne la vision de la France.
Macron est, avant tout un mondialiste. Sa France (qui n'a pas, selon lui, de culture propre!) n'existe que comme une cellule de l'entité Europe d'abord, monde ensuite.
Pour la présidente du FN, c'est la patrie qui importe en premier lieu (étymologiquement, héritage de nos "pères", territoire national, et valeurs, appartenance à une nation). Donc défense de son identité, de son histoire et de ses valeurs.
En définitive, Marine le Pen est la plus gaulliste de tous. Étrange que tous ceux de la prétendue "droite" ne l'aient pas reconnu!

M.V.

Mais oui ! le pouvoir France fut bien remporté par une vague populiste gauchocrate ...! mais quand, le populisme est de droite ...c'est un mot condamnatoire ...! par contre lorsqu'il est de gauche avec un habillage de droite ...c'est l'expression du progrès en marche ...! la nomenklatura socialiste française , aurait' elle enclenchée un vaste programme de lobotomisation de la société pour conserver et sécuriser l'accès au pouvoir .....? les prochaines élections donneront certainement une réponse vérifiable....

Bustros Mitri

RV 2022?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.