Rechercher
Rechercher

Campus

L’avis de Pascale Salameh, présidente du comité scientifique à l’OPL

Le nombre de diplômés rejoignant le marché du travail est vraiment énorme par rapport aux besoins du marché. Le nombre total de pharmaciens inscrits à l'ordre des pharmaciens du Liban (OPL) à ce jour est d'environ 8 000 et le nombre d'officines au Liban est de 3 000. En comptant les diplômés des cinq universités qui enseignent au Liban, la pharmacie et les pharmaciens diplômés de l'étranger, à peu près 500 nouveaux diplômés s'inscrivent à l'ordre annuellement.
L'ordre n'a ni autorité ni prérogatives en matière de législation, son action se limite à des protestations et des discussions avec les autorités concernées et à l'exposition des différentes données prouvant que l'ouverture de nouvelles facultés de pharmacie est non seulement inutile mais néfaste à la profession qui verra un nombre de plus en plus important de pharmaciens au chômage. La situation est d'autant plus grave qu'il est extrêmement difficile pour un pharmacien libanais de s'inscrire à un ordre étranger pour pouvoir exercer son métier ailleurs. Par ailleurs, l'OPL organise des foires où les diplômés sont mis en contact avec les entreprises pharmaceutiques. Il œuvre aussi pour la promulgation d'une loi sur la pharmacie clinique, ce qui augmenterait les débouchés tout en améliorant la qualité des soins dans les hôpitaux.


Le nombre de diplômés rejoignant le marché du travail est vraiment énorme par rapport aux besoins du marché. Le nombre total de pharmaciens inscrits à l'ordre des pharmaciens du Liban (OPL) à ce jour est d'environ 8 000 et le nombre d'officines au Liban est de 3 000. En comptant les diplômés des cinq universités qui enseignent au Liban, la pharmacie et les pharmaciens diplômés de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut